Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Aidants et handicap

Vacances pour les aidants : Pourquoi c’est important

Des vacances pour les aidants pourquoi c'est important

Des vacances pour les aidants ? Et pourquoi pas ? C’est même indispensable!

Par Catherine Sanchès. Parce que… Pour un proche aidant, s’accorder des vacances ne va pas de soi. Souvent, le vacancier, c’est celui qui prend des congés. Or, celui qui aide ne voit pas vraiment son proche comme un employeur auprès de qui il peut faire valoir des droits à partir. Par ailleurs, il peut avoir envie de se dépayser, mais pas en solo. Alors, si l’idée d’organiser des vacances pour soi s’apparente à un abandon de poste, partir ensemble, ce serait comme une galère programmée et donc on évite le sujet. Les vacances pour les aidants, c’est tout à fait normal.

Penser à « une échappée belle » peut donc engendrer de la culpabilité. Dans ce cas-là, le plus difficile est d’imaginer qu’en mon absence, quelqu’un d’autre sera capable de s’occuper de mon proche. Souvent, dans les groupes d’aides aux aidants, on entend ce dilemme. Certains expriment qu’ils se sont vraiment considérés comme « aidant » seulement lorsqu’ ils ont accepté l’idée qu’il était nécessaire d’être relayé à certains moments pour ne pas s’épuiser.

Aussi, nul n’est besoin de se séparer longtemps pour pouvoir goûter à une pause. Par exemple, à Villeurbanne, le  lieu de répit  géré par le C.C.A.S. propose un hébergement temporaire à travers l’accueil séquentiel. Depuis juillet 2014, cette structure accueille pendant 3 jours et 2 nuits des personnes souffrant de la Maladie d’Alzheimer et vivant à domicile. Cette proposition peut être renouvelée pour que l’aidant souffle et que le proche ait également l’occasion d’une vie en collectivité dans des conditions adaptées.

Bien entendu, l’hébergement temporaire d’un proche dépendant peut concerner des périodes plus longues. Il est cependant recommandé de prévoir bien en amont le séjour afin de pouvoir solliciter des établissements trop peu nombreux à gérer ce type de proposition. Certains départements ont cependant cherché à faciliter les démarches. Ainsi, pour la Haute-Savoie,  le Conseil Départemental a créé sur le site  ageplus74.fr, un logiciel de visualisation des places disponibles sur le territoire. Ce moteur de recherche permet notamment de voir les places disponibles dans les EHPAD et les foyers logements du département ou au plus près du domicile de la personne âgée ou de son aidant, selon les dates de séjour, le type d’hébergement souhaité, etc. Pour rechercher les places disponibles, le site propose un formulaire de recherche permettant de saisir différents critères (secteur géographique, chambre spécialisée Alzheimer, chambre simple ou chambre double) et une carte du département permettant de visualiser les disponibilités d’un établissement sélectionné sur la carte. Pour la réservation, les demandes d’information et la constitution du dossier, il faut ensuite contacter directement l’établissement par téléphone, mail ou courrier, qui pourra renseigner précisément sur les conditions d’accueil.

Depuis longtemps, la MSA soutient également l’idée que les vacances préservent la santé des individus. Elles favorisent l’épanouissement personnel, améliorent le cadre de vie et facilitent le lien social. Si vous êtes senior ou aidant, la MSA vous propose des séjours conçus en partenariat avec l’AVMA et l’ANCV, et adaptés à votre situation. http://www.msa.fr/lfy/web/msa/sejours-vacances-aidants. Vous pouvez découvrir les villages AVMA sur http://www.avma-vacances.fr

Très impliqué également dans cet accès au répit : l’association France Alzheimer et maladies apparentées. Lancés en 1988, les séjours vacances France Alzheimer proposent chaque année à près de 400 personnes malades et à leurs aidants, de beaux moments de détente. Encore une fois grâce à internet, vous pouvez visualiser un superbe catalogue de possibilités adaptées aux besoins  et pour des situations très variées. https://www.francealzheimer.org/activites-adaptees-a-chacun/sejours-vacances-francealzheimer/  Si vous n’avez pas internet, ou si vous préférez causer de vos projets, un numéro de téléphone est à votre disposition : 01.42.97.53.51

Que faire si la personne aidée refuse de partir ? Il est important d’entendre ce qui motive son refus. Partir vers l’inconnu, rompre avec ses habitudes, ce peut être motivant mais tout autant angoissant. Pour quelqu’un qui a du mal à vivre son quotidien, l’idée de s’éloigner de ses repères et de son confort peut être terrorisante. Le proche aidant peut alors expliquer que lui, en revanche, il a envie ou besoin de « changer d’horizon » et qu’il va partir seul pour un moment différent de ce qu’il vit habituellement.

Des vacances pour les aidants, avec les personnes aidées ou seul
Partir quelques jours ensemble, c’est bien… Partir de son côté, aussi ! Le tout est de s’accorder et de faire preuve d’un peu d’organisation pour bien lâcher-prise… Il faudra par exemple penser au retour avant de partir ! D’un point de vue pratique, le premier conseil sera de s’assurer que les services de soins ou l’aide à domicile reprendront bien leurs passages au moment du retour. Ce serait bien aussi de conserver les bénéfices des vacances en essayant de garder la dynamique amorcée : se débrouiller pour garder un peu de vie sociale, s’inscrire pour une activité régulière qui change les idées, prolonger les bons moments partagés en regardant des photos… Garder des grains de sel, de sable, et de soleil pour le quotidien.

Catherine Sanchès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site