Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Conseils d’expert : Réussir sa recherche d’emploi

Patrick Morin réussir sa recherche d'emploi

Chercher du travail est une démarche complexe et réussir sa recherche d’emploi ne s’improvise pas. Pour la mener au mieux, il vous faudra respecter quelques règles indispensables, et en même temps vous devrez essayer de vous démarquer pour sortir du lot. Patience, méthode et persévérance seront vos principaux alliés. Pour bien réussir votre recherche d’emploi et la mener à bien, nous vous proposons de découvrir les conseils de Patrick Morin, 48 ans, expert dans le domaine du conseil en recrutement.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Après avoir travaillé pendant une trentaine d’années dans le secteur de la distribution, où j’ai notamment occupé des fonctions de manager et de recruteur. Cela m’a donné l’occasion de constater que les candidats adoptent souvent une mauvaise approche ou sont mal préparés. C’est pourquoi j’ai décidé de me consacrer au secteur de l’emploi. J’ai lancé le 3 mai 2016 une entreprise de conseil dédiée à la fois aux candidats en recherche d’emploi et aux entreprises pour toutes leurs démarches stratégiques. J’ai également créé le blog www.1jobpour10cv.fr et publié récemment un ouvrage intitulé « 1 job pour 10 CV – Mode d’emploi » qui vise à accompagner les candidats dans les différentes étapes de leur recherche d’emploi.

Bien débuter ses recherches

Comment s’y prendre au mieux lorsque l’on débute ? Quelles sont les bonnes questions à se poser pour réussir sa recherche d’emploi? Et ensuite ?

Savoir ce que l’on veut
Avant tout, il faut se demander ce que l’on a envie de faire (avant de se demander ce que l’on peut faire), car nous n’avons qu’une vie et il vaut mieux la dépenser en employant son temps à quelque chose que l’on veut vraiment faire. Mais ce n’est pas la seule raison. Cette réflexion de départ est aussi très importante pour la suite de la recherche d’emploi parce que c’est sur la base de cette envie de faire quelque chose que va se baser tout le reste de la candidature. Aux yeux du recruteur, un candidat qui est très motivé et peu formé est beaucoup plus intéressant qu’un candidat pas ou peu motivé, et ce quel que soit son niveau de formation.

Être exigeant
Une fois que l’on sait ce que l’on a envie de faire, la seconde question à se poser est : comment y parvenir ? Il s’agira d’identifier les formations, les lieux, les métiers, les entreprises, et les offres qui pourront permettre d’atteindre cet objectif. Je conseille toujours aux candidats d’être très exigeants lorsqu’ils font ce travail : il faut réellement sélectionner, et surtout ne pas adresser des candidatures à des dizaines d’entreprises de manière irréfléchie. Chaque entreprise ciblée doit être choisie avec soin par le candidat. Il doit faire un vrai choix et être exigeant dès le départ, sinon il le paiera quelques années plus tard, lorsqu’il verra que le poste ne lui convient pas. Le recruteur est exigeant, le candidat doit l’être aussi. Certes il y a du chômage, mais il y a aussi tous les jours des gens qui trouvent du travail.

