Handicap , accédez à une information complète et actualisée en temps réel sur Handirect Magazine

AccueilEmploi handicap et formation handicapRecrutement et handicap : Créer de liens entre associations et entreprises

Recrutement et handicap : Créer de liens entre associations et entreprises

Notre chroniqueur Mylan Douthe propose un plaidoyer pour encourager le monde associatif et celui de l’entreprise à travailler ensemble. Objectif : Optimiser le recrutement des personnes en situation de handicap.

Ecouter article


Optimiser le recrutement des personnes en situation de handicap : Plaidoyer pour une collaboration plus étroite entre le monde associatif et celui de l’entreprise

Par Mylan Douthe. Lors des universités d’été de la conception universelle et de l’inclusion organisées par le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), le 26 août 2020, le Premier ministre a annoncé la création d’une aide exceptionnelle pour favoriser le recrutement des personnes en situation de handicap par les entreprises privées.

Alors que le nombre de demandeurs d’emploi en situation de handicap était descendu sous le seuil des 500 000 personnes avant la crise sanitaire, le Gouvernement souhaite autant que possible maintenir cette dynamique.

La question de l’emploi est, ô combien, difficile, c’est vrai, a fortiori pour les personnes en situation de handicap, mais la réalité est que si le gouvernement veut réellement se saisir de cette question, alors il faudra faire bien plus que d’investir quelques millions, il faudra un véritable changement de paradigme !

En effet, il faudra revoir en profondeur les fondements de notre politique d’insertion professionnelle en sortant de l’approche « culpabilisante » envers les entreprises issue de la loi de 1987 pour désormais partir des besoins des personnes en situation de handicap mais aussi et surtout de ceux des entreprises.

On observe aujourd’hui une multiplicité d’acteurs, souvent mal formés, mal informés et surtout extrêmement mal coordonnés, ce qui contrairement à la volonté affichée, a bien souvent pour effet de conduire les personnes en situation de handicap d’échecs en échecs.

La réalité est que le modèle est inefficace aujourd’hui, et si tel est le cas, c’est tout simplement parce qu’il est en décalage avec les besoins et les attentes !

N’oublions pas, par ailleurs, qu’en raison du vieillissement de la population (au 1er janvier 2019, 20.5% de la population avait plus de 65 ans), le risque que le handicap survienne au cours de la carrière est bien réel.

Dans ce contexte il faut privilégier des outils de proximité pour le recrutement et le handicap

L’entreprise qui a fait le choix du développement de l’emploi des travailleurs handicapés doit prévoir un budget annuel à l’appui des actions internes, un soutien financier s’avère donc indispensable.

Les politiques menées jusqu’alors ont cherché à culpabiliser les entreprises, à les pénaliser financièrement, à les faire payer. Il faut monter un vrai projet, mobilisant les entreprises, en concertation avec le monde associatif. De fait, les entreprises ont plus souvent envie qu’on le pense d’adopter une démarche civique…

Repenser les modalités d’accompagnement des travailleurs

Au-delà de cet impératif, il convient également de repenser les modalités d’accompagnement des travailleurs, en expérimentant un dispositif innovant, consistant, afin de lutter contre la disparité des acteurs et garantir un accompagnement à l’entreprise tout au long des stages ou contrats de travail, à positionner les associations représentatives comme les interlocuteurs privilégiés pour les entreprises. Il s’agit de faciliter des synergies entre tous les opérateurs.

En effet, pour améliorer concrètement le processus d’orientation, l’une des clefs consiste en un développement des liens entre les jeunes en situation de handicap et le monde de l’entreprise par le biais des établissements médico-sociaux et des associations représentatives ! Finalement, il s’agit de permettre aux jeunes d’élaborer au plus tôt une orientation bien pensée, leur permettant de choisir la bonne filière, compatible avec leur handicap. C’est d’autant plus important qu’une réorientation — la possibilité de rebondir — est plus difficile pour un jeune en situation de handicap.

Il est évident que, plus la jonction sera opérée entre le monde associatif et celui de l’entreprise, plus le parcours de formation des jeunes sera cohérent. Et plus les projets professionnels seront élaborés en fonction du jeune lui-même, plus il sera motivé pour apprendre et obtenir une qualification.

Enfin, s’il faut, bien sûr, maintenir l’obligation d’emploi, il faudra l’assortir d’une refondation fondée sur des incitations financières. En effet, pourquoi ne pas réfléchir la mise en place d’un « crédit d’impôt compétitivité handicap » afin de verser à l’employeur un montant égal à 10 % de la rémunération brute due au salarié sur les deux premières années ?

N’oublions pas que la manière dont on inclut, dont on prend en compte les personnes handicapées, révèle l’humanité de la société.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :
Jeunes en situation de handicap : Travailler comme tout le monde
Vie affective et handicap : Stop à l’hypocrisie française !
Aires de jeux accessibles à tous les enfants : Un projet proposé en Gironde
Système de santé et handicap : “Mettons l’accent sur la prévention !”

X