Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

La Ville de Paris attaque l’Etat au titre de sa dette envers la « Maison Départementale des Personnes Handicapées »

Dans un communiqué, la Mairie de Paris accuse l’Etat de “se désengager plus que jamais de ses responsabilités à l’égard des personnes les plus fragiles, en ne versant pas les sommes qu’il doit aux départements et qui devraient leur permettre d’assurer leurs missions de solidarité.” La situation serait particulièrement critique dans le domaine du handicap. La Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) de Paris doit ainsi faire face à une crise financière importante. L’Etat lui doit près de 0,9M€ au titre de 2008 et 2009. Cette dette prive la MDPH du personnel suffisant pour répondre aux besoins des parisiens en situation de handicap. Les conséquences en sont inacceptables : engorgement des demandes, retard dans le traitement des dossiers, ou dans les ouvertures de droits. Pourtant, depuis de nombreux mois, Bertrand Delanoë, le maire de Paris, et Véronique Dubarry, son adjointe en charge des personnes en situation de handicap, ne cessent d’alerter les services de l’Etat (émission de titre de recettes, courrier au Préfet), sans que cette dette ne soit acquittée.

Les Départements, notamment celui de Paris, affirment npas peuvoir assumer plus longtemps le prix de ce désengagement et les citoyens en situation de handicap ne doivent pas subir les conséquences de ce manquement élémentaire de l’Etat à ses devoirs. C’est pourquoi, la Ville de Paris et la MDPH de Paris, soutenues par les associations représentatives des parisiens en situation de handicap, viennent de déposer un recours en référé devant le tribunal administratif de Paris. Le Préfet ayant reconnu l’existence de cette dette, il revient donc au juge administratif d’exiger de l’Etat qu’il tienne ses promesses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.