Comprendre les attentes des recruteurs
Lorsque l’on a un projet professionnel bien défini et que l’on sait à qui le proposer, il reste à comprendre les attentes des recruteurs vers lesquels on va se tourner. Le candidat doit se demander : « Concrètement, qu’est-ce qu’un recruteur va rechercher chez quelqu’un comme moi ? Et quels sont les éléments que je peux mettre en avant pour répondre à ses besoins ? ». Le recruteur va rechercher des compétences et de la motivation, mais il va aussi accorder beaucoup d’importance aux qualités du candidat. Par exemple, il va être attentif à la disponibilité, au sourire, au sens du contact et à l’enthousiasme pour quelqu’un qui souhaite travailler dans le secteur du commerce. Il va attendre du sérieux, de la rigueur et de l’organisation pour un comptable. À chacun de mettre en avant les capacités correspondant au poste visé. D’autre part, pour un candidat en situation de handicap, ce n’est pas ce handicap qui doit être mis en avant, mais bien les qualités du candidat. Une personne qui ne dispose pas de toutes ses capacités physiques peut ainsi démontrer qu’elle a toutes les qualités requises pour occuper tel ou tel poste. Le handicap n’a pas à entrer en ligne de compte à cette étape.
Les qualités exigées sont souvent propres à chaque secteur professionnel, toutefois il y en a quelques-unes qui sont universelles et appréciées par tous les recruteurs, notamment la capacité à travailler en équipe. De même, la capacité à être orienté vers les résultats : pour démontrer que vous disposez de cette qualité, l’idéal est de vous exprimer en termes concrets dès vos premiers échanges avec le recruteur. Évitez les grandes listes d’adjectifs dans les lettres de motivation ou lors des entretiens et parlez en priorité des résultats que vous avez obtenus dans vos expériences précédentes, si possible en vous appuyant sur des chiffres : « J’ai eu la responsabilité d’un service de 25 personnes… ». Il faut rendre les choses concrètes et mesurables.

Quels sont vos conseils pour éviter au maximum que les candidats se découragent au fil du temps ?

Choisir un objectif motivant
Le découragement est d’abord lié à la motivation. Plus celle-ci est grande et plus le risque de découragement sera faible. Le candidat motivé pourra être découragé un jour mais il retrouvera l’envie de chercher le lendemain. Pour réussir sa recherche d’emploi on revient donc au conseil de départ, qui est de choisir un projet professionnel qui nous attire réellement.

Être méthodique
La recherche d’emploi nécessite d’être méthodique et d’avoir une bonne organisation. C’est la règle numéro 1 pour réussir sa recherche d’emploi. Fixez-vous des objectifs et assurez-vous de bien les tenir. Réussir les choses que l’on avait prévu de faire fournit une satisfaction personnelle non négligeable, cela permet de voir qu’on avance et de garder confiance en soi.

Agir sur ce que l’on peut maîtriser
Parfois il ne faut pas trop écouter les autres. On entend souvent « Tu es trop vieux pour retrouver du travail », « Tu n’as pas assez d’expérience ou pas assez de diplômes », « Il n’y a plus de travail » … Ces commentaires n’amènent à rien, alors autant agir sur ce sur quoi on peut agir, et se dire : « Peut-être que le marché du travail n’est pas brillant, mais que puis-je faire de mon côté pour améliorer mes chances ? ».

Ne pas se disperser
Comme indiqué précédemment, il est très important de bien sélectionner les offres auxquelles vous allez répondre et les entreprises auxquelles vous allez vous adresser. Envoyer 100 candidatures est une perte de temps. Il vaut mieux utiliser ce temps pour chercher ce qui ne va pas, quitte à envoyer moins de CV. Si vous ne recevez pas de réponses ou des réponses négatives, c’est qu’il faut changer quelque chose : le cv, la lettre de motivation, la méthode de relance, le ciblage des entreprises à contacter…

Ne pas s’isoler
Lorsqu’on recherche un emploi il est très important de ne pas rester seul. Il faut essayer de voir des gens régulièrement, et pas forcément des personnes qui recherchent aussi un emploi. Les contacts aident à positiver, que ce soit des amis, des connaissances de loisirs, des membres d’associations si vous choisissez de vous faire accompagner dans vos recherches… En plus, sortir de chez vous et voir du monde augmente vos chances de trouver des opportunités.

Avez-vous des conseils particuliers pour les candidats qui n’ont encore jamais cherché de travail auparavant ?

Évitez les CV remplis… de choses vides et inintéressantes pour le recruteur. Lorsque l’on vient de terminer ses études ou que l’on a jamais travaillé (ou très peu) il est normal de ne pas avoir beaucoup d’expérience. Ce n’est pas une raison pour mentionner sur votre cv toute une liste d’expériences qui n’ont rien à voir avec le poste que vous recherchez. Il vaut mieux en sélectionner une ou deux qui sont réellement significatives et les valoriser au maximum en les détaillant un peu plus. Même s’il n’y en a qu’une, il est préférable d’en mettre moins et de ne mettre que du bon.

