Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Salarié malentendant : Les conseils d’aménagement du poste de travail

Principes d’aménagement d’un poste de travail pour un salarié malentendant

Principes d’aménagement d’un poste de travail pour un salarié malentendant

Par Marie Pascale Stérin, SurdiciTé. Dans le secteur tertiaire les nuisances sonores sont devenues, avec la généralisation du travail en open space, un problème majeur pour certains salariés atteints de troubles de l’audition. Il existe fort heureusement des réponses à ce problème allant de l’aménagement de l’espace du salarié malentendant à des solutions plus personnelles.

Avant d’envisager l’aménagement d’un poste de travail pour un salarié malentendant ou un sourd, il faut en premier lieu établir un diagnostic de l’état auditif de la personne. On s’interrogera sur son histoire. S’agit-il d’un sourd profond de naissance, d’un malentendant avant l’acquisition du langage, d’un devenu malentendant à l’âge adulte, d’un devenu sourd à l’âge adulte… ? Cette personne porte-t-elle un appareil de correction auditive ? Et si oui lequel ? Nous sommes, en effet, en présence d’autant de cas que d’individus.

Une fois la situation auditive connue, il est important d’en savoir plus sur les habitudes de communication (pratique de la Langue des Signes Française (LSF), de la lecture labiale ou encore du langage parlé complété) ainsi que sur les habitudes de compensation qui sont propres à chacun. Le degré d’acceptation de la situation est un élément très important également. Il est très compliqué d’aménager le poste de travail d’une personne dans le déni, le rejet ou le tabou.

Ensuite, on s’intéressera à l’environnement de travail et on confrontera celui-ci à l’individu pour identifier les améliorations qui pourraient être apportées compte tenu de ses besoins. Rappelons que chaque cas est unique et qu’il n’existe pas de solution universelle.

Un autre élément indispensable pour la réussite d’un projet de ce type est l’accompagnement humain. La prise de conscience par l’environnement de travail des difficultés de la personne est primordiale pour que chacun accepte les aménagements à réaliser. Toute solution technique mise en place, si elle est mal perçue, risque de mener à l’échec. La technique ne fait pas tout. Il est donc important et nécessaire de penser à mettre en place des actions de sensibilisation, des formations, des mises en situation pour le collectif de travail.

Une fois que les besoins du salarié malentendant ont été identifiés et que le collectif de travail les a intégrés, les aspects techniques peuvent alors être abordés. Il est possible d’intervenir sur trois leviers : l’agencement de l’espace de travail, l’ambiance sonore, et la compréhension auditive.

1• La personne sourde ou malentendante doit voir ce qui se passe. Il faut donc qu’elle soit positionnée face aux zones de passage. On n’oubliera pas de retirer tout obstacle visuel pour lui permettre de ne plus être surprise par l’apparition brusque de quelqu’un dans son champ de vision.

2• Les personnes malentendantes sont sensibles au bruit ! C’est pourquoi, on s’attachera à diminuer le niveau sonore au sein du bureau en mettant en place des cloisons acoustiques, en éloignant les machines bruyantes, ou encore en installant de la moquette. Par exemple, afin de protéger une personne hyperacousique (hypersensibilité au bruit) travaillant en open space, des cloisons acoustiques mobiles positionnées tout autour de son bureau permettront d’en faire un espace presque fermé protégé des nuisances sonores.

Pour que la personne se sente dans le même espace de travail que les autres, il faut qu’elle ait connaissance de tous les événements sonores qui s’y déroulent : sonneries, alarmes incendie… Des solutions radio sont développées qui permettent de répondre à ces préoccupations. L’émetteur radio relié à la source sonore permet de capter les sons et d’envoyer un signal vers des récepteurs vibrants et/ou lumineux, avec affichage de texte ou non. Ainsi, une montre avec affichage texte pourra être la solution pour un laborantin qui doit être prévenu du déclenchement de différentes alarmes se mettant en fonctionnement par zone et par type d’incident entraînant alors le confinement ou l’évacuation.

