Handicap , accédez à une information complète et actualisée en temps réel sur Handirect Magazine

AccueilHandisport : actualités, dossiers, outils et aidesMaxime Thomas : Les sportifs français aux Jeux Paralympiques de Tokyo

Maxime Thomas : Les sportifs français aux Jeux Paralympiques de Tokyo

Maxime Thomas, 37 ans, pratique le tennis de table handisport à haut niveau. Il tentera de décrocher une quatrième médaille aux Jeux paralympiques de Tokyo.

Ecouter article


Jeux Paralympiques : Maxime Thomas, la qualité du jeu avant tout

Rencontre avec Maxime Thomas, 37 ans, athlète qui pratique le tennis de table handisport à haut niveau et qui tentera de décrocher une quatrième médaille aux Jeux paralympiques de Tokyo.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis sportif de haut niveau depuis 2004, numéro 3 mondial de para-tennis de table et triple médaillé aux Jeux Paralympiques (2008-2012-2016). Je suis sélectionné pour les Jeux Paralympiques de Tokyo et me prépare à vivre mes quatrièmes Jeux cet été.

Êtes-vous sportif professionnel ou faites-vous quelque chose à côté ?

Depuis 2019, je peux me consacrer à plein temps à ma carrière sportive grâce à l’emploi réservé aux sportifs de haut niveau dont je bénéficie au sein de l’INSEP. Ce dispositif me permet d’être détaché à presque 100% pour ma préparation. L’objectif étant de me mettre dans les meilleures conditions pour m’entraîner tout au long de l’année et de continuer à être performant.

Cet emploi me permet également de préparer ma future reconversion grâce à un plan de formation sur mesure dans le domaine de la préparation mentale et de l’accompagnement de la performance. C’est aussi l’occasion d’exercer une activité professionnelle au travers des interventions et partages d’expérience que j’effectue tout au long de l’année pour le pôle formation de l’INSEP, à destination des sportifs de haut niveau, des cadres techniques nationaux et fédéraux notamment.

Cet emploi a totalement sécurisé ma vie professionnelle et familiale. Il me donne les moyens de poursuivre ma carrière de sportif de haut niveau avec des objectifs élevés jusqu’à Paris 2024 et même Los Angeles 2028.

Racontez-nous votre parcours sportif. Le handisport a-t-il toujours été une évidence pour vous ?

Je suis tombé malade à l’âge de 15 ans et me suis retrouvé paraplégique. J’ai dû reprendre le sport en fauteuil roulant. Auparavant, j’étais très sportif. J’ai joué au tennis de 5 à 15 ans. C’est grâce au sport et à mon esprit de compétiteur que j’ai repris le cours de ma vie.

Le sport de raquette s’est rapidement imposé à moi et j’ai très vite progressé en tennis de table pour connaître une première sélection en équipe de France en 2003, soit 3 ans après avoir débuté le tennis de table en fauteuil. Grâce au sport, j’ai reconstruit mon corps, ma vie, découvert que je pouvais repousser mes limites et progresser sans cesse avec de la volonté, du travail et du plaisir.

Lorsque je suis sorti du centre de rééducation en 2000, j’ai vu des images de sportifs paralympiques rentrant des Jeux de Sydney. Cela m’a mis des étoiles dans les yeux et j’ai fait mon possible pour y arriver moi aussi ! J’ai décroché ma première sélection aux Jeux Paralympiques en 2007, en passant de la 42e à la 4e place mondiale en une saison. J’étais alors en doctorat de droit à l’Université Lyon 3.

Depuis, je me suis lancé corps et âme dans cette aventure sportive et humaine exceptionnelle, décrochant plusieurs titres majeurs (3 titres de champions d’Europe en individuel, 5 par équipe, 1 titre de champion du Monde par équipe et 3 médailles de bronze aux Jeux notamment).

Que représentent les Jeux Paralympiques pour vous ?

Les Jeux Paralympiques représentent la compétition par excellence. C’est le grand rendez-vous de tous les parasportifs du monde entier. C’est une fierté et un honneur de pouvoir y participer et défendre les couleurs de la France. C’est un rêve et un accomplissement pour tout sportif. Cela représente également beaucoup d’efforts, de travail, de constance et de rigueur au quotidien.

Quelles sont vos ambitions de résultats ?

Je me prépare depuis maintenant 5 ans pour ces Jeux. J’ai évolué et modifié beaucoup de choses dans ma préparation. Je travaille beaucoup dans tous les secteurs de performance avec mon équipe.

Plus que le résultat ou la médaille, je suis vraiment très attaché et focalisé sur le contenu que je vais réussir à mettre dans mon jeu, dans mes matches au Japon. C’est là mon seul objectif, le résultat découlera de la qualité de ce que je vais produire tout au long de la compétition.

Si je décroche une médaille tant mieux. Si c’est la plus belle cela serait parfait, mais l’important pour moi est d’arriver à reproduire ce que j’ai mis en place durant cette préparation et à concrétiser en compétition tout le travail et le chemin parcouru avec mon équipe pendant ces 5 années !

Aimeriez-vous que le sport paralympique ait une meilleure visibilité ? Si oui comment pourrait-on faire ?

Oui, nous avons besoin d’une meilleure visibilité et les choses progressent depuis plusieurs années. Les mentalités évoluent. Je crois qu’au travers de nos performances, nous avons une audience, des gens qui s’intéressent à nos qualités sportives et ne regardent pas le handicap mais voient les sportifs et les efforts que nous déployons pour performer au plus haut niveau.

Quel a été l’impact de la crise sanitaire sur votre vie de sportif ?

La vie sportive de tous les français a été bouleversée par la crise sanitaire. Nos clubs ont dû fermer, nous avons perdu beaucoup de liens humains et il a fallu trouver des solutions, nous adapter.

Cette crise sanitaire m’a permis de mettre un place un nouveau fonctionnement. J’ai heureusement pu me préparer dans les meilleures conditions grâce à la ville de Lyon qui a continué à mettre à ma disposition ses installations sportives et à mon club qui m’a aidé pour trouver des solutions d’entraînement. Il faut savoir transformer le négatif en positif pour pouvoir avancer, cette crise a renforcé ma motivation et ma volonté de me battre chaque jour.

Nous avons été sevrés de compétition depuis plus d’un an. Cette préparation ne ressemble à aucune autre mais je serai vraiment le plus heureux de retrouver la compétition cet été, quand bien même les conditions seront différentes de ce que nous avons déjà connu lors des précédentes éditions. La compétition reste la compétition et je suis prêt à en découdre et à donner mon maximum à Tokyo.

Le Palmarès de Maxime Thomas aux Jeux paralympiques

Pékin 2008 : médaille de bronze par équipe Classe 4-5

Londres 2012 : médaille de bronze par équipe Classe 4-5

Rio 2016 : Médaille de bronze en Individuel Classe 4

Mais Maxime Thomas a également remporté les distinctions suivantes : Championnats du monde : 1 médaille d’or et 4 médailles de bronze

Championnats d’Europe : 8 médailles d’or, 4 médailles d’argent et 2 médailles de bronze.

Propos recueillis par Tom Vignals 

En photo : Maxime Thomas : « C’est une fierté et un honneur de pouvoir participer aux Jeux et défendre les couleurs de la France ».

Pour en savoir plus sur les Jeux Paralympiques et suivre les athlètes français : https://france-paralympique.fr/

X