Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Mode et handicap

Mode pour tous : Rencontre de deux mannequins d’un jour

Mode pour tous rencontre de deux mannequins d'un jour

Pour ce nouvel article qui aborde les sujets de la mode pour tous, Véronique Barreau est allée à la rencontre de Joao et d’Angélique. Respectivement chef d’entreprise et artiste plasticienne, ils ont aussi fait le choix de défiler en 2016. Ils reviennent sur leurs expériences et nous donnent leurs avis sur l’industrie de la mode telle qu’ils la perçoivent aujourd’hui.

C’est la première fois cette année qu’un aussi grand nombre de mannequins en situation de handicap défilent en France et à l’étranger. Qu’en pensez-vous ?
Angélique : Il était temps ! J’ai l’impression que tout s’est accéléré ces dernières années. On a vu des personnes d’origines différentes défiler, puis des personnes plus rondes, puis finalement des personnes en fauteuil, trisomiques ou aveugles. Ça change, c’est plutôt bon signe !

Joao : C’est un bon début mais il y a encore tellement à faire ! Ras le bol de ne voir défiler que des femmes toutes maigres et des hommes stéréotypes. On veut des gens normaux.

Vous défiliez vous aussi cette année, comment l’avez-vous vécu ?
Joao : Quand on me l’a proposé je me suis méfié, en me demandant quelles étaient les vraies intentions des organisateurs. Avec le recul je suis très content d’avoir participé et j’espère vraiment pouvoir le refaire. C’était comme un jeu pour moi, un beau souvenir en fait.

Angélique : Toute cette énergie, le maquillage, les vêtements, la joie des gens autour de soi, c’est vraiment très chouette. Et puis il y a aussi le stress de savoir si on va être à la hauteur, parce que d’autres mannequins sont professionnels et moi je ne l’étais pas.

Défiler lorsqu’on est non professionnel, ça sert à quoi selon vous ?
Angélique : C’est important de montrer aux gens qu’on peut être beau, sexy, à l’aise dans son corps et en situation de handicap.

Joao : Ça sert à se faire plaisir ! Et si en plus on peut montrer qu’on est comme tout le monde, eh bien c’est gagné !

Les critères de beauté semblent évoluer. Qu’en pensez-vous ?
Joao : Je ne sais pas s’ils évoluent. Je crois que le gens en ont plutôt marre de voir défiler des mannequins qui ne leur ressemblent pas. Le véritable changement serait d’avoir de vrais moches et toutes sortes de personnes sur scène.

Angélique : On a tous envie d’être belles et de se sentir belles. Si on ne montre que des exemples de valides, on ne montrera pas d’exemples positifs aux jeunes en situation de handicap qui ont une faible estime d’eux-mêmes.

Avez-vous un message à faire passer aux professionnels de la mode qui pourraient lire vos propos ?
Angélique : Oui j’ai une question en fait : savent-ils que leurs vêtements ne sont jamais pratiques pour les gens imc ou en fauteuil ? Soit ils ne sont pas faciles à enfiler et on est obligés de demander de l’aide pour s’habiller, soit ils ne sont pas bien taillés et pas confortables !

Joao : Je ne connais pas bien le milieu de la mode, mais de ce que j’en ai vu pendant le défilé, plein de gens sont très ouverts et ne demandent qu’à apprendre. Et puis il y a aussi tous les autres, qui ne comprennent pas qu’on puisse faire défiler quelqu’un de moins beau et d’handicapé. Rien que pour ceux-là, je recommencerai à défiler…

Avez-vous un message à faire passer aux jeunes qui pourraient se reconnaitre dans votre histoire ?
Joao : Oui, osez, amusez-vous et souriez ! Si vous montrez aux gens que vous êtes capables, que vous êtes positif, mêmes si les choses ne sont pas roses tous les jours, tout ira mieux dans votre vie.

Angélique : Je voudrais dire à toutes les femmes que chacune a une forme de beauté. Il faut apprendre à se connaitre et à aimer son corps, ça vient petit à petit, c’est un gros travail en fait. Le sport, la danse, se faire belle et être coquette pourra vous aider !

Véronique Barreau, responsable du labo Wicci for the World. Journaliste spécialiste de la diversité.

Découvrez ici les autres chroniques de Véronique Barreau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *