Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Emploi-Formation et handicap

Hôtellerie et handicap : Témoignage de Nazhia, masseuse non-voyante

Nazhia, son témoignage - hôtellerie et handicap.

Hôtellerie et handicap : Nazhia, masseuse non voyante employée au SPA de l’Hôtel Les Trésoms **** à Annecy
«Ce métier représente tout pour moi ! »

Dans le cadre du Mondial des métiers 2019, qui aura lieu du 7 au 10 février, nous vous présentons le secteur de l’hôtellerie et ce qu’il prévoit pour les personnes en situation de handicap. Nazhia, à travers son témoignage, nous démontre qu’ hôtellerie et handicap peuvent rimer avec performance. Article issu de « MHT » n°315, août-septembre 2018.

LE MHT : Nazhia, racontez-nous votre parcours ?
Je ne suis pas née non voyante, c’est aux alentours de 23 ans que la maladie s’est déclarée, une dégénérescence de la rétine. Auparavant, j’avais suivi un cursus scolaire normal et après mon bac, je me suis orientée vers un BEP vêtements sur mesure et accessoires. Entre 23 et 30 ans, j’ai occupé différents emplois. Mais au fur et à mesure que ma vue se détériorait, il était de plus en plus difficile pour moi de travailler car je n’étais pas dans un environnement adapté à mon handicap. À 29 ans, ma cécité étant complète, je me suis engagée dans une reconversion professionnelle grâce à un organisme à Lyon, le FIDEV, qui a pour objectif la formation, l’insertion et la réadaptation pour les déficients visuels.
Durant 2 ans, je me suis formée sur Paris à la « formation bien-être » où j’ai appris les techniques de massage, mais également le braille, l’informatique, la gestion …
En 2013, j’ai décidé de m’installer comme auto entrepreneur pour exercer mon métier de  masseuse  à  domicile  et  en entreprise.
Enfin, en 2015, j’ai fait la démarche de passer en alternance un CAP d’Esthétique pour non-voyant et c’est ainsi que je suis arrivée le 27 juin 2016 à l’Hôtel Les Trésoms à Annecy pour travailler dans le SPA en tant que masseuse.

LE MHT : Comment adaptez-vous votre travail à votre handicap ?
Il faut user d’astuces. Dans les cabines de soins, les produits doivent être toujours positionnés dans le même sens. Il y a un travail en commun avec les autres esthéticiennes du spa. Pour respecter le temps imparti pour les soins, une playlist a été enregistrée avec un signal qui intervient tous les ¼ d’heures. Je dispose en plus d’un boitier sur moi qui vibre tous les ¼ d’heures. La pratique et l’habitude des soins font que j’ai conscience du temps nécessaire.
Je bénéficie également des mêmes formations que mes collègues. Je peux retranscrire un protocole écrit sur mon ordinateur par synthèse vocale. 

LE MHT : comment les clients perçoivent votre handicap ?
Les gens sont bienveillants dans l’ensemble. Certains ne s’en étaient pas aperçus : ils ont réalisé en fin de soins en voyant ma canne blanche !

LE MHT : qu’est-ce que ce métier vous apporte ?
Tout … je dirais que dans mon malheur, j’ai la chance de pratiquer un métier qui me plaît. Ce n’est pas trop fort de dire que le massage m’a sauvé ! C’est un exutoire, c’est devenu vital pour moi.

LE MHT : avez-vous des difficultés à vous déplacer, pour venir travailler notamment ?
Quand j’étais sur Paris, et contrairement à ce que l’on peut croire, tout était équipé pour un non-voyant, je prenais le métro toute seule par exemple.

Depuis que je suis installée à Annecy, les déplacements sont plus difficiles et je dois compter sur mes collègues et faire du covoiturage. Sans leur implication, ce serait très compliqué pour moi …

LE MHT : Angélique, en tant que Responsable du SPA Les Trésoms, comment se passe l’adaptation du poste d’esthéticienne masseuse au handicap de Nazhia ?
Cela demande une bonne communication au sein de l’équipe du SPA sur les procédures à mettre en place. Il faut également être rigoureux pour que son environne-ment soit stable, comme de ranger les produits, le matériel toujours au même endroit.
Mais du coup, Nazhia contribue à renforcer les liens. Nous avons une équipe soudée.

LE MHT : comment les clients perçoivent-ils son travail ?
Nazhia est une bonne professionnelle au plan technique. Et c’est ce qu’attendent les clients du SPA. Nous n’avons que des bons retours.

LE MHT : A titre personnel, qu’est-ce que cela change pour vous ?
C’est la première fois que je travaille avec une personne présentant un handicap et c’est une expérience très enrichissante. Je me suis rendue compte que le handicap n’est absolument pas incompatible avec notre métier ni avec le fait de travailler au sein d’une équipe dans une entreprise. C’est une formidable opportunité d’ouverture à la diversité et aux autres.

En photo : Nazhia, masseuse non voyante employée au SPA de l’Hôtel Les Trésoms **** à Annecy.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site