Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Le Conseil général du Val-de-Marne publie son 3e schéma départemental

Depuis de nombreuses années, le Conseil général du Val-de-Marne mène une politique volontariste pour favoriser l’intégration de la personne handicapée dans la ville, améliorer son quotidien et diversifier les dispositifs d’accueil. Il vient de publier son 3e schéma départemental, qui s’articule autour de 38 fiches actions . Le second Schéma départemental a permis de développer la création d’établissements et l’offre de services, ainsi que d’initier des actions visant à favoriser la vie sociale des personnes handicapées. Il a été adapté pour assurer la mise en oeuvre de la loi du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » avec notamment la création de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) et de la Prestation de compensation du handicap (PCH).

UNE ÉLABORATION CONCERTÉE
Dans un contexte d’augmentation des besoins, des attentes et de l’évolution de la législation, ce plan d’actions a fait l’objet d’un engagement des services déconcentrés de l’État, de l’Éducation nationale et d’une large concertation réunissant les services publics, les représentants des personnes handicapées, de leurs familles et des établissements et services d’accueil. Au total, près de 500 personnes ont été associées à l’élaboration.

 

DES ÉVOLUTIONS A PRENDRE EN COMPTE
Une étude récente constate une augmentation de 3 % par an du nombre de bénéficiaires de l’allocation adulte handicapé.
Dans les années à venir, un nombre croissant de personnes handicapées dépassera l’âge de 60 ans. Ces deux tendances auront des conséquences directes sur les besoins en établissements et services mais aussi sur les réponses à apporter en matière d’accompagnement des personnes handicapées et des familles.

 

UNE APPROCHE GLOBALE ET TRANSVERSALE DU HANDICAP
Le plan d’actions tient compte à la fois du parcours de vie de la personne handicapée, de ses besoins particuliers et de son environnement.
Sa mise en œuvre s’inscrit dans les politiques départementales de solidarités, mais aussi dans celles du transport, de l’habitat, de l’enseignement, de la culture, des sports, de l’enfance et de la famille, des personnes âgées, de l’insertion et de la lutte contre les exclusions…
Cette approche globale vise à considérer les réponses aux situations de handicap de manière transversale et complémentaire (en particulier en matière de soins, d’hébergement et de logement, d’éducation, de travail, d’activités de jour), ainsi qu’à mieux articuler les niveaux territoriaux d’intervention.

 

QUELQUES CHIFFRES (2008)
1,24 % de la population val-de-marnaise perçoit l’Allocation adulte handicapé ou l’Allocation d’éducation de l’enfant handicapé
2 500 enfants en situation de handicap sont scolarisés dans le primaire et le secondaire
25 000 personnes sont reconnues handicapées dans le Val-de-Marne
19 500 personnes bénéficient de la reconnaissance de travailleur handicapé

ACCOMPAGNER A CHAQUE ÉTAPE DU PARCOURS DE VIE
Faciliter les passages à chaque nouvelle étape du parcours de vie, correspondant à l’avancée en âge, à l’évolution de l’état de santé, à la modification des attentes, à l’organisation des services proposés (critères d’accès ou de maintien dans la structure)
Organiser la coopération et les échanges entre toutes les structures concernées en respectant les dynamiques locales
Renforcer le rôle prépondérant de la Maison départementale des personnes handicapées dans l’accès aux droits, l’information et la sensibilisation
Mettre en œuvre les moyens pour former l’ensemble des acteurs.

VIVRE ENSEMBLE
Permettre aux personnes en situation de handicap de ne pas être exclues et favoriser le maintien à domicile.
Prendre en compte les besoins particuliers des personnes handicapées dans la politique générale des transports en Val-de-Marne, en articulation avec les services dédiés (FILIVAL ou ceux des communes) et avec le Syndicat des transports d’Île-de-France
Sensibiliser les professionnels du bâtiment et les bailleurs sociaux aux caractéristiques propres à certains handicaps et aux aménagements spécifiques
Faciliter le financement des travaux d’aménagement des logements
Anticiper l’évolution des besoins des personnes handicapées afin de préparer des réponses innovantes et adaptées
Faciliter l’accès des personnes aux services de droit commun : structures petite enfance, services publics locaux, lieux de loisirs et de détente, activités sportives et culturelles…
Construire et consolider les parcours scolaires des élèves en situation de handicap et recourir aux structures médico-sociales comme lieux ressources.
Mieux articuler la formation professionnelle et l’emploi, prendre en compte le parcours individualisé vers l’emploi et sensibiliser les entreprises
Proposer aux personnes à domicile des services de soins, d’accompagnement social, d’accès à la cité et diversifier les lieux d’accueil pour les personnes ayant des besoins spécifiques, notamment liés aux troubles psychiques ou du comportement.

CRÉATION DE PLACES EN ÉTABLISSEMENT ET SERVICES
Ces projets seront développés par l’État, le Conseil général, ou conjointement, sous réserve des projets proposés et de leur financement.

 

Création de places dans le secteur de l’enfance handicapée sur les objectifs suivants :
Développer la prévention précoce (centres d’action médico-sociale précoce essentiellement)
Développer les services permettant le maintien du jeune en milieu ordinaire (services d’éducation spéciale et de soins à domicile), notamment dans le champ du handicap mental et des troubles de la conduite et du comportement
Favoriser les créations de places pour enfants, adolescents et jeunes adultes autistes et polyhandicapés
Développer l’accueil temporaire
Favoriser les restructurations d’établissements afin d’adapter les équipements départementaux
La programmation pour le secteur des adultes handicapés vise à :
Répondre aux besoins de prise en charge des personnes atteintes d’un handicap psychique (dans le cadre des services à domicile avec un cofinancement par l’assurance maladie)
Poursuivre l’amélioration de la prise en charge des personnes atteintes d’un handicap lourd
Prendre en compte l’avancée en âge des personnes handicapées
Favoriser le soutien à domicile, notamment en développant l’offre de places en services

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.