Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Sur les côtes de Brest : La chronique d’Olivier Ducruix

Olivier Ducruix : "L’objectif est de faire naviguer les personnes déficientes visuelles en les faisant réellement monter en compétences"

Olivier Ducruix : Une rencontre déterminante sur les côtes de Brest

Par Olivier Ducruix. Après une bonne quinzaine d’années de croisières, 3 à 4 fois par an, ma pratique de la voile prit un nouveau départ en 2009. Jusqu’alors je m’intéressais à tous les aspects de la navigation, et je progressais grâce aux conseils des skippers et membres d’équipages expérimentés. Mais il faut bien le reconnaître, ma progression était assez lente. Or, en juillet 2009, je me rendis à Brest avec 2 amis voyants pour une croisière de quelques jours organisée par l’association Orion. Avec Mathieu Simonnet, skipper, co-fondateur et président d’Orion, nous étions 4 à bord de Sirius, le voilier de l’association. C’est un bateau de type « Écume des mers », d’une longueur de 7 mètres, il date des années 1970.

J’avais découvert l’existence d’Orion en tapant « voile marins aveugles » dans Google. C’est une petite association brestoise, dont l’objectif est de faire naviguer les personnes déficientes visuelles en les faisant réellement monter en compétences. Il ne s’agit pas seulement de « nous promener » mais bel et bien de faire de nous des marins aguerris. Et je peux témoigner que c’est réussi ! Tout ceci repose sur la passion, l’enthousiasme et la créativité assez incroyable de Mathieu.

Ainsi il a imaginé et mis en place sur Sirius un ensemble d’adaptations utiles au marin non-voyant. Celles-ci peuvent être toutes simples comme par exemple la couture de surliures sur les écoutes. Je traduis pour les non-initiés. Les écoutes sont les cordes qui permettent de bien régler les voiles en navigation. Les surliures sont de fines cordelettes que l’on coud à un endroit précis sur ces cordes, et qui servent de repère tactile. Ainsi, pour bien régler la voile, il suffit au marin non-voyant de repérer à quelle distance d’un point fixe doit être positionnée la surliure. Autre petit truc tout simple, coller des étiquettes braille sur différents taquets afin d’en connaitre la fonction. Ensuite, Mathieu avec quelques adhérents brestois non-voyants a conçu et réalisé des cartes maritimes en relief. Celles-ci permettent au marin de découvrir la zone de navigation avec tous les éléments importants tels que des bouées de chenal, des dangers isolés, … repérables sous les doigts. Autrefois artisanales, ces cartes sont aujourd’hui réalisables automatiquement à l’aide d’un logiciel qui pilote une imprimante 3D. C’est extraordinaire !

Enfin, parlons du plus innovant : Sea Touch ! Un logiciel prototype embarqué sur le voilier. Il permet de créer une route maritime et de l’activer afin qu’à tout moment le marin non voyant puisse se repérer. Pour cela, il peut questionner le logiciel oralement ou écouter les annonces énoncées vocalement par Sea Touch grâce à un système de paramétrage d’annonces. L’idée est que le logiciel donne l’information automatiquement quand le marin en a réellement besoin. Ainsi à tout moment, le marin peut connaitre son cap, sa vitesse et la distance au prochain point de route par exemple. Pour la première fois de ma vie, je prenais en charge la navigation, décidai des caps à suivre, des manœuvres à réaliser pour changer de direction et à quel moment. Ce fût pour moi une découverte extraordinaire ! Vite je me prenais au jeu, et par amusement je faisais exprès d’être exigeant avec mes amis à la barre, en leur demandant de tenir le cap défini par moi au degré près ! J’ai encore en tête de façon très nette les images d’une navigation de 12 heures entre l’Abervrach et Ouessant. Nous avions le vent dans le nez, et devions tirer des bords sur une mer d’Iroise hachée dans l’allure la plus inconfortable qui soit. Et pourtant, je prenais du plaisir, j’étais un peu brassé mais loin d’être malade, je m’intéressais à la navigation grâce aux outils à ma disposition ! Ce fût pour moi un déclic. Un autre souvenir, une arrivée au mouillage pour la nuit dans l’archipel des Glénans face à Concarneau. L’accès est difficile, les passages très étroits, et grâce à Sea Touch je guidais l’équipage sous la supervision de Mathieu bien sûr !

C’est à l’issue de cette croisière magique que lors d’une discussion, Mathieu et moi avons pris la décision de réaliser un jour une application similaire sur smartphone afin que chaque marin déficient visuel puisse être autonome sur n’importe quel voilier ! Nous venions sans le savoir de nous engager dans la belle aventure de SARA ! Autre conséquence heureuse de cette croisière, peu de temps après, nous décidâmes avec mes amis rhônalpins de copier Orion en créant la même activité sur le lac Léman et en méditerranée avec l’association Dombay voile.

Pour plus d’infos :
Site web d’Orion : http://orion-brest.com/
Site web de Dombay voile : https://www.dombay-voile.fr/
Page Facebook de Dombay voile : www.facebook.com/Dombay-Voile

En photo : Le baptême du voilier de l’association Dombay voile à Sciez sur le lac Léman © Dombay voile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.