Partager, , Google Plus, Pinterest,

HANDICA 2019

Posted in:

Autonomie et handicap

Formation au pair-accompagnement : Un programme dédié

Céline Vauvarin formation au pair-accompagnement

Une formation au pair-accompagnement a vu le jour en Normandie

Voilà maintenant plus de quatre ans que la Mutualité Française Normandie travaille avec différents acteurs associatifs du Calvados dans le but de mettre en place une formation au pair-accompagnement. Ce projet est aujourd’hui devenu chose concrète avec un programme de formation qui s’adresse aux personnes en situation de handicap (futurs pairs-accompagnants) et aux aidants. Céline Vauvarin, responsable formation et coordinatrice de l’activité Pairémulation© Mutualité Française Normandie, nous raconte la construction du projet et son évolution jusqu’à aujourd’hui.

Comment est née l’activité de Pairémulation® au sein de la Mutualité Française ?
Ce sont différents acteurs du Calvados : l’association Handicap Citoyen, la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie) et le Réseau de services pour une vie autonome (RSVA) qui avaient démarré le projet Pairémulation® sur ce territoire. Ceux-ci, en 2012, ont sollicité la Mutualité Française Normandie pour porter avec eux le développement d’activités d’entraide entre pairs en situation de handicap. Ayant initiés auprès de la DIRECCTE Basse-Normandie un dossier de demande de fonds européens, ils recherchaient un acteur local en capacité de salarier un coordinateur. Titulaire d’un Master 2 en ingénierie de formation, j’ai été recrutée en octobre 2012 par la Mutualité Française Normandie.

Début 2013, le décès du Président d’Handicap citoyen engendrant la dissolution de son association, le rôle de porteur de la pairémulation® s’est intensifié pour la Mutualité Française Normandie.

Quel était l’objectif fixé et comment les choses se sont-elles concrétisées ?
Afin que les personnes pratiquant déjà cet accompagnement par les pairs puissent sortir d’un statut de bénévole et se voit offrir un statut de « pairémulateur » rémunéré grâce à d’éventuels postes et missions au sein d’établissements, d’associations ou institutions, il fallait créer une formation. L’organisation de la professionnalisation de cette pratique pour améliorer sa reconnaissance dans le champ professionnel était l’objectif posé par les acteurs initiaux et financé par les fonds européens.

Notre difficulté à identifier des pairémulateurs actifs ou impliqués dans cette activité d’entraide a compliqué la description et l’analyse des pratiques pour la traduire en objectifs de formation. Avec l’aide des membres du Copil (comité de pilotage) et des groupes de travail spécifiques, une première sensibilisation a été construite puis trois autres expérimentations l’on enrichit et adapté progressivement aux besoins recensés.

À ce jour, ce sont quatre sessions de formation organisées en Normandie qui ont accueillis 90 stagiaires au total. Un partenariat avec l’IRTS Normandie Caen (Institut Régional du Travail Social) permet de co-porter la formation avec un organisme de formation et peut-être un jour d’obtenir une certification ou un titre professionnel.

Concrètement, quel est le contenu de cette formation au pair-accompagnement ?
Désormais au catalogue de l’Institut Régional du Travail Social Normandie Caen, la formation est composée de 8 journées découpées en modules. Les deux objectifs pédagogiques de la formation sont pour les participants :

– d’apprendre à transmettre ses propres stratégies d’autonomie (exemples : en fauteuil, j’apprends à un pair comment se déplacer en transports en commun, se transférer d’un fauteuil à une voiture, se brosser les dents avec des difficultés de préhension… malentendant, je transmets des astuces pour assister à des réunions, déjeuner en groupe au restaurant, communiquer avec l’extérieur en se plaçant de manière à pouvoir voir les lèvres des personnes qui me parlent… malvoyant, j’explique mes repères pour me déplacer seul ou présente du matériel pour lire un mail et des documents informatiques…).

