Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Insertion professionnelle et handicap : Les Amis de l’Atelier s’engagent

Insertion professionnelle et handicap : Les Amis de l'Atelier s'engagent

Fondation des Amis de l’Atelier : Faciliter l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap psychique et mental

La Fondation des Amis de l’Atelier accompagne les entreprises dans le contexte de la nouvelle loi sur l’OETH, au travers d’actions de sensibilisation et un accompagnement au recrutement et au maintien dans l’emploi. Elle s’engage en faveur de l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap psychique et mental.

La Fondation des Amis de l’Atelier qui accompagne, depuis près de 60 ans, 3000 personnes en situation de handicap psychique et mental dans leur insertion professionnelle, a crée en 2018 la Plateforme Insertion & Hanploi.

Cette plateforme propose à la fois un accompagnement vers l’insertion professionnelle aux usagers des établissements de la Fondation, aux personnes extérieures avec RQTH et une orientation vers le dispositif d’Emploi Accompagné, ainsi qu’un accompagnement des entreprises.

L’objectif est de faciliter l’accès et le maintien dans l’emploi en milieu ordinaire des personnes en situation de handicap, en changeant d’angle de vue et donc de regard. La démarche de cette plateforme est bien de replacer la personne au cœur de ses envies, de ses appétences et aptitudes, et de travailler main dans la main avec les salariés de l’entreprise pour favoriser le recrutement et le maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap.

Le recrutement, un facteur de stress

La loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » est entrée en vigueur le 1er janvier 2020. Parmi les objectifs de cette réforme figure celui de responsabiliser les entreprises et développer une politique d’emploi inclusive. Ainsi désormais l’ensemble des entreprises est concerné par l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH).

Le recrutement des personnes en situation de handicap devient ainsi un enjeu majeur pour les entreprises quelle que soit leur taille. Des solutions relativement simples et accessibles existent pour aménager le process de recrutement pour les personnes atteintes d’un handicap moteur ou sensoriel. Mais c’est plus complexe quand il s’agit de personnes qui ont un handicap psychique ou mental. En effet, le caractère invisible du handicap ne donne pas de piste, mais il est certain qu’en général, le contexte même du recrutement n’est pas « confortable » pour ces personnes, compte tenu du stress inhérent à l’exercice.

Elles auront plus de probabilités de rencontrer des difficultés à valoriser leur parcours et à exprimer librement leurs besoins. Inversement, les employeurs sont souvent mal à l’aise et peu outillés pour aborder et gérer le sujet du handicap.

Adapter les méthodes de recrutement

Pour aider les entreprises dans leur process de recrutement d’une personne en situation de handicap mental ou psychique, la Fondation a élaboré quelques conseils pratiques.

  1. Sensibiliser le collectif de travail à la thématique du handicap

De nombreuses initiatives sont proposées : Duoday, Duo2 une initiative créée par la Fondation des Amis de l’Atelier qui propose à des salariés de passer une journée en binôme dans un ESAT avec un travailleur handicapé, journée découverte en entreprise, stages, intervention de sensibilisation… La Fondation des Amis de l’Atelier a également créé un club d’entreprises, le Club Hanployeurs, pour favoriser le partage d’expérience

  1. Accorder du temps et adopter une posture d’écoute active

Dans un monde du travail où tout va vite, où les speed dating et speed meeting se multiplient, il faut revenir à un rythme lent lorsque l’on envisage le recrutement d’une personne avec un handicap psychique.

  1. Interroger le candidat sur ses besoins d’aménagement

Le candidat aura peut-être du mal à aborder spontanément les aménagements de poste dont il pourrait avoir besoin, aménagements matériels ou organisationnels (horaires, pauses…) et les restrictions médicales qui lui sont conseillées.

  • Solliciter l’aide de professionnels du service public de l’emploi et de structures spécialisées

Il existe de nombreuses structures publiques que les entreprises peuvent solliciter pour les guider (Agefiph, Missions Locales, Cap Emploi, Pole Emploi…).

Elles peuvent également faire appel à des structures privées comme la Fondation des Amis de l’Atelier qui propose des job coachs pour accompagner entreprises et travailleurs tout au long du processus de recrutement et la mise en place dans le poste. La Fondation organise également les Hand’Inclusing Dates  où ce sont les personnes en situation de handicap qui reçoivent leurs futurs hanployeurs.

  • Le référent handicap, garant de la politique handicap de l’entreprise

Les entreprises de plus de 250 salariés doivent désormais nommer un référent handicap.  Cette personne ressource de l’établissement facilite la mise en œuvre de la politique handicap souhaitée par la Direction et les Instances représentatives du personnel. Ces référents doivent être formés et sensibilisés. Envoyer un salarié en formation référent handicap, c’est choisir d’avoir une politique handicap active.

Et si nous repensions le recrutement et le travail autrement ?

Plus d’informations sur les actions de la Fondation des Amis de l’atelier : http://www.fondation-amisdelatelier.org/

En photo : Les participants de Duo2, initiative qui propose à des salariés de passer une journée en binôme dans un ESAT avec un travailleur handicapé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.