Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Handisport

Paralympiques 2016: Cœur Handisport vous livre son histoire #3

Paralympiques 2016 Benjamin Louis Coeur handisport

Cœur Handisport : Des championnats du monde d’athlétisme aux Jeux Paralympiques 2016

Association et média d’actualité, Cœur Handisport a pour but de faire mieux connaître le handisport et de faire changer les regards sur le handicap. À l’approche des Jeux Paralympiques, événement que Cœur Handisport suivra de très près, nous sommes allés à la rencontre de son fondateur, Benjamin Louis. Il nous fait découvrir ce média original et nous fait part de ses impressions quelques jours avant le lancement des Jeux Paralympiques de Rio 2016.

Pouvez-vous vous présenter ?
J’ai 29 ans, je suis salarié dans le domaine de l’énergie et je suis président fondateur de l’association Cœur Handisport. Je suis passionné par le sport, que j’ai toujours pratiqué et regardé. J’ai notamment pratiqué en handisport, du cécifoot, du torball, et de l’athlétisme au niveau national. Par ailleurs, je suis les différents résultats sportifs de très près, en essayant de m’intéresser à toutes les disciplines sans me limiter à celles qui sont les plus médiatisées.

Je suis malvoyant de naissance, à cause d’une maladie rare qui s’appelle l’aniridie – caractérisée par l’absence totale ou quasi-totale d’iris, membrane qui colore l’œil et lui transmet partiellement la lumière.

Cœur Handisport, qu’est-ce que c’est ?
« Cœur Handisport » est une association loi 1901 à but non lucratif. C’est un média d’actualité sportive qui a pour objectif de communiquer, d’informer et de sensibiliser le plus grand nombre sur la pratique et les disciplines handisport. On peut y trouver de nombreux articles sur tous les grands événements handisport qui ont lieu partout dans le monde. Le site internet www.coeurhandisport.fr dispose également d’un moteur de recherche qui permet un suivi complet des athlètes français, par discipline et par compétition, à travers l’historique classé de l’ensemble des articles publiés. Il y a aujourd’hui une base d’informations assez exhaustive. En complément du site internet, les lecteurs peuvent nous suivre sur Facebook et Twitter.

Comment avez-vous eu l’idée de créer Cœur handisport ?
À la suite des Championnats du Monde d’athlétisme handisport – événement majeur – à Lyon en juillet 2013, je me suis rendu compte du manque d’intérêt médiatique sur l’univers handisport. Alors que cette compétition a rassemblé de nombreux spectateurs et de grands sportifs qui ont réalisé des performances exceptionnelles, les médias n’ont quasiment pas relayé l’événement… si ce n’est France Télévisions qui a diffusé deux heures de direct par jour, ce qui semblait dérisoire, et incroyable, au vu du nombre d’athlètes français présents. Suite à ces championnats du Monde d’athlétisme, j’ai fait des recherches sur internet, pour savoir si l’on pouvait trouver facilement des informations d’actualité sur le handisport. Et devant le vide que j’ai trouvé, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire… J’ai donc rapidement commencé à communiquer sur le sujet, d’abord en tant que simple bloggeur. J’avais envie de contribuer, d’apporter quelque chose qui manquait.

Qu’est-ce qui vous a motivé ?
Tout d’abord, j’étais concerné en tant que personne en situation de handicap. Puis, en tant qu’amoureux de sport, j’ai eu comme un déclic/un devoir de m’emparer de ce sujet, pour mettre en lumière nos sportifs français et pour faire changer le regard sur le handicap.

Quelles ont été les différentes étapes de la création de Cœur handisport?
Tout a commencé par la création d’une page Facebook et d’un compte Twitter en 2013 (@coeurhandisport), sur lesquels je mettais au départ quelques actualités à travers un petit texte ou des photos. Je n’avais pas encore de réseau. Celui-ci est arrivé ensuite, de même pour les lecteurs. Au fil des mois, mon fil d’informations est devenu de plus en plus assidu. Puis, après plusieurs mois, Coeur Handisport est passé du virtuel au réel, avec la couverture d’événements notamment par des reportages photos. J’y ai passé beaucoup de temps, autant pour la mise en ligne d’actualités que pour le développement de mon réseau. Ensuite, les choses n’ont pas cessé d’évoluer jusqu’à la création et l’ouverture du site internet www.coeurhandisport.fr début janvier 2016 afin de centraliser l’actualité handisport.
En fait, je pensais à la création d’un site internet depuis quelques temps, mais je n’avais pas les compétences nécessaires pour le créer. L’an dernier, en 2015, j’ai participé à un concours de projets. Je n’ai pas remporté le concours mais j’y ai rencontré quelqu’un qui a été déterminant pour la suite : Silvère. Nous avons échangé et décidé de collaborer. C’est ainsi qu’il est devenu le webmaster du site internet de Cœur Handisport, qu’il a créé sur mesure de A à Z. D’autres personnes interviennent de temps à autre (comme Gérôme qui est à l’origine du logo), pour me donner des idées ou me faire part de leur point de vue.
Cela change tout d’avoir un site pour compléter les réseaux sociaux. Sur un site internet, on peut tout classer comme on le souhaite, et notamment proposer les suivis d’athlètes et de compétitions. Cela donne aussi une visibilité supplémentaire sur le web et plus d’amplitude à ce que l’on fait.

