Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Handisport au Royaume-Uni : Enquête, histoire et rencontres

Antoine Foucher - Handisport au Royaume-Uni : Enquête, histoire et rencontres

Enquête et témoignage sur la pratique du handisport au Royaume-Uni

Par Antoine Foucher. Âgé de 19 ans, je suis actuellement étudiant en licence de droit et bénévole à l’APF France Handicap. Grâce à une bourse octroyée par la fondation Zellidja, je me suis rendu cet été, durant un mois, au Royaume-Uni afin de mener une étude sur le handisport dans ce pays.

Les bourses Zellidja bénéficient à des jeunes âgés de 16 à 20 ans qui ont un projet de voyage d’une durée minimale d’un mois et souhaitent étudier un sujet de leur choix. Ayant eu la volonté de m’engager pour défendre les droits des personnes en situation de handicap à la suite des Jeux Paralympiques de 2012 à Londres, mon choix pour une étude sur le handisport au Royaume-Uni s’est imposé avec évidence.

J’ai ainsi traversé le Royaume-Uni pendant le mois d’août afin d’examiner les moyens mis en œuvre pour rendre le sport accessible aux personnes en situation de handicap, leurs vertus et les lacunes qui persistent.

Je suis notamment allé à la rencontre de clubs sportifs et d’autorités publiques, comme Sport England en Angleterre ou Disability Sport Wales au Pays de Galles. Je suis également naturellement allé à la rencontre de personnes en situation de handicap qui ont une pratique sportive, à un niveau amateur ou à haut niveau, pour sonder l’importance que le sport représente dans leur vie. J’ai également profité de chaque rencontre avec les personnes valides afin d’analyser l’influence que peut avoir le handisport sur leur perception du handicap.

De la seconde Guerre Mondiale aux Jeux Paralympiques

Il ressort premièrement que l’histoire du handisport britannique est profondément liée à celle des Jeux Paralympiques. Ces derniers ont en effet été créés en 1948 dans la commune de Stoke Mandeville dans un contexte de réhabilitation des victimes de la Seconde Guerre Mondiale. Dans le prolongement de ces premiers Jeux, ceux qui se sont tenus à Londres en 2012 ont eu un réel effet sur le développement du handisport. Ils ont permis en amont une augmentation des moyens alloués au handisport et en aval une médiatisation sans précédent.

Localement, les opportunités ouvertes aux personnes en situation de handicap sont devenues nombreuses. Cependant, la limitation des disciplines ouvertes aux personnes présentant un handicap mental lors des Jeux de Londres a été vivement critiquée.

Les sources de financement se sont elles aussi multipliées. Même si la part de financement privé s’accroît, les subventions proviennent principalement des autorités publiques. Au niveau national, elles sont financées par le biais de la National Lottery.

Les nombreux bienfaits du handisport au Royaume-Uni et ailleurs

Le handisport présente des bienfaits indéniables, avant tout d’un point de vue personnel. Ces bienfaits sont aussi bien physiques que psychologiques. Physiques car il permet de maintenir un bon état de santé, voire, dans le cadre des maladies dégénératives, de ralentir leur progression. Psychologiques en ce qu’il permet d’accepter son handicap et même d’en tirer une certaine fierté.

Les bienfaits se perçoivent également dans les relations que les personnes en situation de handicap entretiennent avec les tiers. D’abord, le handisport constitue un moyen indéniable de sociabilisation. D’autre part, il permet de banaliser le handicap et de privilégier l’inclusion à l’intégration.

Quelques lacunes persistent

Néanmoins, certaines lacunes persistent. Malgré l’existence de moyens accrus, les acteurs du handisport pointent du doigt l’insuffisante sensibilisation. De nombreuses personnes en situation de handicap ne sont pas au courant des opportunités qui leur sont offertes ou se sous-estiment en pensant que l’activité sportive n’est pas faîte pour elles. Il est donc important, selon les interlocuteurs rencontrés, d’accroître la promotion de la pratique du sport vis-à-vis de cette frange de la population.

D’autre part, les financements sont certes plus élevés depuis les Jeux Olympiques mais ils n’augmentent plus suffisamment depuis. En effet, en raison du contexte politique actuel lié au Brexit, le handisport n’apparaît plus comme une préoccupation majeure des pouvoirs publics. En outre, ils sont surtout alloués aux clubs. À un niveau amateur, les personnes en situation de handicap ne reçoivent que très peu de subventions individuelles. Néanmoins, à haut niveau, elles sont salariées au même titre que les sportifs valides, ce qui leur permet de se consacrer pleinement à la pratique du sport.

Il n’en reste pas moins que les Jeux de 2012 ont eu un effet plus que bénéfique sur le développement du handisport au Royaume-Uni. Il ne nous reste donc plus qu’à espérer que les Jeux de 2024 à Paris produisent le même effet en France.

Antoine Foucher

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.