Partager, , Google Plus, Pinterest,

Ecouter avec Readspeaker

Posted in:

Sensibilisation au handicap

Sourde profonde, Amra Bucan est vendeuse à domicile

Amra Bucan sourde profonde et vendeuse à domicile épanouie

Amra Bucan est vendeuse à domicile au sein de l’entreprise Charlott’. Bien qu’elle soit sourde profonde, elle a parfaitement réussi son intégration et pétille d’ambition pour la suite de sa carrière.

Pouvez-vous vous présenter ?
Je me prénomme Amra, c’est d’origine monténégrine. J’ai 43 ans et je suis maman de quatre merveilleuses filles, Alissa, 19 ans, Ina, 18 ans, Léa, 16 ans et Laura, 11 ans. Je les élève seule depuis 9 ans. J’habite à Chenebier, un petit village de Haute-Saône où il fait bon vivre. Par ailleurs je suis sourde profonde.

Pouvez-vous nous raconter votre parcours jusqu’à aujourd’hui ?
Au début de mes études, j’effectue un BTS Action commerciale en alternance au sein du groupe de grande distribution Cora ! Je vis ma première expérience professionnelle avec une équipe formidable. Je suis embauchée immédiatement par le directeur qui me propose une première mutation professionnelle et une nouvelle formation en interne à l’institut de formation Cora à Marne la Vallée. Une formation sur le management, la gestion, le droit et les ressources humaines.

À l’âge de 23 ans, je commence à ressentir l’envolée des premiers décibels… je me marie et mets au monde mes deux premières filles en 1999, l’une en janvier l’autre en décembre. Alors les décibels s’enfuient, quittent le nid de mes oreilles… les premières grandes difficultés au travail se font ressentir ! Les réunions deviennent un brouhaha incompréhensible ! Je démissionne. L’excellence au travail étant de rigueur, j’ai peur que ce défaut de fabrication me pousse à la faute professionnelle ou mette à mal mon employeur !

Troisième enfant !

On me propose un implant d’oreille moyenne ! J’accepte ! Ce fut un gros flop ! Les décibels s’échappent encore et toujours… fini le son du violon, la sonnerie à la porte, le rire des enfants ! L’appareillage en contour d’oreille est inévitable, plus que nécessaire mais forcément trop artificiel pour offrir une audition optimale. Perte moyenne de 94 décibels par oreille. Je continue à travailler çà et là et je ne peux que constater l’incompatibilité de ce handicap avec beaucoup trop de métiers. On devient inefficace, on est parfois en danger, le travail d’équipe devient compliqué ! J’ai besoin de travailler pour mon mental ! Je me cherche ! L’information arrive par l’oreille, va au cerveau et nous devons nous exécuter ! J’arrive à un stade où je n’entends pas ou mal l’information, donc dans l’idée je me dis que je vais me tourner vers le manuel…

C’est à ce moment-là que vous décidez de changer de secteur professionnel ?
En effet, c’est ainsi qu’en 2008 je démarre un CAP de coiffure en accéléré. Grâce à l’implication d’une prof de pratique, très soucieuse de mon handicap, ce fut un succès. Je m’installe en tant qu’auto entrepreneur. C’est une façon pour moi de devenir indépendante et de n’engager la responsabilité de personne sinon juste la mienne. J’informe mes clients que je suis sourde profonde, communique par SMS et demande à deux fois les attentes avant de démarrer !
Vint ensuite un divorce, trop compliqué et la garde exclusive de mes 4 filles, très jeunes à l’époque. J’arrête tout et je me consacre à elles. Être parent est un rôle très unique et très difficile à tenir ! Mes filles comprennent que la nuit on ne m’appelle pas, on vient me bousculer. Les moments où elles me demandent si cela reviendra, ces moments où une lueur de tristesse se lit dans leurs yeux… je tente de les rassurer en expliquant que je n’ai pas mal ! Que je ne peux pas en mourir ! Que j’ai juste les oreilles bouchées ! Durant cette pause professionnelle. Je m’occupe à la peinture, je réalise des toiles, et à la lecture, grande fan de thrillers et autres. J’aime partir dans les salons et autres.

Amra Boucan sur la couverture d'un catalogue de la marque Charlott'
Amra Boucan sur la couverture d’un catalogue de la marque Charlott’

Je prends goût à la liberté, ma liberté ! Les filles ont grandi, Laura, la petite dernière va entrer au collège. Il est temps pour moi de reprendre le chemin du travail, mais pas n’importe lequel ! Je veux rester libre ! Je veux faire ce qui me plait (oui j’assume), j’ai toujours ce sens commercial qui me titille et l’envie de voir du monde. Je pense directement à un travail de vendeuse indépendante à domicile (vdi), mais pas n’importe lequel ! Après avoir participé à beaucoup de réunions à domicile dans tous les domaines confondus, une marque sort du lot, c’est Charlott’, entreprise de vente à domicile de lingerie.