Et pour ceux qui ont déjà fait des recherches d’emploi mais qui remontent à très loin ?

Je pense qu’ils doivent s’y prendre un petit peu comme si c’était la première fois qu’ils recherchaient du travail, en partant avec l’enthousiasme du débutant et en essayant de se démarquer.
D’une part, ils devront se mettre à la page sur la manière dont les gens recrutent aujourd’hui et sur les nouvelles techniques de recherche d’emploi – qui ont probablement évolué depuis leurs dernières recherches. Il s’agit notamment de se familiariser avec internet, les mails, les réseaux sociaux… D’autre part, ils vont devoir réfléchir à la meilleure manière de valoriser leur expérience, qui ne correspondra pas forcément aux fonctions attendues aujourd’hui sur un même type de poste. C’est pourquoi ils devront aussi travailler sur la mise en valeur de leurs qualités et de leur capacité d’adaptation et d’évolution.

Selon vous les candidats ont-ils plus de chances de décrocher un emploi en faisant une candidature spontanée ou en répondant à une offre proposée ?

Je pense qu’un candidat a nettement plus de chances de réussir sa recherche d’emploi en répondant à une offre car cela signifie qu’il adresse sa candidature à un endroit où il y a bien un poste à pourvoir. Selon l’INSEE, il y a un turnover national annuel d’environ 13%, c’est-à-dire qu’à peu près 13% des postes sont renouvelés chaque année. Donc il y a de l’emploi malgré toutes les difficultés que l’on connaît. Après ce sont deux stratégies différentes. Les candidatures spontanées peuvent mettre plus de temps à porter leurs fruits. L’intérêt majeur de cette stratégie c’est que le candidat se retrouve sans concurrents face aux entreprises qu’il sollicite. Toutefois il s’adresse à des personnes qui ne souhaitent pas forcément recruter, d’où le risque d’avoir peu de réponses. Dans ce cas, l’idéal est de bien se renseigner sur les entreprises convoitées, une bonne info au bon moment peut permettre d’aboutir plus facilement.

Utiliser les bons outils

Aujourd’hui quel est le meilleur moyen d’adresser une candidature ? La candidature par courrier postal est-elle complètement dépassée ?

En général, lorsque l’on répond à une offre d’emploi, la manière dont il faut y répondre est indiquée : soit directement en ligne (sur le site de l’entreprise ou sur le site proposant les offres), soit en adressant un mail, et, très rarement, en adressant un courrier postal – celui-ci étant largement dépassé, lent et peu pratique par rapport à internet. Nous sommes actuellement entre deux époques : en quelque sorte on demande au candidat d’adresser le contenu des courriers d’avant (cv et lettre de motivation) avec les moyens d’aujourd’hui (internet).

Une bonne lettre de motivation est-elle toujours utile pour réussir sa recherche d’emploi ?

Oui, elle est toujours utile et indispensable, tout comme le CV. On ne peut pas tout mettre dans le CV et vice versa. Si ces deux outils sont bien utilisés et bien conçus, ils peuvent être déterminants l’un comme l’autre.

Auriez-vous quelques astuces pour permettre aux candidats de se démarquer à travers une lettre de motivation ?

Ne parlez pas de vous !
La recherche d’emploi c’est en fait deux personnes qui se cherchent, si chacune ne fait que parler d’elle-même ça ne peut pas marche. Lorsque vous vous adressez au recruteur, commencez par lui parler de l’entreprise et de ce qui crée le lien avec vous (ce qui vous intéresse dans son entreprise et l’intitulé du poste), et seulement à partir de là, parlez-lui de vous en fonction de ses attentes. Qu’a-t-il envie d’entendre d’un candidat qui souhaite intégrer son entreprise ?

