Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Emploi-Formation et handicap

Recherche d’emploi et handicap : Conseils d’expert

Recherche d'emploi et handicap Karl Rigal

Conseils d’expert : La recherche d’emploi avec un handicap

Rencontre avec Karl Rigal, responsable éditorial du site emploi Monster.fr, qui répond à nos questions sur le thème recherche d’emploi et handicap.

Quelles sont les différentes étapes à suivre lorsque l’on débute une recherche d’emploi ?
Avec ou sans handicap, il faut d’abord savoir ce que l’on a à offrir et ce que l’on recherche, donc se définir des objectifs. Pour orienter correctement sa recherche, il faut également s’assurer qu’il y a des débouchés possibles, se confronter aux attentes du marché. On peut vouloir être taxidermiste et adorer ça, le problème c’est qu’il n’y a pas forcément beaucoup de personnes qui recrutent dans ce secteur…

Comment identifier les secteurs où il y a des besoins ?
Se rendre sur des plateformes en ligne, comme Monster, peut donner un ordre d’idée et aider à s’orienter, soit en faisant une recherche par type de poste, soit en regardant quels types d’offres sont présentes globalement. Si la situation du marché ne correspond pas à votre profil, vous pourrez peut-être envisager de réorienter votre recherche et/ou de suivre une formation qui vous permettra d’accéder plus facilement à un secteur qui recrute. Un bilan de compétences peut également être utile pour ceux qui sont indécis ou ont des compétences à proposer mais ne savent pas vers quel domaine s’orienter.

Et ensuite, comment se lancer ?
– Une fois que l’on a identifié le secteur et les opportunités qui nous intéressent, il faut aller rechercher de manière-pro-active des offres d’emploi publiées et correspondant à son profil, au métier que l’on a envie d’exercer.

– À partir de là, il faut bien sûr savoir répondre aux offres avec les meilleures chances de réussite. C’est-à-dire en réalisant :
* Un CV personnalisé – on n’envoie pas le même CV à une entreprise ou une autre, car leurs besoins sont différents.
* Une lettre de motivation, qui sera toujours très appréciée et qui devra également être personnalisée – mais qui par contre ne devra pas être trop longue.

– Après avoir répondu à une offre, il faut relancer ! Ce n’est pas parce que vous n’avez pas reçu de réponse que votre profil n’est pas bon. Le recrutement n’est peut-être pas terminé, il a pu être reporté, il a pu s’opérer en interne et dans ce cas l’entreprise a peut-être tout de même trouvé votre profil intéressant et a conservé votre cv pour une prochaine fois… Dans ces cas-là, relancer vous permettra d’en savoir plus sur la raison pour laquelle vous n’avez pas de nouvelles, et surtout cela démontrera votre réel intérêt pour l’entreprise. Évidemment, il faut adapter son propos, il n’est pas question de venir dans l’entreprise et de lui demander des comptes ! Un RH qui va recevoir un coup de fil ou un mail d’un candidat qui souhaite savoir où en est le processus de recrutement est toujours une action pro-active qui marquera le recruteur… et qui vous distinguera des dizaines de candidats qui ont fait preuve de moins de ténacité. Cela valorise votre profil. On est toujours gagnants à aller faire le pas de plus pour en savoir davantage auprès de l’entreprise. C’est souvent là-dessus que la différence se fait. Dans la capacité de transformer l’épreuve de la recherche d’emploi en un défi…

– En parallèle, il est également important de mettre son cv sur des plateformes en ligne. Elles réunissent une quantité incroyable de recruteurs, qui recherchent la perle rare mais qui n’ont pas forcément le service RH ou le temps nécessaire pour publier une annonce et étudier des centaines de réponses plus ou moins pertinentes. Pour gagner du temps, ces recruteurs préfèrent donc parfois aller chercher directement dans les bibliothèques du marché, et voir quels profils peuvent correspondre au mieux aux besoins qu’ils rencontrent. Dans ces cas-là, les choses peuvent aller très vite, aussi bien pour l’employeur que pour le candidat. Ne pas utiliser ces plateformes, c’est se couper de ces opportunités – en l’occurrence sur Monster, c’est 20 millions de visualisations de CV chaque année.