Pourquoi Charlott’ ?
Déjà parce que je suis une cliente Charlott’ satisfaite ! Ensuite parce que j’ai besoin de vendre des produits qui me plaisent, la lingerie est très jolie, et surtout le rapport qualité prix Charlott’ qui est imbattable en vente à domicile ! La cerise sur le gâteau, le prêt à porter qui vient de pointer le bout de son nez ! Je prends contact sur le site de l’entreprise et je suis redirigée vers celle qui deviendra ma marraine, Benedicte Demange. Je lui explique mon handicap et lui dit que j’aimerais que l’on communique essentiellement par sms ou une autre forme écrite, virtuelle… Ce fut pour elle un détail, l’implication des vendeuses est primordiale, le handicap passe après ! C’est ainsi qu’elle m’a formée et m’a permis d’intégrer son équipe. Mon entourage m’a aidé à réaliser un très bon démarrage. C’était en juin 2017.

En quoi consiste votre mission chez Charlott’ ?
Ma mission consiste à proposer en vente à domicile, sous forme d’ateliers style, les produits de la marque. Cela se fait en réunion où l’on présente l’entreprise, les articles. Notre rôle principal est de conseiller et de proposer les bons produits aux bonnes personnes ! Nous représentons Charlott’ et nous devons véhiculer une bonne image de marque. 

Avez-vous besoin d’aménagements particuliers par rapport à votre handicap ?
Lors d’une réunion avec des clientes, je les informe dès le début que je suis sourde profonde – après avoir obtenu un silence complet. Je les invite à me parler plus fort et à me bousculer si je ne les ai pas entendues m’appeler. Je leur indique aussi que c’est mon seul défaut, cela les fait bien rigoler, cela apaise et rassure et la réunion peut démarrer ! La vente c’est l’écoute de la clientèle ! Je n’entends pas mais je suis très à l’écoute, et de ce fait je vais poser plus de questions et approfondir afin de répondre au mieux à la demande. Je n’ai rencontré aucun problème.

Avez-vous déjà échangé avec vos collègues et votre équipe de travail au sujet de votre handicap ?
Au siège, les personnes ont été informées que je suis sourde profonde. Je ne souhaite pas de coup de fils, de ce fait on m’envoie des mails. C’est pour moi plus facile et plus efficace ! Chez Charlott’ il n’y a aucune forme de discrimination ou de recrutement sélectif, seule la motivation compte ! Il n’y a pas de vendeuse privilégiée. Chaque vendeuse est privilégiée et chacune peut accéder aux nombreux challenges proposés en interne. Me concernant, pour le moment je préfère démarrer lentement afin d’être encore au maximum présente pour mes filles. Cette liberté est inestimable à mes yeux ! C’est formidable de travailler ou on veut et quand on veut ! Nous avons régulièrement des formations en interne qui nous permettent de nous perfectionner dans le domaine et de développer notre réseau. Je ne participe pas au phoning. Je travaille plutôt avec mon réseau actuel, et je communique par SMS, réseaux sociaux etc.

Vous avez remporté un challenge à Marrakech en décembre dernier, pouvez-vous nous en parler ?
Malgré mon souhait de vouloir démarrer cette activité tranquillement, j’ai pu rapidement m’apercevoir que j’avais la possibilité de gagner un challenge jeune pousse et ainsi partir au Maroc, all inclusive, sourire compris ! Ce challenge récompensait les 10 meilleures nouvelles conseillères de Charlott’. Une entreprise qui récompense très régulièrement ses conseillères de vente en proposant à tout va des challenges, cela n’a pas de prix. Notre PDG, Veronique Garnodier, est une personne formidable, généreuse et très proche de sa famille Charlott’ ! Elle a compris ce que beaucoup d’autres n’ont pas compris : l’implication du personnel passe par la reconnaissance du travail fourni !

J’ai donc eu le plaisir de m’envoler pour Marrakech avec 5 autres conseillères et deux personnes du siège. C’était un peu partir à l’aventure avec des inconnues ! Ce fut une semaine très riche humainement.

Reçues en all inclusive, chouchoutées, nous avons profité d’excursions, d’échanges, d’activités enrichissantes. Nous avons aussi profité de formation, d’échanges et de conseils en tous genres. Ce fut exceptionnel ! Le summum, c’est d’être invitée à un dîner d’exception avec un invité surprise, la PDG elle-même !! Quelle entreprise propose cela ? Ce fut la rencontre inattendue et tellement plaisante. Vous comprendrez que l’on repart chez nous gonflées à bloc et motivées comme jamais !

Et aujourd’hui, comment imaginez-vous votre avenir ?
À l’heure actuelle je me suis mise à recruter des conseillères à mon tour. Je voudrais avoir ma petite équipe à moi afin de créer une dynamique de groupe, proposer des événements etc. L’union fait la force ! Aujourd’hui, je me sens bien chez Charlott’, sereine et libre, j’aime faire ce qui me plait, j’aime l’esprit Charlott’ qui nous pousse à nous surpasser et qui nous récompense comme il se doit ! Nous n’avons pas de contraintes, nous travaillons à notre rythme, il faut savoir être audacieuse et aller de l’avant. Au final, être sourde profonde ne m’a pas empêchée de réussir dans la vente à domicile.

En photo : Amra Bucan, exemple d’intégration et de réussite professionnelle bien qu’elle soit sourde profonde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *