Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Loisir, tourisme et handicap

Jardin et handicap : Créez un potager avec le Jardinou

Jardin et handicap Le Jardinou

Le jardinou fait rimer jardin et handicap et place le jardinage à la portée de tous

Voilà maintenant deux ans que Léa Treguilly a repris l’entreprise de son grand-père, Louis Malié, inventeur du jardinou. Ce dispositif peut permettre de jardiner sans se baisser mais aussi d’allier jardin et handicap. Rencontre.

Qu’est-ce qu’un jardinou ?
Un jardinou, c’est un jardin potager surélevé hors sol. Nous avons une entreprise dans le Tarn. Nous sommes créateurs, concepteurs et fabricants et nous revendons dans toute la France. Un jardinou peut être en bois, en métal, en fer à béton. Il permet aux personnes, soit à mobilité réduite, soit qui ont mal au dos, de jardiner plus facilement, de même pour des gens qui veulent simplement éviter de se baisser. Ils sont plutôt prévus pour l’extérieur mais cela dépend des plantes que l’on y met. Il y a différents types de jardinous : on part du plus petit qui fait 80 centimètres par 1 mètre 20, jusqu’au 4 mètres de long par 1 mètre 50, en passant par des circulaires. Nous proposons aussi des petites jardinières. On essaye toujours d’innover, toujours en restant dans le surélevé.

Comment est venue l’idée de créer ce concept ?
C’est mon grand-père qui a mis cela au point il y a maintenant un peu plus de dix ans. À l’époque il semait beaucoup de haricots verts pour ma grand-mère, au sol dans son jardin, et lorsqu’il devait les ramasser, il avait très mal au dos lorsqu’il se relevait. Du coup il lui a dit : « Le jour où je serai à la retraite, je te surélèverai la terre ». Du coup, dès qu’il a été à la retraite, il a commencé à imaginer, à dessiner, à faire des prototypes et le jardinou est sorti de sa tête. Il a ensuite imaginé différentes formes. Le dernier de la gamme est circulaire et rotatif, à la demande de beaucoup de clients, qui souhaitaient que le jardin tourne sur lui-même. Cela permet de le mettre dans un angle pour gagner de la place. Il y a aussi certains modèles sur lesquels on peut adapter une petite serre à enrouleur, qui permet de jardiner toute l’année, hiver comme été. On a aussi, pour les professionnels, un câble chauffant qu’on peut adapter sous la terre afin de chauffer la terre et pouvoir faire des semis dans les régions un peu plus froides de la France.

Votre grand-père est-il passionné de jardinage ?
Pas du tout ! En tout cas au départ, il est professionnel du bâtiment et des maisons. Mais c’est vrai que depuis il a pris la passion. Puis le fait de mettre les mains dans la terre, ça déstresse, ça apaise, ça élimine les tensions… c’est très bon pour la santé. Et puis cela permet de faire pousser ses propres légumes et ainsi de vraiment savoir ce que l’on mange. Ce n’est pas comme ce que l’on achète dans les supermarchés, où parfois les tomates ne sont que de l’eau… On voit bien la différence entre nos légumes et ceux du supermarché !

Avez-vous de nouveaux projets en cours ?
Nous réfléchissons à concevoir le même type de jardinous mais en bambous. Nous avons les prototypes dans notre usine et on les teste, on verra bien dans quelques mois si ça marche.

Comment faire pour se procurer un jardinou ?
Les personnes intéressées peuvent se renseigner sur notre site internet : www.jardinou.com ou directement par téléphone : 06.01.06.54.69 ou par email : info@jardinou.com. Nous sommes basés au 15 boulevard G. Ravari à Graulhet (81300), et sur notre site internet on a des revendeurs qui revendent nos produits dans toute la France. Il est donc tout à fait possible de se faire livrer des jardinous quelle que soit votre région, y compris la Corse, la Suisse, l’Espagne, l’Allemagne.

Photo : De droite à gauche : Léa Treguilly, Louis Malié et son fils – Jardin et handicap

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site