Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Santé, bien-être et handicap

Jalousie : Les conseils pour la surmonter au mieux

Jalousie : Des conseils pour la surmonter

Comment ne plus se laisser dévorer par la jalousie ?

Par notre partenaire Signes et sens. Si la jalousie est un sentiment humain normal quand il reste cohérent, comment faire lorsque cet état devient pathologique et prend toute la place dans la relation ? Zoom sur quelques conseils pratiques pour qu’une belle rencontre amoureuse ne se transforme pas en enfer…

Si le jaloux souffre véritablement, il en est à l’identique pour l’autre membre du couple qui ne sait plus comment réagir. Sigmund Freud situe l’origine de cette souffrance inconsciente vers l’âge de 3 ans et ce, jusqu’à 5 ans, souffrance qui consiste à se sentir exclu du triangle que l’enfant forme avec le couple parental. Ainsi les crises de jalousie ultérieures sont-elles souvent des réminiscences d’un complexe d’Œdipe insuffisamment résolu.

Un mécanisme de défense redoutable
La jalousie excessive dénote une insécurité majeure du psychisme. Ce mécanisme de défense résulte du fait que le sujet jaloux attribue donc inconsciemment au conjoint la place de l’un de ses parents… En fonction de l’histoire de chacun vont se rejouer inévitablement des scénarios renvoyant aux toutes premières années de l’existence. Attirer une personnalité possessive n’est pas fortuit. C’est pourquoi il ne sert à rien de stigmatiser l’un ou l’autre des partenaires. Une saine prise de conscience consiste à considérer sérieusement et objectivement, de part et d’autre, cette inconfortable réalité comme relevant d’un obstacle majeur à la relation.

Vous êtes jaloux
Commencez par dédramatiser la situation, d’autant, qu’à petites doses, votre jalousie peut rassurer votre partenaire sur l’amour que vous lui portez. Mais gardez toutefois à l’esprit qu’en dépassant certaines limites, votre possessivité risque de l’étouffer. Cet être « trop aimé » peut alors vous donner raison en se laissant tenter par une aventure. Effectivement, à force de nourrir des pensées négatives, elles se manifestent toujours dans la réalité ! Le savoir aide déjà à lâcher prise. Un axe intéressant de recentration consiste systématiquement à vous demander à quoi vous renvoie, dans votre histoire infantile, ce comportement. Qui, dans votre entourage, agissait de la sorte ? Vos parents étaient-ils eux-mêmes jaloux ? Ressentiez-vous de la rivalité pour un membre de votre fratrie ? Cette forme d’autoanalyse vous amènera peu à peu à établir une réflexion juste.

Vous subissez sa jalousie
Le moraliste François de La Rochefoucault, célèbre pour ses « Maximes », écrivait : Il est quelquefois agréable à un mari d’avoir une femme jalouse, il entend toujours parler de ce qu’il aime… La phrase peut aussi s’appliquer à l’autre sexe. Dites-vous, dans un premier temps, qu’il vaut parfois mieux un brin de jalousie qu’une tonne d’indifférence, ce qui contribuera à relativiser. Cette simple prise de conscience aura pour avantage de ne pas alimenter, inutilement et de façon maladroite, une attitude conflictuelle. Faites preuve de beaucoup de compréhension et rassurez votre partenaire sur l’authenticité de vos sentiments. Posez enfin fermement un cadre à ne pas dépasser. Expliquez-lui que vous appréciez la force de son amour mais que vous ne supportez plus d’être quotidiennement la cible de doutes pathologiques à votre égard. Soyez déterminé mais sans agressivité. Une communication, plus confiante, de meilleure qualité, moins infantile et infantilisante, devrait se mettre en place pour sortir de l’impasse.

La consultation de couple
Lorsque toutes les tentatives de résolution du problème ont échoué et si le couple désire poursuivre la vie commune, la consultation chez un professionnel reste une alternative efficace. À défaut, l’un des deux (celui qui souffre le plus), qu’il soit jaloux ou jalousé, a tout intérêt à prendre l’initiative pour lui-même. Le cabinet du psychothérapeute ou du psychanalyste est un lieu privilégié d’écoute dans lequel se dénouent les problématiques conscientes ou inconscientes qui empêchent une vie amoureuse libérée.

Liliane Herbert

Les véritables signes de la jalousie

Le sentiment de jalousie devient véritablement inquiétant lorsque des symptômes spécifiques envahissent le quotidien :
– pulsion incontrôlable poussant le jaloux à fouiller dans les affaires du conjoint pour trouver un indice alimentant ses doutes
– scènes de jalousie récurrentes à propos d’un simple regard porté à un ou une inconnue dans la rue
– conviction d’être trompé en l’absence de toute preuve objective
– questions intrusives sur l’emploi du temps du partenaire.

La jalousie est-elle une preuve d’amour ?

La jalousie accompagne souvent la relation amoureuse et, comme elle, répond à des objectifs de perpétuation de l’espèce. Mais contrairement à la passion et aux ébats sexuels, celle-ci n’est en général pas agréable à vivre. Or, la nature a tendance à récompenser les comportements utiles par le plaisir. C’est dire que la jalousie que nous connaissons aujourd’hui est certainement une forme altérée, voire dégradée, d’un phénomène originel. C’est en tout cas ce que laissent supposer ses deux caractéristiques essentielles : sentiment de possession bafoué et faible estime de soi.

