Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

L’AFPA en lutte contre l’illettrisme

Chaque année, 4 000 personnes en situation d’illettrisme accèdent à une formation de l’AFPA En 2009, l’AFPA (Association nationale pour la formation professionnelle des adultes) recensait 5,6 % de ses stagiaires en situation d’illettrisme. Dans le même temps, l’Association constate que le taux de succès au diplôme professionnel est quasi identique pour les stagiaires illettrés ou non. Une enquête longitudinale sur le rapport à l’écrit des stagiaires de l’AFPA menée par AFPA Ingénierie (le bureau d’études de l’AFPA) de 2005 à 2008 indique que 5,6 % des stagiaires de l’AFPA se trouvaient en situation d’illettrisme. Cette étude confirme que les modalités d’accès à une formation qualifiante à l’AFPA ne font pas barrage aux personnes en situation d’illettrisme : 4 000 personnes dans cette situation accèdent à une formation par an.

 

Comment le dispositif national de l’AFPA est-il accessible aux personnes en difficulté avec l’écrit ?

L’AFPA, organisme de formation professionnelle permettant l’accès à la qualification et à un métier attire les publics en difficulté avec l’écrit et peu scolarisés. La pédagogie de l’AFPA, axée sur le geste professionnel, avec des mises en situation en centre de formation par les plateaux techniques et en entreprise par les périodes d’application en entreprise (PAE), permet d’attirer des publics en difficulté à l’écrit et de les accueillir en formation. Cette pédagogie valorise leurs capacités à s’adapter en milieu de travail. Elle permet de réconcilier les stagiaires avec les apprentissages (étude AFPA Ingénierie 2009).

 

Les compétences de l’AFPA pour accueillir des personnes en difficulté avec l’écrit se situent à plusieurs niveaux : avant l’inscription, pendant le pré-qualifiant et avec le suivi psychopédagogique. Le système pédagogique de l’AFPA est parfaitement adapté à cette population car :

 

• La pédagogie de l’AFPA est axée sur le geste professionnel et la gradation des objectifs de formation ;

• Le positionnement de la personne est réalisé sur d’autres critères que scolaires ;

• Le dispositif de pré qualification concilie les apprentissages et le professionnel ;

• L’accompagnement des stagiaires en formation a lieu dans un cadre sécurisant, avec une volonté de compréhension des freins à l’apprentissage.

 

1ère étape : Avant l’inscription dans un parcours de formation

A l’AFPA, l’étude des demandes de formation fait l’objet d’un positionnement des candidats au cours duquel un repérage des acquis et du potentiel est réalisé, par le moyen d’évaluations psychotechniques et d’un entretien. Le parcours scolaire antérieur des candidats n’est pas prioritaire dans les critères d’accès aux stages de l’AFPA ; le niveau scolaire atteint est pris en compte comme une indication et non comme une obligation. Des candidats ayant très peu fréquenté le système scolaire peuvent ainsi être admis l’AFPA, sur la base de leurs potentialités. Les données psychométriques dont disposent les personnels chargés d’étudier les demandes de formation leur permettent de dépasser les préjugés qui mènent habituellement au rejet des candidats en difficulté avec l’écrit.

 

Une des conditions nécessaires pour accompagner des personnes en situation d’illettrisme concerne la contractualisation d’objectifs réalistes en étapes. Ce travail est indispensable pour construire un parcours réaliste avec les stagiaires. Ce travail axé sur la recherche de solutions adaptées à la situation personnelle permet d’inscrire la personne dans un parcours professionnalisant menant à la réussite. Il s’agit d’un travail de construction de parcours à partir d’un diagnostic de la situation et des résultats aux évaluations, au cours duquel des étapes peuvent être proposées, en amont d’une formation qualifiante, pour renforcer les chances de réussite.

 

La pré-qualifiante est une étape très pertinente pour l’accueil des personnes en difficulté avec l’écrit. L’orientation vers des stages où la réussite sera possible

L’AFPA est en mesure de conduire à la réussite des personnes en situation d’illettrisme, et ce d’autant plus que leur orientation s’est fondée sur leurs capacités d’apprentissage dans les conditions pédagogiques en vigueur à l’AFPA. Les personnes en situation d’illettrisme réussissent notamment dans certains stages en bâtiment.

