Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

La Fagerh s’indigne du désengagement de l’Etat pour l’emploi des travailleurs handicapés

1er coup : L’Etat n’aurait plus les moyens de payer la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle. Or le statut de stagiaire de la formation professionnelle est utilisé par de nombreux travailleurs handicapés pour accéder à une formation de reconversion en vue d’un emploi compatible avec leur état de santé. Si le droit à la rémunération est remis en cause, cette reconversion ne sera plus accessible. En ponctionnant de 126 millions d’€ le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) pour financer la rémunération des stagiaires en 2011, c’est 126 millions d’€ qui manqueront pour la formation professionnelle des moins qualifiés et des plus précaires. Le FPSPP crée il y a moins d’un an avait pour objet  d’accroître cet effort de formation et non de se substituer à l’Etat défaillant.

 

 

2ème coup : L’Etat n’aurait plus les moyens de financer les parcours de formation mis en œuvre par l’AFPA à destination des travailleurs handicapés et ponctionne une fois encore l’AGEFIPH. Au-delà de la ponction financière de 60 millions d’€, qui diminuera d’autant le financement de l’AGEFIPH sur des actions de formation, il s’agit désormais d’une gestion séparée qui est mise en œuvre pour les travailleurs handicapés : un recul sans précédent depuis le vote de la loi du 11 février 2005 qui instituait l’égalité des droits et des chances et la citoyenneté des personnes handicapées.

 

 

« Derrière les discours officiels sur les priorités relatives à l’emploi des travailleurs handicapés, le vote de la loi de finances montre que l’intégration professionnelle durable des travailleurs handicapés n’en est plus une, fustige la Fagerh. Alors que tous s’accordent sur la nécessité d’un important effort de formation pour permettre aux travailleurs handicapés d’avoir les compétences requises pour répondre aux exigences actuelle du monde du travail, l’Etat répond par un désengagement politique et financier, particulièrement inopportun à l’heure où la crise économique touche en priorité les plus vulnérables. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.