Handicap , accédez à une information complète et actualisée en temps réel sur Handirect Magazine

AccueilPolitiques et handicapPolitique handicap en Auvergne-Rhône-Alpes : La parole à Sandrine Chaix

Politique handicap en Auvergne-Rhône-Alpes : La parole à Sandrine Chaix

Ecouter article


Politique régionale du handicap en région Auvergne-Rhône-Alpes, un exemple à suivre

Certains peuvent penser que nous parlons souvent de la région Auvergne-Rhône-Alpes et ils n’ont pas tort. La raison ne vient pas de notre origine lyonnaise mais plus simplement du fait que le dynamisme de la politique handicap menée par le région Auvergne-Rhône-Alpes est sans équivalent en France.

Cette philosophie date de plus de 25 ans mais elle a pris un essor particulier avec l’arrivée de Laurent Wauquiez à la tête de la région. En effet ce ne sont pas moins de 4 millions d’euros de budget qui sont votés chaque année pour venir en soutien aux différentes branches, associatives, entrepreneuriales, touristiques ou scolaires du handicap.

Une mission handicap a vu le jour avec à sa tête une dynamique Conseillère régionale, Sandrine Chaix. Avec son équipe elle porte sur tous les fronts, de manière quotidienne et sans économie d’efforts, la politique handicap de la région. L’ensemble des actions menées depuis 4 ans dépasse de loin tout ce qui a été fait précédemment comme ce qui est fait sur l’ensemble des autres régions. De manière unique en France le président et son équipe décident chaque année de défendre une grande cause régionale dédiée à une thématique du handicap.

Chacune de ses grandes causes, fait l’objet d’une réflexion et d’une mise en réseau des principaux acteurs. De nombreux et lourds investissements sont à chaque fois réalisés pour soutenir les actions existantes mais aussi pour inciter à plus d’initiatives et de créativité. Mais ce qui rend cette politique plus admirable, c’est qu’elle ne relève pas d’une obligation légale en dehors de quelques compétences régionales liées aux lycées ou à la formation. Chaque année, la grande cause fait aussi l’objet d’«assises» début juin, qui réunissent l’ensemble des acteurs et les familles concernées au sein de l’hôtel de région.

Alors oui nous sommes fiers de mettre en avant cette région qui transforme systématiquement les paroles en actes et met le handicap au même niveau que ses autres domaines de compétences. Nous souhaitons par cette valorisation inspirer d’autres régions en ayant bien conscience que l’aspect financier sera différent d’une région à l’autre. Mais la volonté de faire bouger les lignes peut être la même.

Bilan 2019 et point d’étape 2020 de la politique handicap menée par le région Auvergne-Rhône-Alpes

La grande cause 2019 était consacrée aux accidentés de la vie, celle de 2020 s’intéresse au thème « Enfance et handicap ». Nous avons donné la parole à Sandrine Chaix pour faire un petit bilan de l’année 2019 et un point d’étape sur l’année 2020. Bien que nous soyons tous touchés par la crise sanitaire, nous devons maintenir les efforts engagés pour l’inclusion et la dignité de tous car beaucoup de personnes en situation de handicap sont en première ligne de la crise.

Cette année, du fait du confinement, les assises sont reportées au 7 novembre lors du forum « enfance et handicap ». Mais pour pallier à ce report Sandrine Chaix va organiser une consultation participative en ligne afin de recueillir auprès des acteurs concernés le maximum de témoignages et de propositions sur des thèmes tels que l’annonce du handicap, la parentalité, les loisirs, la scolarité, le soin, les aides techniques et bien sûr le répit qui est une indispensable planche de salut pour beaucoup de parents… durant le confinement c’est une manière de mobiliser les intéressés. La matière recueillie servira à peaufiner les objectifs prioritaires qui seront définis le 7 novembre. Il est tout à fait remarquable de noter que la politique de la région s’inspire des besoins de la personne avant de mettre au point des mesures et des aides.

Sandrine Chaix nous rappelle que si fédérer les acteurs de la grande cause est une étape incontournable, « cette année leur nombre nous impose de procéder autrement, c’est donc vers un travail par thématique que nous nous orientons. C’est ensuite autour de ces thématiques que nous choisirons les acteurs qui interviendront avec leur orientation respective, sociale, médicosociale, handisport, scolaire ou d’animation et bien d’autres… Aujourd’hui les grandes thématiques que nous avons établies sont : l’annonce du handicap, les maladies rares, crèche, éducation, loisirs et sport, parentalité et cellule familiale, accès aux soins et prévention et bien sur la question des droits avec nous l’espérons une participation active de la CAF. » Lors du forum du 7 novembre, un espace salon facilitera la découverte d’aides techniques et de prestations locales.

