Handicap , accédez à une information complète et actualisée en temps réel sur Handirect Magazine

AccueilDiversUn Ésat pour briser la solitude

Un Ésat pour briser la solitude

Ecouter article


Coup de Coeur des Trophées Gesat dont la première édition a eu lieu fin 2011, L’Ésat* Mosaïque Les Abymes situé en Guadeloupe accompagne les personnes âgées à domicile ou dans des centres spécialisés. Peinture, lecture, jeux ou simples moments de partage, les activités proposées ont pour but de lutter contre l’isolement. Un concept novateur qui porte ses fruits comme l’explique André Domata, directeur de l’établissement.

 

Comment est née cette initiative ?
L’établissement a été créé en 2006 par l’Udaf (Union départementale des associations familiales) pour lancer un service novateur, non proposé par les Ésat jusqu’à présent. L’objectif était de faire face à la réalité sociologique de la Guadeloupe. L’organisation de la famille, de la vie en générale a changé. Nos aînés se retrouvent plus fréquemment seuls et isolés car leurs enfants ont moins le temps de s’occuper d’eux. Notre objectif est donc de leur apporter un peu de chaleur dans leur quotidien, de passer un moment agréable et de briser la solitude.

Concrètement quels types de services proposez-vous ?
Nos prestations s’articulent autour de trois ateliers : accompagnement (communication, échange, jeux traditionnels, jeux de société), animation (théâtre, activités corporelles) et art déco (activités manuelles, petite menuiserie, dessin, peinture). Les seniors peuvent faire la démarche de nous contacter eux-mêmes pour bénéficier de nos services. Le rythme de nos interventions dépend de leur volonté et de leur moyen financier bien que nos prestations soient abordables (10 euros/heure pour un particulier et entre 35 et 40 euros/heure pour une structure). En générale, les interventions sont assez régulières à raison d’une fois par semaine.

Combien d’usager comporte votre établissement ?

Actuellement, 50 usagers travaillent au sein de l’Ésat Mosaïque. Il s’agit pour la plus grande partie de personne en situation de handicap mental mais nous avons également des usagers avec un handicap moteur ou encore auditif. Dans l’ensemble, ils sont plutôt jeunes, ce qui permet de tisser un lien intergénérationnel avec nos clients.

Comment préparez-vous vos interventions au sein de l’Ésat ?
Plusieurs moniteurs sont là pour encadrer les usagers, les aider à préparer les ateliers. Chaque intervention se fait en groupe de minimum deux personnes. En parallèle, les usagers bénéficient également d’accompagnement sur le plan
médical, comme dans tous les Ésat.

Le fait que les interventions soient réalisées par des personnes en situation de handicap apporte-t-il un plus dans les relations avec les aînés ?
Il y a un lien indescriptible qui se créé. Je dis toujours que c’est magique ! En tant qu’adulte valide, nous avons parfois du mal à rentrer en contact, à communiquer avec les personnes âgées. Entre les usagés et les seniors, il y a une symbiose extraordinaire, un peu comme avec les enfants. Du coup on remarque une double satisfaction : non seulement nos clients sont contents mais les usagers d’épanouissent dans leur travail.

Des projets ?
Nous voulons tout d’abord renforcer la qualité de nos prestations. Nous avons également pour ambition de créer une grande pièce de théâtre pour les personnes âgées et les enfants.

* Établissement ou services d’aide par le travail.


Derniers articles

X