Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Emploi-Formation et handicap

Société Générale signe la charte Entreprises et Handicap de l’OIT*

logo Société Générale

Société Générale a signé en octobre dernier deux chartes à portée internationale :
– La Charte « Entreprise et handicap » de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), ayant pour objet l’inclusion du handicap au travail
– La Charte des « Women’s Empowerment Principles » de l’Organisation des Nations Unies (ONU) sur l’autonomisation des femmes.

Les personnes en situation de handicap représentent environ un milliard de personnes, 15% de la population mondiale. À peu près 80% d’entre eux sont en âge de travailler. Cependant, le droit au travail décent leur est souvent refusé. Les femmes, en particulier, sont confrontées à d’énormes obstacles comportementaux, physiques et informationnels pour l’égalité des chances. L’Organisation Internationale du Travail a un engagement de longue date pour la promotion de la justice sociale et l’accès au travail décent pour les personnes handicapées. C’est un engagement auquel le groupe Société Générale adhère. Les principes de la charte, au nombre de dix, invitent les signataires à promouvoir et respecter les droits des personnes handicapées, élaborer des politiques et des pratiques qui protègent les personnes handicapées des discriminations. Promouvoir l’égalité de traitement et l’égalité des chances, déployer l’accessibilité pour tous les handicaps, et examiner régulièrement les politiques et les pratiques d’inclusion pour leur efficacité. Sandrine Dhellemmes, Directrice Inclusion & Mission Handicap, nous explique ce que cette charte va permettre de faire évoluer au sein du groupe Société Générale.

Qu’est-ce qui a conduit Société Générale à signer cette charte ?
Cette signature est concomitante à la signature de la charte de l’ONU en matière d’égalité hommes/femmes au niveau international.  Avec, la signature de la charte du réseau Entreprises et Handicap, nous renforçons notre volonté de nous engager pour la diversité à un niveau international sur une thématique où le groupe Société Générale s’était déjà engagé de longue date bien avant la création de la mission handicap. Les 10 engagements de la Charte de l’OIT sont cohérents avec notre politique handicap. Ce n’est donc pas une nouveauté mais cela nous offre la possibilité de partager, au niveau international, les bonnes pratiques et les savoir-faire issus des entreprises du réseau. Nous allons faire connaître nos approches et nos études, telles que « Entreprises Travail et Handicap 2025 ». Nous souhaitons aussi partager les bilans des politiques de professionnalisation du secteur adapté et protégé que nous avons menées avec la mise en place de la démarche GPEC, création de passerelle envers l’emploi direct… Les échanges et cette dimension vont nous permettre de mieux accompagner dans le champ du handicap et de la non-discrimination les implantations Société Générale de par le monde. En Asie ou en Afrique, l’emploi des personnes handicapées est très faible et dans le contexte de cette charte nous allons pouvoir véritablement mieux les aiguiller et les accompagner. Chaque pays possède plus ou moins des lois de lutte contre la discrimination et de promotion de la diversité, nous allons pouvoir mieux les comprendre et les benchmarquer avec les pratiques françaises. L’autre point qui nous intéresse aussi beaucoup, est d’analyser comment une pratique nationale peut s’étendre au niveau international.

En quoi engage-t-elle Société Générale ?
Il n’y a pas plus de contraintes que pour celles que nous avons instaurées dans notre politique d’égalité des chances. Nous parlons d’égalité des chances, de non-discrimination, de l’accompagnement de la carrière, de l’aménagement des conditions de travail et de qualité de vie au travail. Cependant, nous réaffirmons ainsi des pratiques simples mais qui doivent êtres répétées et déployées de manière plus globale afin de servir à la sensibilisation et parfois à la méconnaissance de cette thématique et ce qu’elle recouvre en entreprise. Avec cette charte, nous poursuivons une démarche d’intelligence collaborative avec les autres membres. Tout cela sera mis en commun à travers le réseau d’acteurs, entreprises, associations, ONG…

Des points de la charte vont-ils directement influencer votre nouvel accord et votre politique TH ?
Il n’y a pas une partie qui va engager ou réorienter l’accord. Les 10 engagements de la charte auxquels nous adhérons sont éthiques et moraux, ce sont des lignes directrices. Ils nous permettront surtout de voir où nous sommes meilleurs et où sont nos axes d’amélioration à l’international. Cette charte permettra d’initier une dynamique globale et là ou certains se limitaient, elle leur ouvrira de nouveaux horizons et un champ des possibles en matière de recrutement et d’accompagnement de personnes en situation de handicap, mais aussi de liens et partenariats avec leur environnement, tels que des écoles, les entreprises prestataires… Le fait que notre Groupe s’engage, incite toutes nos entités à se mobiliser. Avec cette charte, nous n’allons pas simplement nouer des relations de sièges sociaux à sièges sociaux mais nous avons la volonté de participer à la création de Hubs sur chaque continent qui vont pouvoir s’interconnecter entres eux, parce que les savoir-faire sont sur le terrain. Ce que je souhaite c’est que les RH des différentes entités de notre Groupe comme des autres sociétés et ONG du réseau communiquent directement sur les questions du handicap. Dans le cadre de cette charte, c’est l’un des objectifs prioritaires.

Quels sont les aspects de la charte auxquels vous allez le plus contribuer ?
Aujourd’hui, modestement, ce que l’on peut déjà faire, c’est communiquer en interne auprès de toutes nos entités pour les informer des principes de la charte et optimiser les échanges d’informations. Immédiatement après, nous allons traduire en anglais les résultats de l’étude prospective « Entreprise, Travail et Handicap 2025 » pour qu’ils puissent bénéficier à tout le réseau.

Cela implique d’optimiser dans nos entités la remontée d’informations et le reporting, de leur mettre à disposition des FAQ et outils, de mieux les informer sur la possibilité de les accompagner en ingénierie de politiques sociales, de les informer sur l’existence des bonnes pratiques répertoriées dans le réseau. C’est du gagnant/gagnant car leur retour d’expérience est très important et en retour ils seront nourris de multiples autres expériences du réseau. Il s’agit là encore de mettre en avant notre esprit d’équipe en faveur du service clients.

*Organisation Internationale du Travail

Photo: à gauche ; Edouard-Malo Henry – Directeur des Ressources Humaines – Groupe Société Générale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site