Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Emploi-Formation et handicapSanté, bien-être et handicap

Cancer au travail: le sujet pris à bras-le-corps par SNCF Pionniers

cancer : Anne-Sophie Tuszynski, créatrice de ce réseau cancer@work

Cancer au travail SNCF Pionniers

Le cancer au travail pris en charge par SNCF Pionniers 

Cancer au travail: Lumière sur le programme SNCF Pionniers lancé en 2014 par SNCF et Cancer@Work pour un véritable maintien dans l’emploi.

Améliorer les conditions de travail et le maintien dans l’emploi des salariés concernés par le cancer au travail : Tel est l’objectif de SNCF Pionniers, programme expérimental initié en 2014 par SNCF et Cancer@Work, association d’entreprises créée en 2012 par Anne-Sophie Tuszynski pour améliorer l’insertion, le maintien dans l’emploi, et la qualité de vie au travail des personnes confrontées à un cancer.

Michèle Delaporte, responsable de la mission Handicap&Emploi SNCF, nous raconte comment ce projet a démarré: « En 2013, nous avons mis en place différents forums autour des maladies chroniques invalidantes. C’est suite à ces forums qu’Ariane Conseil – cabinet conseil handicap, santé et qualité de vie au travail – nous a fait découvrir Cancer@Work et nous a présenté Anne-Sophie Tuszynski, créatrice de ce réseau et du programme « Pionniers ». Une rencontre très riche qui a mené au lancement du programme « SNCF Pionniers », avec l’organisation d’une table ronde le 10 mars 2014 – pendant la semaine de la mixité SNCF – et la signature le 4 septembre 2014, de la charte Cancer@Work par moi-même et Christophe Valentie, chef du département emploi, recrutement et formation SNCF. Je souhaitais également que ce programme se développe au-delà du siège de St-Denis, c’est pourquoi j’ai lancé un appel en régions ».

Un appel auquel a répondu Murielle Obry, correspondante travailleurs handicapés à Limoges, pour la région Limousin, secteur particulièrement concerné par le cancer au travail :

« Ce programme est important pour la SNCF car c’est une démarche innovante qui recouvre beaucoup d’enjeux. On entre par la porte du cancer, mais cela permet aussi d’ouvrir le champ sur la maladie et le handicap au sens large, et ainsi de faire progresser la réflexion sur tous ces sujets encore tabous. L’équipe de la délégation du Limousin, ainsi que notre médecin du travail le Dr. Boucher-Masson, ont tout de suite adhéré à cette idée. Et ce d’autant plus que mon ancienne responsable et moi-même avons déjà été touchées directement par la maladie. À cette époque, je n’avais pas eu de problème pour évoquer le sujet au travail, mais cette situation n’est jamais évidente à gérer et les difficultés, personnelles et professionnelles, peuvent être plus ou moins fortes selon chaque personne. D’où l’importance de prévoir quelque chose au sein d’une grande entreprise comme SNCF, même si beaucoup de mesures existent déjà en matière de maintien dans l’emploi. Le 23 septembre 2014, nous avons organisé notre première table ronde à Limoges, dans la suite logique de la conférence qui avait été organisée un peu plus tôt à St-Denis. Cette conférence a rencontré une très forte adhésion des salariés ».

À l’issue de ces premières concertations, à St-Denis et à Limoges, les différents acteurs du programme ont ainsi mis en place deux actions de départ:

– La création d’un baromètre à partir d’un questionnaire distribué à un panel de salariés du groupe SNCF (à St-Denis et Limoges), afin d’évaluer leurs besoins et attentes par rapport au thème du cancer.

– La constitution de groupes de travail avec des salariés volontaires pour animer et faire évoluer le programme « SNCF Pionniers » au fil du temps.

Aujourd’hui, les réunions de groupes suivent leurs cours, et un premier baromètre a d’ores et déjà été établi à St-Denis et dans la région du Limousin à partir des réponses aux questionnaires. La mise en commun des résultats a abouti à deux nouveaux plans d’actions, l’un portant sur le maintien en emploi, l’autre sur la sensibilisation-formation.

Deux grands projets sont également ressortis :

– La création d’une plateforme téléphonique dédiée à l’accueil, l’écoute et le conseil des salariés touchés de près ou de loin par la maladie. Des groupes de travail spécifiques ont été constitués pour mener à bien ce projet.

– La mise en place de formations et/ou ateliers à destination des managers et personnels RH afin qu’ils sachent comment réagir au mieux face à l’annonce d’une maladie ou du retour en poste d’un salarié après un cancer. Une première formation test aura lieu à Limoges, auprès des managers, le 17 mars prochain.

En attendant, le programme SNCF Pionniers continue à mobiliser les troupes et la motivation de chacun ne désemplit pas.

« Nous nous sommes engagés dans ce programme, à présent nous devons aller jusqu’au bout et profiter de ces trois ans pour constituer un véritable socle, basé sur des choses concrètes et réalisables, commente Murielle Obry. Cela va vraiment servir pour l’avenir et nous avons tout ce qu’il faut pour y arriver : un accord solide, un réseau de correspondants TH très fort, ainsi que des associations et des partenaires prêts à venir en appui ».

Un avis partagé par Michèle Delaporte : « Dès le moment où l’on a parlé du cancer, de nombreux salariés se sont manifestés, ont parlé et souhaité participer. Cela montre qu’il y a un réel besoin dans l’entreprise. Les bénéfices et avancées apportés par le programme Pionniers s’intégreront, petit à petit, dans la continuité des différentes actions qui sont mises en place dans le cadre du maintien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site