Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Handisport

Paralympiques 2016: Cyril Moré, membre du Comité International #9

Cyril Moré Paralympiques 2016

Cyril Moré est Membre du Comité International Paralympique et consultant auprès de France Télévisions pour les Jeux paralympiques 2016 de Rio.

Il a beaucoup de choses à nous dire à propos des jeux de Rio et de la délégation française. Il nous fait bénéficier dans cet entretien des compétences et des analyses d’un multi-champion paralympique.

  • À 8 jours de l’ouverture, l’accueil des athlètes handisport à Rio est-il prêt ?
    Concernant l’accueil des athlètes handisport, tout est prêt à fonctionner dans les moindres détails, les cheminements et transferts entre sites olympiques sont propres et adaptés. Il n’y a pas d’obstacle identifié dans le quotidien des athlètes. Bien sûr l’hébergement est assez simplifié mais pratique et adapté, c’est l’esprit olympique. Le seul aspect sur lequel nous n’avons pas de prise c’est le tourisme que feront à titre individuel les athlètes. Tout est aussi bien préparé qu’organisé pour accueillir les 200 représentants de la délégation française dont 126 athlètes.

Dans ce type d’événements, tout est calé très en avance et nous savons où la délégation va loger, quels sont les horaires et les lieux précis des compétitions, comme des remises de médailles, à la minute près. Le Comité Paralympique et Sportif Français a aussi prévu un club France pour accueillir les athlètes, les partenaires, la presse et les officiels durant les jeux.

  • Qu’en est-il de la sécurité et du bien-être des athlètes ?
    Toute la partie fret est envoyée, contrôlée et passée en douane très en amont. Ceci pour que les athlètes, qui arrivent huit jours avant l’ouverture, retrouvent leur matériel, puissent éventuellement le réparer, s’acclimater, se reposer et s’entrainer. Le risque c’est surtout de ne pas retrouver son matériel de sport et de devoir en emprunter ou en faire venir de nouveau. C’est très contrariant et je le sais pour l’avoir vécu à Varsovie. Dans la situation actuelle, nous serons bien sûr soumis aux règles de sécurité les plus rigoureuses. L’autre aspect de la sécurité concerne la santé, l’hygiène et l’alimentation. Tout cela est suivi de près par des chefs de mission car avant la compétition tous les athlètes doivent être au top de leur forme
  • La délégation française part-elle dans un seul avion ? Avec quelle compagnie ?
    Comme la délégation prend des vols commerciaux d’Air France, l’ensemble de ses membres voyageront sur deux vols différents à un jour d’intervalle. Ces frais restent pour la plupart à la charge des instances sportives françaises.

     • Quels sont les chiffres à retenir pour ces jeux ?
Voici les principaux : 176 pays représentés, 4300 athlètes pour 22 disciplines sur 10  jours de compétitions. Et bien sûr nos 126 athlètes français ! J’ajoute les 100 heures de retransmission en direct des épreuves sur France Télévision !

  • Qui sont les plus gros partenaires de la délégation française ?
    Il s’agit d’EDF, Société Générale, Malakoff Médéric, FDJ et le Ministère des sports.
  • Quelles sont les épreuves les plus attendues lors de ces Jeux paralympiques 2016?
    Comme pour les Jeux Olympiques, ce sont la finale du 100 mètres hommes et femmes, et la finale du basket hommes et femmes. C’est emblématique de gagner dans ces épreuves.
  • Quels sont les sports typiquement paralympiques ?
    La Boccia, d’origine gréco-romaine, et comparable à la pétanque. C’est un jeu d’adresse et de précision qui se joue depuis un fauteuil roulant par des athlètes souffrant de paralysies motrices ou d’infirmité motrice cérébrale.
    Le Goalball (Torball), destiné aux déficients visuels. Le but est d’envoyer à la main la balle (munie d’une clochette) dans le but adverse.
    Ces sports n’existent pas hors du champ du handicap mais toutes les autres disciplines ont malgré tout été adaptées aux différents handicaps.
  • Quelle place la France vise-t-elle au classement général ?
    Humble et optimiste la France vise de se situer au général entre la 15ème et la 10ème place. Les grandes chances de médailles sont en athlétisme, natation et tennis de table. Tous nos sélectionnés ont déjà remporté des victoires à l’international, c’est un minimum.
  • Que pensez-vous de l’exclusion de la délégation russe des Jeux Paralympiques ?
    Mon avis en tant que témoin de l’évolution des paralympiques sur ces 20 dernières années. Je trouve cette décision extrêmement forte et courageuse. Et en même temps dramatique pour les athlètes. Elle a été motivée par la situation des Jeux de Sochi lors desquels 35 athlètes handisport russes ont été convaincus de dopage. Si cette décision est maintenue, ce sera un exemple puissant à destination des athlètes, des nations et aussi du CIO. Nous pourrons leur montrer que nous n’acceptons pas le dopage. Ni même les arrangements autour du dopage pour raisons politiques. Si les 200 athlètes russes ne peuvent pas participer, ils seront remplacés par de nouveaux sélectionnés d’autres pays.
  • Des rumeurs courent sur les difficultés financières des JO qui pourraient compromettre les Jeux Paralympiques qu’en est-il ?
    Je trouve cela aberrant car tous les athlètes ont déjà leur billet pour le Brésil et tout est organisé dans les moindres détails. Si les organisateurs devaient faire des économies ils pourraient éventuellement annuler la cérémonie de clôture mais en aucun cas les Jeux. De plus le Comité International Olympique (CIO) a les moyens de compenser cette difficulté si elle existe véritablement. Mais peut-être n’est-ce qu’un appel du pied !
  • Le Brésil est-il une forte nation handisport ?
    Le Brésil est généralement une nation forte aux paralympiques et en qualité de pays d’accueil nous nous attendons à ce que ses athlètes nous offrent de très belles performances.

https://www.facebook.com/cyrilmore2012/

Twitter : @cyril_more2024

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site