Au centre de tout cela, c’est le répit qui occupera la place centrale. « Il se décline sous différentes approches, à nous de les mettre en valeur, de les développer et de les mettre au service du plus grand nombre. Le principal témoignage qui remonte des familles, c’est leur lassitude d’être toujours dans un parcours de recherche d’informations difficiles à identifier.

Sandrine Chaix souhaite donc, à l’échelle régionale, simplifier et faciliter l’accès à cette information et l’accompagner d’avis utilisateurs pour aider dans leur choix celles et ceux qui recherchent un service, un professionnel, une association ou un lieu de loisirs… « J’ai pour objectif de voir apparaître, par exemple, une plateforme régionale afin de répondre de manière plus précise et rapide aux besoins des personnes concernées ».

Et au-delà de l’aspect numérique, le souhait de Sandrine Chaix, c’est d’« aider les hôpitaux et les établissements à rendre leurs espaces famille plus accueillants et surtout plus adaptés aux échanges familiaux en cofinançant des espaces véritablement consacrés à une parenthèse familiale, en toute intimité et non dans le cadre d’une chambre de soin avec quatre personnes debout et des enfants assis par terre durant la visite à un enfant ».

Cet espace répondra aussi à plusieurs fonctions comme d’organiser un goûter, un anniversaire et ainsi faire renaître le temps de quelques heures le cocon familial au sein de l’hôpital. « C’est très important pour l’enfant comme pour les parents. Ce dispositif sera voté d’ici au début de l’été. Le deuxième dispositif que je souhaite promouvoir concerne plutôt la grande cause des accidentés de la vie. Il s’agit d’aider au développement de la domotique dans les appartements tremplins pour faire la promotion de cette technologie car elle apporte une aide très précieuse aux personnes dépendantes et favorise la reprise de l’autonomie ».

Quel retour sur la grande cause 2019 consacrée aux accidentés de la vie ?

« Avant d’aborder le bilan de l’année dernière je précise que les deux dispositifs que je viens d’évoquer bénéficient aussi à la cause des ‘accidentés de la vie’. La grande cause régionale  2019 de la politique handicap menée par le région Auvergne-Rhône-Alpes était donc consacrée aux accidentés de la vie ». Parmi les actions réalisées au profit des accidentés de la vie et de leur famille, Sandrine Chaix évoque la réalisation d’une feuille d’information qui sera mise à disposition dans les hôpitaux et les établissements de convalescence de la région pour informer les personnes touchées, et leur famille, des dispositifs et des prestations existantes qui peuvent les aider après la survenue de l’accident, comme à la sortie de l’établissement.

« Informer ces personnes, ces familles pour qu’elles retrouvent très rapidement des perspectives et du soutien est très important » poursuit-elle. En partenariat avec la clinique du Grésivaudan (Isère), la région met en œuvre un dispositif d’accompagnement au permis de conduire pour celles et ceux qui doivent le faire réévaluer par suite d’une lourde perte d’autonomie et celles et ceux qui doivent le passer pour la première fois avec un enseignement et un véhicule adapté. Toujours dans le cadre de l’appel à projets innovation, la région a cofinancé l’acquisition d’un exosquelette unique en France, dédié à la rééducation des enfants comme des adultes en centre de convalescence.

Et Sandrine Chaix de poursuivre : « Avec le CHU de Clermont-Ferrand et AFM Téléthon nous avons contribué au financement du développement d’une prothèse pédiatrique pour les membres supérieurs, ce qui est assez rare. Mais au-delà de nos partenariats avec l’AFTC et la FNATH, nous avons contribué à faire savoir que le drame d’un accident de la vie et ses conséquences personnelles et familiales peut-être adouci et accompagné par des associations compétentes, très largement représentées sur le territoire régional. Je conclurai en reprécisant la philosophie de nos aides financières. Elles ont certes un rôle très concret et mesurable mais ce que nous souhaitons avant tout c’est leur donner un effet levier et fédérateur. C’est ensuite aux acteurs concernés de maintenir la dynamique que nous avons aidé à impulser. Certes cela ne bouche pas tous les trous de la raquette mais ça peut changer beaucoup de choses. »

Durant le confinement la région s’est aussi très largement investie dans l’achat et la fabrication de masques à destination des soignants, des ESAT et des aidants, et bien au-delà pour toutes les personnes résidentes de la région.  

Pour en savoir plus sur la politique handicap de la région Auvergne-Rhône-Alpes : https://www.auvergnerhonealpes.fr/98-handicap-politiques-sociales-sante-famille.htm

Derniers articles

X