Pour risquer de perdre, il faut posséder. C’est en cela que la jalousie se différencie de l’amour. Dans l’amour, il n’est pas question de possession : intimité, oui, complicité, oui, engagement, oui, sentiments, oui mais possession, non ! Dans une relation amoureuse, aucun des partenaires ne possède l’autre puisque l’amour se nourrit de liberté. C’est de plein gré et avec plaisir que l’on se donne à cet autre. L’obligation tue l’amour ; elle ôte cette liberté fondamentale et réduit ainsi le partenaire à l’état de serviteur dont on peut user à sa guise. C’est sans doute dans des phrases comme ton corps m’appartient, largement relayées par l’Église, qu’il faut voir la source de nombreuses détresses conjugales. Par conséquent, si la jalousie procède d’un instinct de possession lésé, elle ne s’inscrit déjà plus dans la dynamique de l’amour, ainsi que le prétendait La Rochefoucauld : Il y a dans la jalousie plus d’amour-propre que d’amour. La deuxième caractéristique essentielle de la jalousie est de s’appuyer sur une faible estime de soi. Le scénario de la jalousie implique au moins trois acteurs et la comparaison tourne toujours en défaveur du jaloux : Mais qu’a-t-il de plus que moi ? La valeur intrinsèque que s’accorde le jaloux est plutôt faible ; c’est pourquoi les autres représentent une menace à ses yeux : son partenaire pourrait lui préférer quelqu’un de mieux que lui. La jalousie se nourrit d’inquiétude au sujet de l’exclusivité des sentiments du partenaire. Cette défaillance dans l’estime de soi se traduit par un mode d’attachement où règne l’insécurité, elle-même héritée de la petite enfance. De nombreux psychologues se sont penchés sur cette question de l’attachement entre un bébé et sa mère (ou toute autre figure d’attachement). Ils ont constaté qu’un tel lien apparaissait dès la naissance et avait, pour fonction principale, de maintenir la proximité avec l’adulte. Tout d’abord avec des comportements innés, tels que chercher le regard de l’autre, pleurer de façon à le faire venir, s’agripper à lui, se blottir dans ses bras. Puis avec des attitudes bien différenciées comme sourire davantage à celui qu’il reconnaît ou, plus tard, se déplacer vers lui. Cet adulte, et les personnes qui jouent le même rôle auprès du bébé en s’occupant régulièrement de lui, forment alors une base de sécurité. En sa présence, le petit osera entreprendre l’exploration du monde.

Yves-Alexandre Thalmann. Pour en savoir plus, lire : « Les 10 plus gros mensonges sur la vie de couple », Editions Dangles.

Quelques astuces pour éviter les crises de jalousie

La jalousie concerne tout un chacun, quoi qu’on en pense, puisque ce sentiment prend sa source durant nos plus tendres années. La psychanalyse le postule, en situant cette période de 3 à 5 ans, au moment où l’enfant réalise douloureusement qu’il n’a pas toute l’exclusivité de l’amour que lui porte sa mère ou son père. Se montrer jaloux renvoie donc inconsciemment à une période révolue qui n’est plus d’actualité à l’âge adulte. Si la jalousie amoureuse, gardant des traces mnésiques du conflit œdipien, est le lot de tout couple, elle devient aliénante lorsque ses manifestations intempestives mettent la relation en danger…

> Je remets les choses à leur juste place

Remettez la situation dans l’ordre ! C’est avec vous que votre partenaire partage sa vie et pas avec quelqu’un d’autre. Vous êtes donc bien sa priorité, quand bien même auriez-vous des doutes sur une hypothétique troisième personne.

> J’apprends à communiquer

Avant de foncer sur votre partenaire les poings tout faits, demandez-vous si votre colère est justifiée : montre-t-il réellement un comportement incompatible avec votre vie de couple, c’est-à-dire séduit-il ouvertement, et devant vous, quelqu’un d’autre ? Si oui, une mise au point reste incontournable, assortie d’un ultimatum ferme. À l’inverse, s’agit-il d’un scénario imaginaire sans fondement réel ? Dans ce cas, glissez habilement et avec humour le sujet dans une conversation. Cet échange en toute sérénité, mêlé de complicité, fait partie d’un jeu amoureux tout à fait naturel et possède l’avantage de vérifier la qualité de la relation. Parlez de ce que vous ressentez de négatif, de manière à ce que votre partenaire n’interprète pas vos propos comme une plainte dirigée contre lui. Vous serez surpris de l’intérêt que vous susciterez. Montrer ses failles et sa fragilité permet de jouer cartes sur table.

> Je défusionne

Plutôt que de vous épuiser à « pister » tous les pseudo manquements de votre conjoint, récupérez ce temps pour vous occuper de vous. Un petit relooking physique transformera vos perceptions et déclenchera un sursaut de séduction chez l’être aimé. Soignez également votre besoin d’indépendance pour contribuer à défusionner votre relation : une activité qui vous fait plaisir, une sortie avec des ami(e)s, etc.

> J’ai confiance et je fais confiance

La meilleure image à offrir à l’élu de votre cœur ? Une belle confiance en vous ! D’autant que vous n’avez aucunement besoin de lui pour exister. Cette prise de conscience est essentielle au moment où vous sentez l’angoisse monter. Par ailleurs, La Rochefoucauld affirmant qu’il y a dans la jalousie plus d’amour-propre que d’amour, faire confiance est beaucoup plus touchant pour l’être aimé que lui opposer sans cesse des reproches. Votre couple sera gagnant !

En résumé

Impossible d’aimer sainement autrui si vous ne commencez pas par vous aimer vous-même ! Prendre son partenaire en otage n’augure en aucune façon d’un avenir harmonieux pour votre union. Aussi, dans le cas où votre jalousie resterait incontrôlable et source de conflits interminables, la sagesse voudrait que vous fassiez appel à un spécialiste de la psychologie. Vous serez étonné de découvrir ce qui se jouait inconsciemment, à votre insu, jusque-là. Vous arrêterez définitivement des réactions malheureusement immatures dans leur fondement…

 

+ Photo : https://fr.fotolia.com/id/132615874

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site