Handicap , accédez à une information complète et actualisée en temps réel sur Handirect Magazine

AccueilLoisir, tourisme et handicapPetit futé: Marseille, escale méditerranéenne

Petit futé: Marseille, escale méditerranéenne

Ecouter article


La deuxième ville de France par sa population et la plus ancienne par son histoire ne cesse de se renouveler. Par-delà les clichés de son Vieux-Port, de son stade Vélodrome et de ses plages, c’est à une véritable (re)découverte culturelle à laquelle Marseille vous convie : artistique, mais également gastronomique, écologique et humaine… À l’image de la cité phocéenne, dont le charme réside dans son authenticité, sa diversité et sa simplicité.

 

2 600 ans ont passé depuis le légendaire mariage de Gyptis, la fille du roi Nann, chef des Ségobriges (tribu ligure), et de Protis, navigateur grec venu de Phocée, à l’origine de la fondation de Massalia !

 

Marseille, carrefour des cultures méditerranéennes

D’abord les Grecs donc, puis les Romains, et à partir du XIXe siècle les Italiens, les Arméniens, les Maghrébins, les Turcs… Une richesse historique et culturelle relatée par le musée d’Histoire (rampes d’accès, ascenseurs et entrée accessible rue Henri Barbusse), à proximité du Jardin des Vestiges, au Centre Bourse, héritage des trésors archéologiques grecs découverts sur le site en 1967. Cette influence orientale et méditerranéenne, on la retrouve notamment dans l’architecture d’inspiration byzantine de certains monuments phares comme la somptueuse cathédrale de la Major, et la fameuse Notre-Dame-de-la-Garde, toutes deux œuvres de l’architecte Henri-Jacques Espérandieu (1829-1874). En continuité avec l’histoire, le MuCEM (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) a été conçu par les architectes Rudy Ricciotti et Roland Carta. S’il a reçu les collections nationales de l’ancien Musée national des arts et traditions populaires (MNATP), du musée de l’Homme et une partie de celles de l’ancien musée des Arts d’Afrique et d’Océanie, il propose également de nombreuses expositions temporaires de premier ordre. Et ce haut lieu de la culture est parfaitement accessible (par le bâtiment J4). L’ensemble des espaces d’exposition, les ascenseurs et l’auditorium ne poseront pas de soucis pour les fauteuils roulants. Pour les sourds et malentendants et les personnes souffrant d’un handicap visuel, des dispositifs d’aide à la visite, notamment des guides multimédias, sont prévus. La Villa Méditerranée, elle, a été imaginée par l’architecte Stefano Boeri. Véritable prouesse technologique, cet espace d’expositions présente une salle immergée sous la mer ! Là encore, elle est parfaitement accessible et des visites adaptées, plans et supports de visite pour les personnes en situation de handicap visuel et auditif sont aussi proposées. À noter que ces établissements sont gratuits pour les visiteurs handicapés et sont labellisés « Tourisme et Handicap », comme l’office de tourisme, qui pourra apporter une aide précieuse. Outre un guide de l’offre touristique et des services publics adaptés, l’Office de Tourisme propose notamment des documents en braille sur les principales attractions touristiques de la ville. Par contre, des efforts doivent être faits en ce qui concerne les transports en commun, car aujourd’hui seules les 4 dernières stations de la ligne 1 du métro sont totalement accessibles en fauteuil roulant.

 

Des visites en pagaille

Bien sûr, il ne faudra pas oublier le Fort Saint-Jean, joyau du XVIIe siècle, et accessible par deux passerelles. Si quelques zones sont difficiles d’accès, des ascenseurs permettent d’accéder aux espaces d’exposition. Et de profiter de l’incroyable panorama sur la cité phocéenne. Sans oublier la « Bonne Mère » (la basilique Notre-Dame-de-la-Garde), qui veille sur la cité à 149 m de hauteur et qui reste le monument le plus visité de la ville. Depuis son esplanade, la vue est superbe et l’église est accessible par ascenseur. Sur l’autre rive, le quartier du Panier, quartier historique de la ville, dont la popularité originelle s’est « boboïsée » sous l’afflux des touristes et le succès de la série Plus belle la vie. Toujours au Panier, se dresse la majestueuse Vieille-Charité, dont on doit le style baroque flamboyant au grand architecte marseillais Pierre Puget. Bonne nouvelle, en plus d’être magnifique, elle est adaptée aux fauteuils roulants. Mais Marseille ne se résume pas qu’à son port. On y compte également de magnifiques parcs et jardins, parfois en pleine ville, pour celui du XXVIe Centenaire ou du Palais-Longchamp.

Et, à chaque coin de rue, il suffit de lever les yeux pour apercevoir des trésors d’architecture (parfois mal mis en valeur) : églises, fontaines, sculptures ornant la façade des immeubles (cariatides, vierges…). Si la plupart des sites culturels se trouvent en centre-ville, des efforts ont été faits pour « décentraliser » les espaces culturels. Il en est ainsi du château de La Buzine dans le 11e arrondissement (accessible et labellisé « Tourisme et Handicap »), cher à Marcel Pagnol, et qui accueille aujourd’hui une « cité du cinéma » dans un environnement préservé. Idem pour la Friche de La Belle-de-Mai. Délaissée depuis la fermeture de la Manufacture des Tabacs en 1990, cette friche industrielle accueille désormais trois pôles dédiés aux industries du multimédia, du numérique et de la culture, dont les salles principales sont accessibles.

 

La nature à portée de main

Mais Marseille, c’est aussi un environnement exceptionnel. Rare grande ville française construite en bord de mer, elle offre 57 km de littoral du nord au sud, d’ouest en est… Commencer par la Corniche Kennedy en venant du centre-ville s’impose (accessible à plusieurs endroits). Vous y trouverez la plage la plus proche du port et la plus ancienne, la plage des Catalans, suivie de la plage du Prophète. Avant d’atteindre celles du Prado, sans doute les plus populaires (repérables à la majestueuse statue de David, qui marque la fin de la Corniche), et qui disposent d’une mise à l’eau (en été) au bout d’un ponton. Alors qu’au large trônent fièrement les archipels du Riou et du Frioul, formés par une quinzaine d’îles et d’îlots, dont la célèbre Île d’If, terre d’accueil du château qui inspira Alexandra Dumas dans son Comte de Monte-Cristo.

 

INFOS FUTEES

 

Y ALLER

 

Par avion (aéroport de Marignane), en TGV (gare Saint-Charles) ou par la route. Au choix : la Nationale 7 ou l’autoroute du soleil, un peu chère, souvent bondée mais bien pratique !

 

AIR FRANCE

✆ 36 54 

www.airfrance.fr

 

VOYAGES SNCF

✆ 36 35

http://www.voyages-sncf.com

 

UTILE

 

OFFICE DE TOURISME ET DES CONGRES DE MARSEILLE

11, la Canebière

13211 Marseille Cedex 01

✆ 0 826 500 500

www.marseille-tourisme.com

Derniers articles

X