Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Marie-Arlette Carlotti annonce un dispositif d’alerte et de traitement des « situations critiques »

Le Ministère délégué en charge des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion a indiqué, le 14 novembre dernier, la mise en place prochaine d’un dispositif d’alerte et de traitement des « situations critiques », destiné notamment, à remédier aux « dysfonctionnements révélés par l’affaire Amélie Loquet » ; affaire lors de laquelle une jeune femme lourdement handicapée s’est retrouvée sans lieu d’accueil pendant un an, ayant dû quitter, à sa majorité, le centre médical spécialisé dans lequel elle se trouvait auparavant pour recevoir une assistance et des soins permanents.

 

« Marie-Arlette CARLOTTI, ministre déléguée en charge des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, s’est exprimée devant les directeurs généraux des Agences Régionales de Santé (ARS) pour que soit rapidement et efficacement mis en œuvre un dispositif d’alerte et de traitement des « situations critiques ».

 

Suite aux dysfonctionnements révélés par l’affaire Amélie Loquet, Marie-Arlette CARLOTTI a souhaité accélérer la réflexion sur la prise en charge des personnes dont la complexité de la situation  génère des ruptures de parcours et menace l’intégrité de la personne et/ou de sa famille.

 

A l’échelon départemental, les MDPH doivent mettre en place, comme c’est le cas dans plusieurs départements, une commission en charge de la gestion des situations critiques.

 

A l’échelon régional, les ARS désigneront un référent régional ayant pour mission d’identifier des solutions régionales pour prendre en charge et accueillir les personnes pour lesquelles aucune solution n’aura pu être identifiée par les MDPH. L’ARS devra alerter la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) dés lors qu’une solution régionale n’aura pu être identifiée.

 

A l’échelon national, la CNSA met en place une cellule nationale d’appui aux situations critiques afin de trouver les solutions adéquates et d’identifier les bonnes pratiques d’accompagnement.

 

Le 3977, numéro national d’appel contre la maltraitance des personnes âgées et des personnes handicapées, est associé au dispositif de gestion et de traitement des situations critiques.

En complément de ce dispositif opérationnel d’urgence, la ministre confie à Denis PIVETEAU conseiller d’Etat, le pilotage d’un groupe de travail portant sur les évolutions de la réglementation et de l’organisation de l’accompagnement des personnes handicapées. Il présentera ses préconisations, d’ici janvier 2014, à la Ministre.

 

Marie-Arlette CARLOTTI est engagée avec détermination pour la création de nouvelles places et pour l’adaptation de l’offre existante, pour l’accueil des personnes les plus en difficulté. Avec le Comité Interministériel du Handicap (CIH), le gouvernement a marqué sa volonté de faire vivre en matière de handicap un pilotage interministériel au plus haut niveau de l’Etat à travers la mobilisation de l’ensemble des membres du gouvernement ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.