Le sport… Qu’est-ce que ça représente pour vous ?
Le sport est vecteur d’intégration, c’est le dépassement de soi et cela permet de vivre des émotions. Au niveau du handisport, cela permet de parler et de donner une image positive du handicap. Il est donc important de créer cette envie de pratiquer chez les personnes en situation de handicap, car le handicap est compatible avec le sport.

« Les Jeux Paralympiques c’est un formidable outil pour parler du handicap »

Qu’allez-vous proposer sur Cœur Handisport pendant les Jeux Paralympiques 2016 ?
Il y aura un suivi des résultats Français avec l’édition d’articles jour par jour, le format habituel ne va pas trop changer, c’est juste que là l’actualité sera très dense avec des épreuves qui auront lieu en continu. Nous nous efforcerons d’évoquer un large panel de disciplines, à commencer par toutes celles où les français seront représentés… en espérant que ceux-ci aillent le plus loin possible. La plupart des sélectionnés Français sont d’ailleurs potentiellement médaillables. Le but sera de faire du concentré tout en étant le plus lisible possible, pour ne pas non plus éparpiller les lecteurs.

Un petit mot sur les Jeux Paralympiques 2016? Quel est votre sentiment à l’approche de l’événement ?
J’espère et je le souhaite pour eux, que les Français brillent, qu’il y ait un impact fort auprès du grand public et que celui-ci voit avant tout des sportifs. C’est la plus grande des compétitions, le moment phare et universel qui n’a lieu que tous les 4 ans, il est donc important de se servir de l’impact médiatique pour mettre à l’honneur nos sportifs Français.
Les Jeux Paralympiques c’est un formidable outil, pour les athlètes (qui pourront évoluer davantage), mais aussi pour parler du handicap, montrer que l’on peut faire de grandes choses malgré ça. C’est une vitrine du handicap de par cet aspect médiatique. En résumé, c’est le moment ou jamais d’évoquer le sujet du handicap! L’impact se fait autant sur le grand public que sur les personnes en situation de handicap, car ces personnes pensaient que ce n’était pas possible et se rendent compte que si. Il faudra être attentif après les Jeux Paralympiques, sur l’impact ou non au niveau d’une hausse du nombre de licenciés handisport. Lorsqu’une discipline/équipe française brille aux Jeux (par exemple au basket), on observe une recrudescence des licenciés. Les gens vivent des émotions à travers cette compétition et peuvent ainsi s’identifier aux sportifs qui font de bons résultats.

Vous parliez un peu plus tôt d’un grand vide au niveau du traitement médiatique du handisport… Avez-vous constaté un changement durant ces dernières années ? Le handisport est-il plus présent dans les médias français?Oui, je pense que les choses ont un peu changé, car en 2012 la couverture des Jeux Paralympiques de Londres a été extrêmement faible. Ils ont toutefois été retransmis sur TV8 Mont-Blanc (77h de direct), chaîne de la TNT. Ceux qui le voulaient vraiment ont pu en suivre une partie, mais ce n’était pas l’idéal pour capter du public. Dans le même temps, en Grande-Bretagne, cette compétition a été énormément suivie… Les choses ont évolué en France en 2014 avec les Jeux Paralympiques de Sochi. France Télévisions a diffusé 60h de direct, ce qui était une première.

Le plateau télé était basé à Paris mais les épreuves étaient commenté par trois journalistes sur place. Pour les Jeux Paralympiques 2016, le progrès sera encore nettement plus fort avec environ 100h de direct prévues sur France Télévisions. Il restera à voir l’intérêt des gens, s’ils suivent ou non. Je pense que cette évolution est comme une obligation du service public car la France avait énormément de retard à combler sur ce terrain, il est normal qu’elle comble le retard accumulé au niveau de la diffusion. D’autre part le handisport atteint un niveau de plus en plus haut, ce qui le rend davantage médiatique. La situation a également évolué sur le plan qualitatif, au niveau de l’analyse de la compétition : cette année France télévisions fera appel – pour appuyer ses consultants – à des sportifs handisport. Cela peut apporter beaucoup en termes d’analyse. Ils seront plus à même d’employer les mots appropriés et d’expliquer les aspects parfois complexes. Par exemple, les différentes classes de handicap…

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

L’objectif global de Cœur Handisport est de faire évoluer les mentalités pour que le handisport soit reconnu comme du sport à part entière.

Pour plus d’informations et pour nous suivre, rendez- vous sur :

http://coeurhandisport.fr/

https://www.facebook.com/CoeurHandisport/

https://twitter.com/CoeurHandisport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site