 

2e étape : Le dispositif pré-qualifiant

L’AFPA propose des stages pré-qualifiants de niveau V, d’une durée de 3,5 mois, dans trois secteurs, selon le projet professionnel : bâtiment, industrie et tertiaire. Les campus spécialisent leur « pré-qualifiant » en fonction du dispositif qualifiant puisque l’objectif est de préparer au mieux les futurs stagiaires. Avec des ateliers techniques et une période en entreprise, les stagiaires approchent l’environnement professionnel de leur futur métier et apprennent à réaliser les premiers gestes, à utiliser des méthodes de travail, à connaître le vocabulaire, les outils ou le matériel nécessaire. Beaucoup de stagiaires finalisent leur projet à ce moment là, et prennent conscience de la richesse de leur futur métier.

 

Les résultats de l’étude AFPA Ingénierie ont montré comment le dispositif préqualifiant permet de ne pas isoler les personnes en difficulté avec l’écrit et donc de ne pas les stigmatiser ou les décourager. Ce dispositif permet de concilier les apprentissages et le professionnel. En effet, pendant la formation, les résultats obtenus sur les plateaux techniques ou en entreprise permettent d’encourager les apprentissages et de maintenir la motivation dans la durée. On constate chez les stagiaires une amélioration de l’estime de soi et de son sentiment d’efficacité personnelle, de l’image de soi et de sa capacité à apprendre, avec un sentiment d’accomplissement personnel. Le pré-qualifiant est l’occasion de construire des ressources pédagogiques contextualisées au contenu professionnel choisi par les stagiaires.

 

Les difficultés en français ou en mathématiques sont traitées à l’occasion des situations professionnelles vécues ou à partir des projets professionnels. Le lien immédiat avec le champ professionnel suscite l’intérêt et la curiosité ; il répond à la demande des stagiaires qui s’adressent à l’AFPA pour apprendre un métier et non pour apprendre un domaine, une matière scolaire. L’adaptation des livrets d’apprentissage par les formateurs va dans ce sens également. L’utilisation d’un langagiciel ou didacticiel vise à l’appropriation de l’écrit (lecture et écriture) et de notions en calculs et en géométrie. Il repose sur un environnement informatique ouvert. Cet outil se présente sur cédérom.

 

Les atouts de ce cadre pédagogique

L’AFPA met en place un cadre sécurisant pour limiter les abandons des stagiaires en difficulté avec l’écrit afin de développer des temps d’accompagnements individuels pour un « appui renforcé » par les formateurs, pour définir des objectifs contractualisés, et veiller à des objectifs atteignables et progressifs. Le formateur joue un rôle clef de médiateur avec les ressources : lire avec et pour le stagiaire.

 

Le traitement des difficultés

Le dispositif pré-qualifiant à l’AFPA permet d’inclure les difficultés linguistiques dans une démarche plus générale de diagnostic des difficultés d’apprentissage, prenant en compte l’ensemble des éléments de la situation. En évitant un positionnement par rapport à un programme de lutte contre l’illettrisme, on évite la stigmatisation des personnes et on prévient les blocages

individuels. S’appuyer sur la dynamique de groupe pour renforcer les liens sociaux et la vie sociale du stagiaire en difficulté avec l’écrit et parfois en rupture sociale. Faciliter les

apprentissages par le tuilage, le tutorat.

 

Ce dispositif bénéficiant d’un « appui renforcé » du formateur, développe la différenciation pédagogique (individualisation) et la socialisation des stagiaires (développement de compétences sociales) nécessaires aux personnes en situation d’illettrisme. Ce cadre pédagogique est de nature à développer « les compétences langagières enmilieu professionnel », qui concernent particulièrement les migrants et les personnes

en situation d’illettrisme. Le dispositif pré-qualifiant permet d’accueillir et d’accompagner les personnes en difficulté avec l’écrit en prenant en compte leurs progrès ; ils sont le témoignage de la remise en marche d’une dynamique d’apprentissage et non le règlement définitif des difficultés.

 

3e étape : L’accompagnement psychopédagogique pendant tout le parcours

L’accompagnement psychopédagogique permet de lever les obstacles à l’apprentissage en stage pré qualifiant comme en stage qualifiant.Le suivi des stagiaires en difficulté avec l’écrit permet de contractualiser les objectifs avec le stagiaire, de rechercher le sens et la place que ces difficultés avec l’écrit prennent subjectivement pour lui. Ce travail est possible par la présence d’équipes pluridisciplinaires sur les campus de formation de l’AFPA. Soulignons l’importance des équipes pluridisciplinaires dans les campus, permettant d’étudier plusieurs aspects de la situation : compréhension de la problématique dans sa dimension psychologique et personnelle, dans ses aspects pédagogiques, dans le rapport au groupe, au travail, à l’insertion,… L’équipe pluridisciplinaire permet des diagnostics croisés, des échanges de points de vue. Ces équipes créent une dynamique et développent un espace permettant une « réflexion à plusieurs ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.