Certaines démarches doivent-elles être faîtes différemment si le candidat est en situation de handicap ?
Oui, je pense que ces candidats ont tout intérêt à rechercher des entreprises qui déclarent être ouvertes à l’accueil de personnes en situation de handicap. Il y en a. Beaucoup d’entreprises font cette démarche d’aller exposer directement leur motivation à miser sur la diversité, à vouloir mixer les compétences et les personnalités… Dans ces cas, souvent, le site carrières de l’entreprise, explique qu’elle a une démarche active en ce sens, qu’elle dispose d’une mission handicap avec du personnel RH dédié. Évidemment, aller postuler au sein d’une entreprise qui a mis en place des dispositifs spécifiques donne l’assurance d’être mieux accueilli, avec des interlocuteurs qui connaissent le sujet.

Monster a d’ailleurs une démarche pro-active sur ce sujet, avec un portail d’offres d’emploi, de conseil et d’information dédié aux candidats en situation de handicap. Nous proposons aussi aux entreprises qui le souhaitent d’apposer sur leurs annonces le petit logo jaune « Handinamic », qui montre leur ouverture sur la question du handicap et qui duplique leur annonce, qui apparaîtra à la fois sur le moteur de recherche Monster et sur le portail dédié aux candidats ayant un handicap. C’est une manière de valoriser ces entreprises qui font un peu plus que les autres pour l’intégration du handicap dans l’entreprise.

Est-il plutôt recommandé ou déconseillé de mentionner son handicap lors d’une candidature « classique » ?
Si vous travaillez dans un secteur en tension, que vous êtes un professionnel de l’informatique par exemple, ou d’un secteur qui recrute beaucoup, indiquer votre RQTH sur votre CV au même niveau que les coordonnées est effectivement nécessaire. Cela pourra parfois être un plus car l’entreprise qui vous recrutera pourra améliorer son taux d’emploi par rapport à l’obligation d’embauche de 6% de travailleurs handicapées (pour les entreprises de 20 salariés et plus) et pourra bénéficier d’aides financières notamment pour adapter votre poste. Et comme vous disposez d’un savoir-faire recherché sur le marché, en aucun cas cela ne pourra freiner votre candidature.
De même si vous postulez dans des grandes entreprises, car celles-ci sont suffisamment de ressources pour pouvoir s’adapter.
Ensuite tout dépend de la manière dont le handicap est présenté (notamment dans la lettre de motivation et l’entretien) : le candidat peut démontrer à travers ses expériences précédentes qu’il a déjà réussi de bonnes performances sur les postes qu’il a occupés, et ce indépendamment du handicap, qui passe alors au second plan. De même, dire que l’on peut porter des charges jusqu’à 20kg est beaucoup plus positif que de dire qu’on ne peut pas porter des charges de plus de 20kg !

La Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées (SEEPH 2017) aura lieu du 13 au 19 novembre 2017. Que conseillez-vous aux candidats à l’approche de cet événement ?
C’est la semaine pendant laquelle on doit aller chercher des contacts, donner son CV et aller montrer sa motivation indépendamment de son handicap ! L’avantage de cet événement est qu’il permet aux candidats de rencontrer beaucoup d’entreprises ouvertes au handicap, donc leur cœur de cible. Des gens qui font l’effort de se déplacer pour rencontrer un public particulier et leur expliquer pourquoi il faut postuler chez eux et pas chez leurs voisins, c’est très intéressant, d’autant plus quand on est confronté à un chômage plus important que chez d’autres publics. C’est donc l’occasion d’aller rencontrer ces entreprises, de savoir pour quels sont leurs besoins, quelle est leur politique vis-à-vis du handicap… C’est très important en termes d’offres d’emploi, mais aussi sur le plan du réseau. Des gens rencontrés à ce moment-là pourront peut-être vous renseigner sur des opportunités quelques mois plus tard, vous pourrez aussi obtenir beaucoup de conseils de la part des personnes rencontrées.

Quels conseils pouvez-vous donner aux candidats découragés à force de réponses négatives ?
Il ne faut pas se décourager parce qu’on n’a pas de réponse. Maintenir cet excellent réflexe qui consiste à rappeler les gens en mettant ses regrets ou suspicions de côté, montrer qu’on vient chercher de l’information et rappeler son intérêt à la fois pour le poste et pour l’entreprise, rassurer sur ses compétences. Et sur le plan du handicap, il faut se dire que les mentalités changent. Il y a quelques années, les missions handicap se comptaient sur les doigts d’une main, aujourd’hui elles sont très répandues.

Photo : Karl Rigal, responsable éditorial du site Monster.fr – Recherche d’emploi et handicap © Monster France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site