Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Un dispositif de vigilance sur les compléments alimentaires

L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a créé un « un dispositif de vigilance » sur les compléments alimentaires, et demande aux professionnels de santé de lui signaler tout effet « inattendu ou inexpliqué » de ces produits chez des patients.  La création de ce dispositif était prévu dans la loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires votée cette année.

Ces compléments alimentaires sont censés protéger préventivement de certaines affections pour les uns, de carences en vitamines pour les autres ou encore aider à l’amaigrissement, à la digestion, à la préservation de la mémoire…

Des interactions indésirables
Ces produits sont largement diffusés : un adulte sur cinq et un enfant sur dix en consomment au moins une fois par an. En 2008, une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a révélé qu’un produit sur 8 était commercialisé dans des conditions trompeuses ou présentait un défaut d’étiquetage. Certains chercheurs estiment que certains compléments alimentaires pourraient être nocifs ou avoir des interactions indésirables avec des médicaments. Autre problème, la fabrication de certains de ces produits à l’étranger dans des conditions pas toujours contrôlables : la DGCCRF recommandait ne pas acheter de produits dont l’étiquetage ne soit pas rédigé en français et de ne pas consommer de compléments achetés sur internet.

En savoir plus : www.afssa.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.