Accueil Maladies rares ou méconnues Glaucome : Privilégier le dépistage régulier dès l’âge de 40 ans

Glaucome : Privilégier le dépistage régulier dès l’âge de 40 ans

Dépistage du glaucome : tous les 2 ans dès 40 ans
Ecouter article

Dépistage du glaucome : tous les 2 ans dès 40 ans

Parmi les maladies dégénératives oculaires, le glaucome reste la première cause de cécité totale. La destruction du nerf optique, plus ou moins rapide, entraine une réduction croissante du champ visuel, parfois même sans que la personne ne s’en aperçoive. Le docteur Claire Meuriot, ophtalmologiste à Soort-Hossegor, nous rappelle l’importance du dépistage.

On entend beaucoup parler du glaucome, sans savoir véritablement à quoi il correspond…. À quoi correspond cette pathologie ?
Le glaucome est une maladie très délétère, qui n’est pas diagnosticable par le patient lui-même, et qui aboutit à une perte totale de vision en 20 ou 30 ans si on ne fait rien, parfois plus rapidement si la tension est élevée ou s’il existe d’autres facteurs de risque.

On distingue deux types de glaucome : le glaucome par fermeture de l’angle, qui peut provoquer des petits symptômes comme des maux de têtes, des halos colorés dans la semi obscurité ou encore des douleurs à la tête en rentrant dans une pièce sombre… Peuvent aussi apparaitre en premier lieu des troubles digestifs, des vomissements soudains inexpliqués… Le glaucome par fermeture de l’angle est aigu, brutal, et peut entrainer une cécité en une douzaine d’heures.

La situation est très différente pour le glaucome à angle ouvert, pour lequel le patient ne ressent aucun symptôme. Il s’aperçoit souvent de la réduction de son champ visuel à un stade terminal, lorsque le fait le tourner la tête ne compense plus le déficit du champ visuel.

Quelles recommandations donnez-vous en matière de dépistage,
Dès 40 ans, il faut consulter un ophtalmologiste tous les deux ans, même quand tout va bien. Les personnes ne portant pas de lunettes doivent consulter un ophtalmologiste pour obtenir une mesure de la tension oculaire, une mesure de l’épaisseur de la cornée et un examen du nerf optique. Au moindre doute, le spécialiste réalisera un OCT, scanner du nerf optique, ou un champ visuel.

Avez-vous des recommandations pour prévenir le glaucome ?
La prévention s’effectue essentiellement auprès des personnes issues de familles déjà touchées. Un examen clinique complet doit être réalisé pour chacun d’entre eux, suivi d’un scanner du nerf optique ; ces images serviront de référence et permettront une comparaison avec un futur scanner, en cas d’une mesure de tension élevée ou lors d’un doute à l’examen du nerf optique. Cette démarche et ce suivi permettent de détecter les glaucomes extrêmement débutants.

Quels sont véritablement les enjeux du dépistage précoce du glaucome ?
Plus on détecte le glaucome tôt, plus on a de chance d’éviter la perte de champ visuel. Si vous consultez trop tard, alors que vous avez déjà perdu un quart de votre visuel, vous ne récupérerez plus jamais cette capacité. Ce qui est perdu est perdu.

Véronique Barreau

Exit mobile version
X