Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

La cardiologie fait polémique dans un congrès à Paris

Avec pour thème central « Controversial Issues in Cardiology » (Polémiques en cardiologie), l‘édition 2011 du Congrès de la Société Européenne de Cardiologie (ESC) promet des discussions animées et de nouveaux débats. Attirant régulièrement plus de 30 000 cardiologues et représentants de professions connexes venant des quatre coins de la planète, le Congrès de l’ESC est sans conteste le plus grand séminaire de médecine cardiovasculaire au monde. Il se tiendra cette année à Paris, au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte, du 27 au 31 août.

 

« Nous avons choisi ce sujet phare afin de clarifier les conflits d’opinion à propos de différents aspects de la médecine cardiovasculaire », explique le professeur Michael Böhm, récemment nommé président du comité organisateur du Congrès de l’ESC. « Il est inévitable qu’au sein de notre profession les points de vue divergent dans certains domaines, de la recherche fondamentale aux procédures d’intervention les plus complexes. Nous voulons faire du Congrès de l’ESC une plate-forme où il est possible de mener un débat constructif sur ces questions, à partir des résultats et de notre expérience. »

Une série de conférences consacrées à chacun des problèmes polémiques permettront à des experts hautement qualifiés de prendre la parole afin d’y présenter le pour et le contre, tandis que les participants les aideront à approfondir leur argumentation. Le professeur Böhm, qui dirige également le service de cardiologie de l’hôpital universitaire de la Sarre (Allemagne), nourrit de grands espoirs : « Nous visons un consensus sur plusieurs sujets et, pour les autres points, nous espérons au moins que les intervenants admettront qu’il faut des résultats plus probants ou identifieront les conditions dans lesquelles une décision individuelle est légitime. »

Le Congrès de l’ESC jouit d’une excellente réputation internationale à la hauteur de son programme de conférences, d’ateliers et de présentations scientifiques, mais aussi de la qualité de l’exposition des équipements, des traitements et des services médicaux y afférents. Les experts de la communauté mondiale de cardiologie, y compris les professionnels de la santé et les infirmières spécialisées, sont invités à remettre les abstracts qu’ils aimeraient partager avec leurs confrères à l’occasion d’une conférence ou d’un atelier. Ces abstracts peuvent porter sur les principaux thèmes de la cardiologie, tels que l’insuffisance cardiaque et les maladies coronariennes, et couvrir l’ensemble des enjeux de cette spécialisation, de la recherche fondamentale aux stratégies de prévention. Au total, près de 4 000 abstracts seront retenus (pour un total de 10 000 propositions soumises) et présentés lors de conférences déjà programmées ou à venir.

Par ailleurs, le Congrès de l’ESC 2011 prévoit d’accorder une place de plus en plus importante au programme Cardiologues de demain. Ce groupe, représentant à la fois des cardiologues en formation et des cardiologues confirmés, a été créé pour encourager la participation accrue des futurs leaders de la profession.

Avec l’accord et le soutien sans faille du président de l’ESC, le professeur Michel Komajda, il a été décidé de mettre en place des conférences s’adressant en particulier aux jeunes cardiologues. Celles-ci traiteront de thèmes spécifiques tels que l’interprétation des résultats d’un essai clinique, la demande et l’obtention de subventions de recherche auprès de l’UE, la soumission de résumés lors du Congrès et la rédaction d’articles pour la revue European Heart Journal. De plus, l’une des conférences phares (portant sur les polémiques de la recherche en cardiologie) sera co-présidée par un membre du groupe des Cardiologues de demain, tandis qu’une séance spéciale consacrée aux cas cliniques les plus critiques devrait également être présidée par un jeune cardiologue.

Le docteur Stéphane Zuily est spécialisé en médecine vasculaire au CHU de Nancy et membre du comité directeur du programme Cardiologues de demain de l’ESC. « C’est l’occasion de mettre en avant de jeunes cardiologues et cela soulève notre enthousiasme », confie-t-il. « Avec mes confrères du comité, nous avons organisé un large éventail d’activités pour le Congrès afin de développer la collaboration et d’améliorer la formation, l’éducation et les réseaux. »

Après 30 ans d’absence et avec un nombre de représentants largement supérieur à ce qu’il était en 1980, la Société Européenne de Cardiologie se réjouit de tenir à nouveau son Congrès à Paris. L’événement accueillera des participants venant du monde entier et issus de toutes les branches de la médecine, notamment scientifiques, chercheurs, praticiens, universitaires, épidémiologistes, infirmiers et techniciens, ainsi que représentants de l’industrie de la santé et responsables politiques influents. Le professeur Böhm conclut ainsi : « L’amélioration de la qualité des soins apportés aux patients atteints d’affections cardiovasculaires est l’un des plus grands défis de l’humanité et constitue la mission essentielle de l’ESC. Les résultats du Congrès de l’ESC 2011 à Paris nous rapprocheront un peu plus de ce but. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.