Sortez des standards
Les recruteurs reçoivent très souvent des modèles de courriers types trouvés sur internet, ce qui est une grossière erreur. Ils en reçoivent tellement que dès qu’une candidature est personnalisée elle sort forcément du lot, même si le candidat qui l’envoie a moins d’expériences ou de compétences que d’autres. Il faut aussi éviter de raconter que l’eau mouille. Une secrétaire qui explique qu’elle sait répondre au téléphone, classer le courrier et noter des rendez-vous… cela n’a pas d’intérêt, c’est une évidence. Par contre attention à bien respecter toutes les règles de forme : la ponctuation, l’orthographe, la grammaire, la présentation… peuvent vous disqualifier.

Une fois la candidature envoyée, à partir de quel moment est-il judicieux de relancer le recruteur ?

Je conseille aux candidats de faire une relance cinq jours après avoir envoyé la candidature, au plus tard au bout d’une semaine car sinon le recruteur risque d’être passé à autre chose. Lorsque l’on a un entretien, l’idéal est de demander à la fin de la conversation à quel moment la décision sera prise, vous pourrez relancer à partir de cette date.

Vaut-il mieux relancer par mail ou par téléphone ? Quel discours conseillez-vous d’adopter pour faire une relance ?

Le téléphone dérange souvent, c’est pourquoi je recommande plutôt de faire la relance par mail, le recruteur l’ouvrira au moment qu’il aura choisi. Quant au discours, je pense qu’il faut aller au plus simple : « Je suis XX. J’ai adressé une candidature par mail au poste de XX le XX. L’avez-vous bien reçue ? ». Soyez le plus naturel possible.

Est-il pertinent de se rendre directement dans les locaux d’une entreprise pour formuler sa candidature, déposer un cv ou appuyer une relance ?

Cela dépend du secteur dans lequel vous souhaitez travailler. Effectivement, cela peut être bien vu dans le secteur du commerce, c’est pour vous l’occasion de faire une démonstration et de montrer que vous n’avez pas peur d’aller au contact et de vous mettre en position de vendeur. Après, ce n’est pas parce qu’on y va que cela va forcément fonctionner, c’est une option parmi d’autres. De plus, il n’est pas forcément évident de rencontrer un recruteur sans rendez-vous préalable, encore plus s’il s’agit d’une grande entreprise.

Que pensez-vous des réseaux sociaux ?

Les recruteurs les consultent. Il faut donc faire attention à l’image que l’on donne de nous-même sur nos pages personnelles. Sur le plan de la recherche d’emploi en tant que telle, les grandes entreprises commencent à utiliser les réseaux sociaux pour recruter mais ce n’est pas une tendance générale, et je n’ai pas connaissance de personnes qui auraient été recrutées par ce biais.

Ceci dit je pense qu’un profil bien rempli sur LinkedIn ou Viadeo peut être un bon complément s’il vient compléter un CV un peu court ou s’il permet d’obtenir plus d’informations utiles sur le candidat.

Attention, si vos pages de réseaux sociaux doivent être soignées, pensez aussi à soigner votre message de répondeur, c’est peut-être la première chose que le recruteur retiendra de vous.

Comment repérer les entreprises qui recrutent… et qui n’ont rien contre les travailleurs handicapés ?

Je pense qu’il n’y a pas de règles définies. Toutefois on peut imaginer que les grandes entreprises ont un peu plus de marge au niveau de recrutement, qu’elles disposent souvent d’une politique de ressources humaines développée et de personnel formé à la question du handicap. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut écarter les PME.
En tous les cas, quel que soit votre handicap, je pense que vous devez avant tout avoir la fierté de proposer votre candidature, avec vos qualités, et votre expérience si vous en avez. La priorité c’est d’être valide sur ce qu’on attend de vous.
Si vous disposez de la RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé), vous pouvez l’évoquer à la fin de l’entretien si celui-ci s’est bien passé, mais ça ne doit pas entrer en ligne de compte dans votre candidature et la présentation de votre profil.

One Comment

Leave a Reply
  1. Je sollicite une lettre d’emploi d’un étudiant sortant dans une institution agronomique et vétérinaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *