Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Traumatisme psychologique : Un récit pour mettre des mots sur la douleur

Traumatisme psychologique : Un roman pour mettre des mots sur la douleur

Voix sans issue : Un roman à trois voix qui aborde le traumatisme psychologique

Poétesse, Marlène Tissot a commencé à écrire à l’âge de 10 ans et demi. Dans ce roman à trois voix, celles de Mary, Franck et Ian, elle évoque le traumatisme psychologique à travers des histoires qui reflètent différentes situations dramatiquement marquantes. Les difficultés traversées laisseront des traces indélébiles sur chacun des personnages tout en contribuant à la construction de leur identité, tant bien que mal.

“Mary, violée enfant par son père dans le silence maternel, s’est libérée de cet enfer en coupant le contact avec ses parents. Devenue coiffeuse, elle suit une thérapie pour se réparer de son passé et faire disparaître les voix qui l’habitent encore.
Franck, gardien de nuit solitaire et renfermé, a vécu une adolescence traumatisée sous la domination d’une mère seule et violente. Il a perdu toute confiance en lui et en autrui, jusqu’à sa rencontre avec Mary.
Quant à la troisième voix du texte, c’est Ian. Un être insignifiant qui développe une fascination obsessionnelle pour Mary, en qui il croit voir son double…”.

Dans cet ouvrage, Marlène Tissot dit à trois voix, au plus près du réel, des vies ordinaires broyées mais sublimées par leur courage de vivre et l’attention aux êtres. “Dans ce roman, les mères sont laides (silencieuses, complices, folles). Les pères aussi (incestueux, absents). Leurs enfants Marianne devenue Mary et Franck grandissent, s’enfuient dès qu’ils le peuvent et vivotent, fracassés. Ils sont ces voix sans issue. Leur rencontre est une rupture, un ailleurs, une promesse. Convoquant Sartre, Sylvia Plath, Emily Dickinson, avec un sens du rythme qui emporte le lecteur et une langue tantôt lapidaire et brute, tantôt poétique et délicate, Marlène Tissot embrasse la question de la résilience avec cette dose réaliste de fragilité et de poisse (dans tous les sens du terme)”. 

“Voix sans issue”, Marlène Tissot, éditions Au diable Vauvert, 272 pages, 18 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.