Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Grève de la faim d’une enseignante universitaire handicapée à Poitiers

POITIERS (AFP) – Un rassemblement s’est tenu vendredi devant l’université de Poitiers en soutien à une enseignante handicapée de Tours en grève de la faim depuis 46 jours, afin d’obtenir son transfert à Poitiers “pour raison de handicap et de santé”. Thérèse-Marie Jallais, maître de conférences en anglais qui habite dans le sud de la Vienne et souffre d’une maladie neurologique évolutive nécessitant des soins constants et limitant ses déplacements, a précisé que sa demande de transfert à Poitiers date de 2006.

 

Une dizaine de personnes s’est rassemblée vendredi à l’appel de Sud et Solidaires 86 devant la présidence de l’Université de Poitiers, pour soutenir la quinquagénaire qui apparaît fatiguée et affirme ne boire plus que de l’eau sucrée depuis le 26 septembre.

Depuis la semaine dernière, elle s’installe chaque matin dans sa voiture, devant la présidence de l’université à Poitiers, sur une place pour les handicapés marquée d’une banderole demandant “le respect à l’Université de la loi de 2005 sur le handicap”.

La présidence de l’Université, qui a reçu des représentants syndicaux, a souligné “que les conditions nécessaires au transfert d’un poste ne sont pas remplies dans le cas de Mme Jallais”. A la demande des syndicats, un courrier sur la situation de l’enseignante doit être transmis au ministère de l’Education nationale par l’université de Poitiers.

cor-chv/od/DS

One Comment

Leave a Reply
  1. Comment signer la pétition qui m’a été indiquée ? Je ne trouve rien sur change.org (ni ailleurs) alors que je veux continuer à appuyer la demande de Mme Jallais… Donc je signale au moins ici mon appui total, en rappelant la loi sur le pourcentage d’emploi des personnes handicapées…
    Mgr Albert Rouet,
    Archevêque Emérite de Poitiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.