Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Emploi-Formation et handicap

LADAPT et 30 ans de la loi de 1987 : Emploi et handicap

Éric Blanchet LADAPT Loi de 1987

Éric Blanchet, LADAPT et la loi de 1987 : « La loi doit intégrer TPE/PME dans ses contours » 

LADAPT est née en 1929 avec déjà la préoccupation d’aider les personnes handicapées dans leur parcours professionnel. Quel impact la loi de 1987, puis sa réforme de 2005, ont-elles eu sur le fonctionnement de LADAPT ?
Bien que l’insertion professionnelle des personnes handicapées fasse partie de sa mission principale, LADAPT a eu besoin, à cette période, de retrouver un nouveau souffle pour affronter les changements de mentalités impulsés par les textes. Cette période a donc été l’occasion pour l’association de se réinterroger sur ses objectifs. C’est en replaçant la dimension du travail au centre de son action et en réactivant sa capacité à innover que LADAPT a recommencé à peser sur le débat public, avec le soutien, notamment, de la loi de 1987.

Cette loi, bien qu’innovante dans beaucoup de domaines, était-elle à la mesure du défi de l’emploi des personnes handicapées ?
Juste après l’application de la loi, les embauches directes de travailleurs handicapés ont été timides : en 1991, elles ne représentaient que 3,8% de l’ensemble des salariés handicapés employés dans l’année. La majorité des travailleurs handicapés étaient maintenus dans leur emploi à la suite d’une maladie ou d’un accident, lié ou non au travail, du fait de leur statut de « bénéficiaires » de la loi. A partir des années 2000, les embauches ont progressé. En 2005, elles représentaient 6,9% de l’ensemble des salariés handicapés employés dans l’année.
La loi de 1987 a contribué à la prise de conscience par les employeurs de « l’employabilité » des personnes handicapées. Cette loi, et sa réforme en 2005, ont été grandement facilitatrices pour les travailleurs en situation de handicap. Elles sont restées cependant limitées et n’ont pas permis de répondre de manière tangible au défi de l’emploi des personnes handicapées.

Selon vous, quels espaces la loi n’a-t-elle pas su couvrir ?
La loi utilise la sanction financière comme épée de Damoclès pour les entreprises. Bien qu’efficace, il s’agit davantage d’un effet dissuasif qu’incitatif ! Il faut travailler bien en amont de l’embauche : sensibiliser à l’importance de la formation tout au long de la vie, à l’accompagnement des personnes handicapées mais également de l’employeur !

Quels sont pour vous les principaux leviers de cette loi ?
Ces lois, doivent s’inscrire dans une volonté beaucoup plus large, celle d’une société beaucoup plus accueillante, favorisant l’accès à l’emploi, à la scolarisation, aux soins…à la vie tout simplement ! Les leviers viendront de la société, des politiques, dès lors que ces derniers marqueront une réelle volonté d’exemplarité à l’égard des personnes handicapées.

Selon vous, les entreprises jouent-elles correctement le jeu de la loi ?
Il est difficile d’évaluer l’effet de la loi de 1987 dans la mesure où il n’existe pas de statistique sur l’emploi des travailleurs handicapés antérieure à 1988 ! On remarque cependant que les établissements assujettis ont répondu aux exigences légales de manière croissante.

Les grands établissements évoquent souvent le manque de compétences requises pour les postes à pourvoir ou l’inadéquation de ces postes avec la qualification des candidats. Elles mentionnent aussi l’inadéquation entre le poste et le handicap bien  qu’un aménagement de poste adéquat soit possible… (source : Document d’études n°126, juin, DARES).  Fin mars 2017, seuls 35% des personnes handicapées sont en emploi : des efforts sont donc encore à faire !

Sur l’aspect de la formation des personnes handicapées, qui est un aspect majeur à LADAPT, jugez-vous la législation suffisante ?
Hélas non. Et pourtant il s’agit d’un point crucial dans la vie de chaque personne ! Pour la majorité des personnes handicapées, le handicap survient en cours de vie. Accident professionnel, maladie invalidante…une personne mieux formée a donc plus de chance de « rebondir » malgré le handicap. La formation est primordiale et doit donc intervenir tout au long de la vie pour éviter les ruptures de parcours.

Il faut également souligner l’inadéquation entre les formations et les besoins : l’offre de formation ne correspond pas ou plus aux besoins des personnes en situation de handicap. Le handicap condamne aujourd’hui ces personnes à rester dans des métiers de support, alors que l’on voit émerger de nouveaux métiers, fermés aux personnes handicapées du fait d’une représentation erronée du handicap dans notre société.

Cette loi a-t-elle apporté une légitimité supplémentaire aux actions de LADAPT ?
Comme je le disais un peu plus tôt, la loi de 1987 a surtout permis une prise de conscience des employeurs. Bien sûr que cela conforte les actions portées par les associations telles que la nôtre qui intervient sur le champ de l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées depuis près de 90 ans.

Si vous deviez faire un bilan de ces 30 années, pensez-vous que les objectifs soient atteints ?
La situation des personnes handicapées est liée à l’évolution de la société et au regard qu’elle porte sur ces dernières. Il y a 30 ans, ces personnes étaient le plus souvent isolées dans des institutions.  Aujourd’hui, on constate une volonté affirmée de  ces personnes de trouver leur place au sein de la société.  Pour autant, le sujet de l’inclusion professionnelle et sociale, n’est pas clos : la société peine encore, pour de mauvaises raisons, à régler le sujet de l’accessibilité. Et il ne s’agit pas seulement de l’accessibilité des bâtis mais bien de permettre à tout un chacun de se déplacer, de s’éduquer et de se former !

Que feriez-vous pour améliorer la loi ?
La France compte 3,5 millions de PME, soit 99,9 % des entreprises…Et pourtant, les lois ne s’adressent pas aux TPE, PME : ce sont elles les porteuses d’emploi ! Il y a un éventail de possibilités à explorer de ce côté !

Photo : Eric blanchet, Directeur Général de LADAPT © Cédric Ubersax

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site