3• Pour améliorer les conditions d’écoute, il existe de très nombreuses aides techniques. Chaque fabricant d’appareil auditif a développé sa propre gamme de matériel, fonctionnant sur des technologies propriétaires ou universelles. Le principe général est pour toutes ces solutions le suivant : des microphones ou émetteurs vont être installés au plus près des sources sonores que l’on veut capter. Ils sont reliés au système de visioconférence, au téléphone mobile ou filaire (pas sur les téléphones DECT, peu de solutions existent pour ceux-là). Un récepteur est porté par le salarié malentendant et en lien avec son appareil auditif (de très nombreuses combinaisons existent dépendant de la marque des appareils auditifs). La distance entre la source sonore que l’on souhaite entendre et la personne malentendante se trouve alors « gommée » et la compréhension devient meilleure. En termes techniques, on parle de boucle magnétique, de streamer, de système FM ou numérique… Il existe aussi, pour ceux qui n’ont plus du tout accès à la compréhension auditive, des systèmes de transcription écrite ou d’interprétation à distance ou en présentiel. Ces solutions sont nombreuses sur le marché, avec des performances qui ne sont pas toujours très bonnes. Les solutions « logiciels » ne sont la plupart du temps pas au niveau des interventions « humaines », qui sont à privilégier aujourd’hui, mais plus complexes à mettre en œuvre.

Le téléphone, un élément essentiel pour le salarié malentendant

Parfois un simple micro-casque peut faire l’affaire. Il y en existe des centaines de modèles sur le marché. Mais souvent ils ne sont pas assez couvrants, et gênants si la personne est appareillée (le casque appuie sur l’appareil auditif). Il est préférable d’utiliser des micro-casques de type « gamer » qui sont bien plus couvrants permettant de s’isoler par rapport au bruit de l’environnement et présentant l’avantage d’être également plus confortables.

Il existe des amplificateurs, sorte de petits boîtiers à brancher entre la base du téléphone et le téléphone filaire. Cette solution est efficace pour des personnes qui ont de légers troubles auditifs. Certains vont fonctionner en Bluetooth connecté aux appareils auditifs des personnes. Là encore, il existe de nombreuses possibilités sur lesquelles les professionnels peuvent apporter des conseils.

Aménager un poste de travail c’est donc mener un travail de recherche d’aides techniques, de tests, mais aussi, et surtout avant tout, c’est de réaliser une étude de la situation, de l’environnement, d’accompagner le collectif de travail et l’individu. La technique est très importante, et beaucoup de choses existent, mais elle ne fait pas tout, il faut solliciter les bons experts pour mettre en place des solutions pérennes.

Des solutions d’aménagement simples qui facilitent l’insertion du salarié malentendant

La société SurdiciTé est intervenue pour une jeune femme malentendante sévère travaillant en open space, appareillée des deux oreilles avec des contours d’oreille et portant un streamer propriétaire (une télécommande autour du cou qui a entre autres la fonction Bluetooth et fait le lien entre son téléphone portable et ses appareils auditifs permettant d’entendre parfaitement les appels). L’open space était relativement calme, moquette au sol, cloisonnettes entre chaque bureau, et relativement petit (8 personnes uniquement). La personne était très mal intégrée dans son équipe, avait des difficultés pour comprendre les appels depuis le poste fixe filaire, ainsi que pour suivre les réunions et les formations. La première démarche indispensable a consisté à sensibiliser les personnes de son équipe. Certains de ses collègues disaient « elle fait exprès de ne pas m’entendre, elle est appareillée donc elle entend forcément… ». Ensuite un système de micro individuel (pour les formations), collectif (pour les réunions), et un amplificateur de téléphone ont été proposés.

Romuald, jeune homme sourd profond de naissance, magasinier pour un grossiste en boissons, est amené à gérer les livraisons et retraits des fournisseurs et clients. Le rideau d’accès à l’entrepôt restant parfois ouvert alors qu’il en est éloigné, il ne peut pas alors surveiller les intrusions malveillantes dans le local. Par ailleurs, il n’entend pas lorsque quelqu’un sonne alors que le rideau est fermé. Équipé d’une montre avec affichage texte, avec deux messages : « sonnette » et « intrusion » il peut désormais résoudre ces problèmes. Les messages s’affichent, pour l’un lorsque quelqu’un sonne à l’extérieur, pour l’autre lorsque quelqu’un déclenche l’émetteur infrarouge positionné au niveau du rideau de l’entrepôt permettant de détecter le passage. Romuald a énormément gagné en autonomie, en confort de travail, et en stress !

Plus d’infos sur : http://www.surdicite.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.