Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Emploi-Formation et handicap

Société Générale, l’alternance pour bien débuter sa carrière

Maxime Lefebvre, son parcours en alternance au sein du groupe Société générale

Témoignage d’un jeune diplômé en situation de handicap qui débute sa carrière au sein du groupe Société Générale

Maxime Lefebvre est un jeune diplômé de 22 ans qui vit à Paris. Il occupe un poste en alternance chez Société Générale depuis le mois de mai 2018 et son avenir semble tout tracé. Sa réussite ne laisse cependant pas percevoir les difficultés que Maxime a su dépasser pour atteindre ses objectifs professionnels. Dans ces quelques lignes, il nous confie ses ambitions et nous parle d’un cheminement universitaire au cours duquel la solidarité n’a pas toujours été au rendez-vous, sans que cela n’entame sa volonté de réussir.

Maxime est atteint d’une rétinite pigmentaire depuis la naissance et nous explique de quoi il s’agit : « Ce sont les récepteurs de la rétine qui fonctionnent mal, du coup je n’ai pas de champ de vision périphérique. Aujourd’hui il n’existe encore pas de correction pour ce type de déficience et si je porte de lunettes c’est aussi parce que je suis astigmate. »

Une volonté au-delà des obstacles
Maxime s’est donné les moyens de réussir en faisant face à un gros challenge universitaire : « J’ai suivi un double cursus entre Science Po Paris et une faculté de Math-Finances. Actuellement je suis en dernière année de Science-Po. » Un parcours de haut niveau nécessitant un fort engagement personnel ajouté à ses difficultés de vue. Et pourtant tous les établissements ne lui ont pas facilité la vie. « Au niveau des cours tout allait bien car je prenais place le plus près possible du tableau pour bien voir. Je me suis débrouillé pour suivre les cours avec le maximum d’attention. Pour les examens j’ai pu bénéficier d’aménagements mais bien que cela paraisse normal, ce ne fût pas toujours le cas. Certaines structures d’enseignement auxquelles j’ai eu à faire n’étaient pas du tout adaptées, et considéraient que mes contraintes étaient secondaires au regard des leurs. Je me suis entendu dire que vu la qualité de mes notes je n’avais pas besoin de ces aménagements. »

Des ambitions professionnelles claires
Maxime s’est lancé avec passions dans ses études : « J’ai toujours su que je voulais pratiquer un métier dans lequel il y avait des maths et parallèlement j’aimais aussi beaucoup l’économie. Mais cela restait assez large comme vision. Ce n’est qu’à partir de ma deuxième année après le bac que je me suis lancé dans la finance et c’est au cours de ma troisième année d’études, passée aux Etats-Unis, que j’ai approfondi mes connaissances dans ces domaines et précisé les thématiques qui m’intéressaient vraiment. Aux Etats-Unis, la reconnaissance du handicap était naturelle et j’ai obtenu presque sans le demander tous les aménagements utiles pour étudier. Les professeurs sont plus ouverts et plus compréhensifs et plus au fait des questions du handicap. »

Un premier poste en alternance
Le parcours de Maxime s’est professionnalisé chez Société Générale. « Quelques temps après mon année d’échange aux Etats-Unis, j’ai commencé à chercher des stages. C’est grâce à un partenariat entre Science Po et Société Générale que j’ai fait la connaissance d’Eloise Legrix de la mission handicap, elle m’a permis de rencontrer plusieurs managers de la banque. C’est ainsi que j’ai  obtenu le poste en alternance que j’occupe actuellement dans le domaine de l’ingénierie financière. Je participe à la création des produits financiers. »

Une intégration naturelle et chaleureuse
« 
Mon intégration au sein de Société Générale s’est très bien passée. J’ai été très content de l’accueil que j’ai reçu, que ce soit au sein-même de mon équipe que de la part d’Eloise Legrix. J’ai fait part de mes besoins spécifiques à mes managers et à la mission handicap, et j’ai obtenu très rapidement les aménagements de poste dont j’ai besoin pour travailler. C’est très efficace, j’ai très vite été mis dans le cadre idéal pour travailler. À l’issue de mon alternance, j’envisage de poursuivre chez Société Générale et ce toujours dans l’ingénierie financière avec un spectre un peu plus large que celui que j’occupe aujourd’hui. »

Aujourd’hui la vie de Maxime au sein de l’entreprise se passe bien, il organise aussi ses déplacements internes et notamment l’accès au restaurant de façon à ne pas être pris dans le pic d’affluence. Une réussite pour lui et la mission handicap de Société Générale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site