Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Questions-réponses sur la Journée de l’Emploi

Annoncée le 31 août, la première Journée de l’Emploi, qui se tiendra le 24 septembre prochain, suscite engouement, curiosité et questions, autant de la part de particuliers que de journalistes.  Voici donc quelques réponses aux questions les plus fréquentes qui devraient encourager le maximum de personnes à adhérer à la démarche.

En quoi la Journée de l’Emploi consistera-t-elle ?

Nous voyons cette Journée comme la somme des initiatives déployées par chacun au cours des trois semaines qui auront précédé, depuis l’annonce de la création de cette Journée, faite le 31 août. Sur le plan purement opérationnel il n’y aura ni cérémonie ni exposition ni grand discours le 24 septembre, mais l’accumulation, récapitulation des initiatives variées (surprenantes, modestes, spectaculaires…?) suscitées depuis le 31 août (jour de l’annonce publique) et efforts particuliers de communication autour de cette journée.

L’emploi est un souci permanent, pourquoi lui consacrer « seulement une journée » ?

C’est le principe même de ces « Journées » que de donner une fois par an un coup de projecteur appuyé sur un sujet. Les 364 jours restants, le sujet en question n’est pas abandonné. On parle français et on l’enseigne dans le monde même quand ce n’est pas la Journée Internationale de la Francophonie.

Il n’existait donc pas jusqu’à présent de « Journée de l’Emploi » ?

Non, nous avons fait des recherches. Il existe bien une Journée Européenne de l’emploi, une semaine de l’emploi, mais pas une journée nationale de l’emploi, aussi surprenant que cela puisse paraître.

Pourquoi l’emploi vous semble-t-il mériter à son tour sa « Journée nationale » ?

« Le chômage et l’emploi » demeure la première préoccupation des Français d’après la dernière enquête TNS Sofres pour La Croix en juillet dernier. Que dit cette étude ? Après l’annonce début juin des chiffres du chômage pour le premier trimestre 2009 (8,7% contre 7,6% fin 2008), « le chômage et l’emploi » demeure, de loin, la première préoccupation des Français avec 76% de citations (+3 points). Le degré d’inquiétude à l’égard du chômage est particulièrement élevé chez les ouvriers (83% ; +4 points) et les 18-24 ans (89% ; +9 points).

Alors, cette Journée de l’Emploi, pourquoi ?

Parce que l’emploi est une priorité pour beaucoup et une nécessité pour tous.
Parce que quelles que soient les circonstances ou la conjoncture, chaque individu en âge de travailler a le droit d’occuper un emploi : c’est un droit.
Parce que l’activité professionnelle est une des composantes de chaque individu et contribue à son épanouissement personnel.
Parce que la conjoncture actuelle ne doit pas être le simple révélateur d’un monde de l’emploi malmené. Elle doit nous amener à ientifier les points de défaillance dans le système de l’emploi actuel et y apporter des solutions pérennes.
Parce que l’emploi est le reflet d’un progrès social, le résultat d’une intégration dans la société, comme un maillon indissociable de l’ascension sociale.
Parce que la France, pays de Libertés et de Droits se doit d’être l’instigateur d’initiatives d’envergure et de servir de modèle à ses voisins.
Parce que l’emploi doit être l’affaire de tous les citoyens.

Ce « Collectif » dont vous parlez, de qui est-il composé ?

Au départ, il y a des professionnels de tous horizons, dirigeants d’entreprises, cabinets de recrutement et chasseurs de têtes, DRH. Ce que nous appelons « collectif » n’a pas de forme associative ou autre. Il n’y a derrière lui aucune organisation d’Etat ni politique ni syndicale. C’est un regroupement de bonnes volontés, auquel tous peuvent adhérer. Le collectif dispose d’un porte-parole unique, Hervé Sérieyx, qui a accepté de parler en son nom aux médias. L’important n’est pas vraiment de savoir qui compose ce collectif, car aucun ne veut tirer la couverture à lui, mais qu’il regroupe des gens qui se sentent concernés par l’emploi et ne peuvent, chacun de leur côté, s’exprimer en désordre. Notre idée est que des milliers de personnes peuvent faire quelque chose de plus pour l’emploi.

Pourquoi avoir choisi la date du 24 septembre ?

En France existe un phénomène bien ancré dans nos mœurs, qui rythme fortement notre fonctionnement, que l’on nomme « la Rentrée » : la Rentrée du Gouvernement, les nouvelles grilles de Rentrée des stations de radio et TV, la Rentrée des classes bien entendu – celle qui a donné son nom à toutes les autres… les syndicats nous avertissent chaque année avant l’été que « la Rentrée sera chaude ». Tout reprend de plus belle début septembre. De plus, pour l’emploi, septembre et octobre seront, cette année plus que les précédentes (arrivée massive des jeunes diplômés), des mois probablement déprimants en termes de statistiques. Un peu de positivisme n’est pas pour faire du mal, finalement !

Comment allez-vous collecter et faire connaître les initiatives que vous espérez susciter ?

C’est le site www.journeedelemploi.org qui accueille et concentre toutes les informations, celles qui sont données comme celles qui seront reçues. Les entreprises apportant leur soutien (c’est bien sûr non payant, sans engagement contractuel) y auront leur nom. Les initiatives les plus remarquables y seront mises en avant.

Qui peut se sentir concerné par la Journée de l’Emploi ?

Sont concernés les professionnels des ressources humaines, les recruteurs, les entreprises y compris les petites et très petites. Et les citoyens quels qu’ils soient, où qu’ils soient. Vers qui orienter leurs initiatives ? Bien entendu vers les candidats, mais aussi vers leurs personnels en poste afin de les conforter, les rassurer, leur donner des perspectives, mieux les évaluer et les faire progresser Et toute organisation publique souhaitant apporter son soutien. Cela fait du monde, au bout du compte.

