Handicap , accédez à une information complète et actualisée en temps réel sur Handirect Magazine

Accueil Accessibilité et handicap Vie affective et handicap : Stop à l’hypocrisie française !

Vie affective et handicap : Stop à l’hypocrisie française !

Un texte qui nous est adressé par Mylan Douthe au sujet de la vie intime des personnes en situation de handicap aujourd’hui en France. “Vie affective et handicap : Stop à l’hypocrisie française !”.

Ecouter article


Tribune : “Vie affective et handicap : Stop à l’hypocrisie française !”. Un texte qui nous est adressé par Mylan Douthe.

L’accès à la vie affective et sexuelle relève de la liberté inhérente à la personne humaine en cela c’est un droit fondamental y compris pour les personnes en situation de handicap.
Malheureusement en la matière, aujourd’hui encore dans notre pays, un certain nombre d’obstacles et de tabous, freinent l’accès à ce droit.

Cette situation, bien sûr, est multifactorielle, elle tient notamment au déficit de formation des professionnels mais aussi à la difficulté de mise en œuvre des droits. S’il y avait une meilleure formation en la matière on réduirait très probablement les violences. Hors justement quatre femmes handicapées sur cinq seraient victimes de violences (source
FDFA).

La question est d’autant moins simple à appréhender que les situations de handicap, on le sait, sont multiples : il peut tout aussi bien résulter d’une déficience physique, que mentale ou sensorielle. Par ailleurs la forme de handicap, n’est pas le seul facteur qui rentre en ligne de compte, la présence de la famille, d’une institution, le degré
d’autonomie des personnes sont également ici à considérer.
Or, tous les établissements qui reçoivent des personnes en situation de handicap sont dans l’obligation de permettre cette sexualité. En effet la loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale a affirmé le droit au respect de la dignité, de l’intégrité, de la vie privée, de l’intimité des personnes accompagnées par un établissement ou un
service social ou médico-social.

Cette même loi incite les établissements à s’engager dans un accompagnement favorisant le développement, l’autonomie en fonction des capacités, besoins, et âge de la personne. Malheureusement en la matière tous ne se donnent pas une obligation de moyens. Fort heureusement des associations se mobilisent, comme APF France Handicap, pour permettre l’accès à ce droit (IEM de Talence Centre ressources Aquitain VAS).

Les personnes en situation de handicap, comme tout un chacun, ont des besoins et des aspirations en matière de vie affective et sexuelle. La sexualité de ces personnes ne peut pas être ignorée, ni laissée au seul bon vouloir de tiers aidants (professionnels ou familiaux). Il en va de leur dignité.

Il est grand temps que notre pays reconnaissance, l’existence d’une vie affective, intime et sexuelle pour toutes et tous. Cette reconnaissance passe par la création de nouveaux services, des services d’accompagnement sexuel faisant appel à des assistants sexuels.
Il ne s’agit pas « d’ouvrir un réseau de prostitution », mais de pouvoir fournir un accompagnement dans leur vie intime et sexuelle aux personnes en situation de handicap, ce qui correspond aux désirs et aux attentes des personnes. Ces assistants de vie sexuelle existent déjà en Belgique, aux Pays-Bas. Allons voir comment ont été formées ces personnes et ayons le courage d’avancer sur ce sujet sous peine de maintenir une
discrimination !

Mylan Douthe

Derniers articles

X