Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Le REST : un véritable outil de diagnostic du stress

La mise en place d’une politique de prévention des risques psychosociaux en entreprise ne s’improvise pas. De la négociation à la rédaction de l’accord jusqu’au lancement du diagnostic, les différentes étapes nécessitent une vraie réflexion de la part de l’entreprise. Quels principes affirmer ? Sur quels objectifs s’engager ? Avec quelle méthode et quels acteurs ? Autant de questions que l’entreprise doit appréhender pour que cette démarche devienne un véritable projet d’entreprise. L’implication de la Direction, des partenaires sociaux, des services de santé au travail et des lignes managériales est garante de la légitimité de la démarche et renforcera la crédibilité des actions qui seront déployées.

Interview de Julien Southon, consultant Ariane Conseil.

 

Handirect : Comment cette mutation vers la santé au travail s’est-elle produite ?


J. Southon :
Le déploiement des politiques d’emploi et d’accueil de personnes handicapées en entreprise constitue le savoir faire d’origine d’Ariane Conseil. Pour ce qui est de la prévention des risques professionnels et l’amélioration des conditions de travail, cette compétence s’est développée très naturellement à partir de nos interventions dans le maintien dans l’emploi. C’est cet aspect qui nous permis d’acquérir une expérience importante sur les questions de santé au travail comme le stress et les TMS.

 

H : Comment avez-vous bonifié votre expérience « Santé au travail » au profit des questions de stress au travail ?


JS :
Cette transition s’est faite d’autant plus naturellement que les acteurs impliqués sont sensiblement les mêmes : CHSCT, RH, Médecin du travail.. Par ailleurs, la grande distribution qui représente historiquement une part importante de notre clientèle a été confrontée dès les années 2000 à des contraintes fortes quant à la prévention des TMS (directives CNAMTS). Ainsi, nous avons au départ abordé les problématiques de stress au travers de nos démarches sur la pénibilité et les TMS.

H : Quelle est votre approche du stress en entreprise ?

JS : Nos démarches sur le stress s’inscrivent plus globalement dans une problématique de santé au travail tout comme les TMS, les accidents du travail ou la pénibilité. Nous pensons que s’engager sur cette question, c’est agir avant tout sur la performance globale de l’entreprise et que la dégradation de la santé au travail n’est pas une fatalité. En effet, l’entreprise et les individus qui la composent peuvent agir pour réduire ces problématiques, mais faut-il encore en avoir identifié les causes.

 

H : Comment accompagnez-vous les entreprises qui souhaitent s’engager dans ce type de démarche ?

JS : Nous intervenons dans une logique collective et professionnelle, en nous intéressant à tout ce qui, dans l’entreprise, génère des problèmes de santé et notamment des situations de stress. Nos démarches visent à déceler les causes et à les traiter au travers d’actions de prévention primaires telles que décrites par le Bureau International du Travail. Pour cela, nous nous appuyons sur un outil qui nous est propre : le REST (Référentiel d’Evaluation de la Santé au travail. Cet outil présente deux intérêts : il aborde la question du stress et des RPS dans une logique multi champs, en intégrant d’autres sujets en lien direct avec la santé au travail comme les TMS ou encore la pénibilité. D’autre part, il permet d’aller plus loin que les enquêtes d’opinion classiques. En effet, au-delà des questionnaires et des entretiens, nous procédons à l’analyse des modes d’organisation et de management, à l’identification d’indicateurs de mesure objectifs ou encore à l’analyse de situation de travail sur le terrain.

H : En quoi ce référentiel se différencie-t-il ?


JS : Notre référentiel permet d’évaluer la performance sociale de l’entreprise. Il met clairement en évidence les attentes auxquelles l’entreprise doit répondre pour éviter de générer du stress et plus globalement des problèmes de santé chez ses salariés. Il s’agit d’un outil de progrès continu car il permet d’évaluer objectivement une situation de départ, de repérer les facteurs générateurs de stress, AT, MP, de définir des actions correctives et de mesurer leur impact sur la situation de départ.

Propos recueillis par JMMC

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.