En organisant cette Journée, voulez-vous signifier que les Pouvoirs Publics ne font pas suffisamment pour l’emploi ?

Nous trouvons que les Pouvoirs Publics français sont au plan international parmi les plus dynamiques pour les questions économiques et sociales. Ils ont fait et font beaucoup. C’est une des raisons pour lesquelles la consommation diminue ici moins qu’ailleurs et que ce que l’on appelle les « amortisseurs sociaux » produisent leur plein effet. Nous ne sommes pas en France dans une situation de non-action, loin s’en faut. Cela dit, il est important de multiplier les initiatives. Nous disons que tout citoyen, où qu’il soit, peut devenir un acteur de la dynamisation de l’emploi et qu’il y a des initiatives et de l’inspiration à prendre partout.

Ces « initiatives » dont vous parlez, à quoi pourraient-elle ressembler ?

Côté Entreprises : répondre aux candidatures en attente ; organiser des portes-ouvertes pour présenter une activité .. ; Ne pas négliger les collaborateurs en poste, que l’on veut garder.  Côté candidats à l’emploi : peaufiner un CV ; organiser une recherche ciblée et personnalisée ; comment se comporter dans l’entretien d’embauche ; être conscient de ses propres atouts (et préparer une réponse aux faiblesses) ; corriger sa e-réputation, parrainer un jeune, passer un coup de fil pour aider un candidat à ouvrir une porte… Nous disons que les Français doivent cesser d’être des assistés permanents et toujours tout attendre des Pouvoirs Publics.

Monsieur Sérieyx*, pour quelle raison vous êtes-vous engagé en faveur de cette Journée en devenant son porte-parole ?

« J’ai accepté de porter la Journée de l’Emploi car cette initiative arrive à point nommé. Mon expérience des périodes fastes et des crises m’a appris que souvent, un événement modeste pouvait, quand il était soutenu intelligemment et avec le cœur, créer un engouement dépassant largement son cadre initial. La Journée de l’Emploi ne s’inscrit pour l’instant dans le planning d’aucun groupement politique, d’aucun syndicat, d’aucune association car tout simplement ce ne sont pas eux qui l’ont initiée. Le collectif de professionnels qui en sont la source ne souhaite pas tirer bénéfice pour lui-même, mais laisser les initiatives et les actions qui s’y rattacheront et s’en recommanderont sur le devant de la scène. C’est une démarche inédite et altruiste qui me séduit et me donne envie de la parrainer pour sa première édition. »

 

N’avez-vous pas peur d’être “récupéré” par les politiques ?
Toutes les initiatives, tous les soutiens allant dans le sens que nous donnons à la Journée de l’Emploi sont bonnes à prendre, même et surtout si elle venait d’un Ministre ou du Président de la République !

D’où viennent vos moyens, qui finance cette opération ?

Ce sont quelques membres du collectif qui, à titre privé, apportent les fonds pour lancer, réaliser et soutenir la démarche, qui se résume à la gestion du site web, des différents profils sur les réseaux sociaux et le travail de notre agence de relations presse.

« Apporter un soutien à la Journée de l’Emploi » : combien cela coûte-t-il à une entreprise ?

Une entreprise (employeur, cabinet de recrutement, etc.) qui déclare apporter son soutien à la Journée de l’Emploi n’a rien à payer. Toute entité acceptant de déclarer publiquement son soutien à la Journée de l’Emploi peut faire figurer son logo dans la page « Ils sont partenaires de la Journée de l’Emploi », signifiant qu’au minimum elle encourage l’idée, ou, mieux, qu’elle prévoit de faire quelque chose, prendre une ou plusieurs initiatives… lesquelles pourront être mentionnées dans le site journeedelemploi.org et également annoncées aux médias par l’agence de Relations Presse Actual (elle-même partenaire de la Journée de l’Emploi)

« Apporter son soutien à la Journée de l’Emploi » : combien de temps et d’énergie cela va-t-il réclamer à une entreprise ?

Le jour du 24 septembre chacun est libre de marquer le coup en mettant les moyens qu’il veut ou qu’il peut, au niveau local et au sein de ses structures. Une entreprise, un DRH, un cabinet de recrutement, un organisme public acceptant de profiter du coup de projecteur médiatique provoqué par la Journée de l’Emploi (ou de s’y associer pour l’amplifier) est encouragé à décider, préparer, faire connaître un engagement, une initiative… cela sera relayé par le service de Relations Presse travaillant pour la Journée de l’Emploi. Cela dans la période précédant le 24 septembre. Il peut s’agir de choses qui étaient déjà planifiées pour plus tard ou pour n’importe quelle date, et qu’il suffit de décider d’annoncer à l’occasion de la Journée de l’Emploi.

Au minimum, « apporter un soutien » consiste à demander (pour une entreprise) de placer son logo dans la page « Ils sont partenaires de la Journée de l’Emploi » du site Journée de l’Emploi. C’est gratuit et sans engagement.

Et tout le monde peut publier un commentaire sur le site Journée de l’Emploi, faire part d’une réaction, apporter un témoignage. Voir les premiers messages venus des entreprises (cliquer ici).

* La Journée de l’Emploi (www.journeedelemploi.org) est une initiative citoyenne initiée par un collectif de professionnels et de responsables des Ressources Humaines, Professionnels du Recrutement et Entrepreneurs, dont le porte-parole est M. Hervé Sérieyx.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.