– d’apprendre à orienter vers la bonne ressource, le bon organisme ou dispositif, promouvoir l’accès aux droits ou accompagner la rédaction de demandes d’aides.

Les modules de formation traitent des différents types de handicap, abordent les restrictions et des solutions, des techniques d’entretien de conseil ; Et de manière plus générale, elle présente les missions de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées), du SAMETH (Service d’Appui au Maintien dans l’Emploi des Travailleurs Handicapés), des réseaux de santé, les qualités des sports et loisirs adaptés… Ce sont des personnes handicapées qui animent les sessions. Elles parlent de leur handicap et développent des connaissances sur leur handicap avant d’exposer leurs stratégies ou faire des démonstrations. Les professionnels des différentes structures citées, eux expliquent leurs rôles et missions.

Qui peut s’inscrire à cette formation ?
Cette formation au pair-accompagnement est ouverte aux personnes en situation de handicap prioritairement mais également aux aidants naturels ou professionnels qui sollicitent des connaissances sur le handicap et souhaitent améliorer leur communication avec les personnes en situation de handicap. Les stagiaires, qu’ils soient en situation de handicap et/ou aidants, peuvent venir de toute la France, il n’y a pas de restriction aux habitants de la Normandie.

Cette activité de pairémulation existe-t-elle dans d’autres départements ?
Oui, cette pratique de formation au pair-accompagnement existe déjà mais de manière informelle dans les associations. En revanche, je ne pense pas qu’une formation similaire soit proposée dans d’autres départements.

La difficulté reste de soutenir cette pratique et les échanges entre les personnes, faire en sorte que les personnes soient identifiées comme pair-accompagnant…

Néanmoins, la notion d’accompagnement par les pairs se déploie dans le champ du handicap. Au niveau national, l’axe 3 du dispositif « Une réponse accompagnée pour tous » est dédié à l’accompagnement par les pairs. Les ARS incitent également à valoriser l’expertise des personnes en situation de handicap lors de création de dispositifs d’accompagnement et d’amélioration de l’autonomie des personnes handicapées.

Quel regard portez-vous sur la pratique et la formation au pair-accompagnement aujourd’hui ?
Grâce aux évaluations et questionnaires de satisfaction, les gens nous expliquent qu’ils sont contents de pouvoir s’exprimer sur des problématiques qui les concernent, de rencontrer des pairs dans les formations, y compris avec d’autres types de handicap que le leur. C’est un cadre qu’ils trouvent enrichissant et stimulant. L’on peut constater qu’il y a une aisance et une facilité à communiquer avec un pair. La confiance s’installe spontanément car il existe un vécu commun. Quand on est passé par une épreuve, on est plus à même de comprendre l’autre, d’en parler, d’avoir les bons mots, de faire preuve d’empathie. Une meilleure approche dans le soutien de l’autre permet de faire gagner du temps dans ce parcours compliqué lorsque survient le handicap. Ceux qui ont fait le deuil de la vie sans handicap ont la distance nécessaire et les mots encourageants pour ceux qui ont du mal à accepter… L’entraide par les pairs permet de répondre à un besoin d’échanges spécifiques autour du handicap et redonnera aussi du pouvoir d’agir aux personnes grâce à une nouvelle posture et un rôle d’acteur.

Cette pratique me semble être un levier efficace pour améliorer l’autonomie des personnes en situation de handicap, l’accès à leurs droits et favoriser leur inclusion. Aujourd’hui nous souhaitons créer un réseau de pairémulateurs qui puisse offrir des terrains de pratique, une identité et de la supervision. Les dispositifs nationaux cités plus haut permettront aux associations de s’emparer de ce que nous avons construit et de le faire évoluer en fonction des besoins.

*Le terme Pairémulation® est déposé.

Mutualité française Normandie
La Mutualité Française est une fédération de mutuelles qui relèvent alors du code de la Mutualité et se soumettent aux obligations de celui-ci : une organisation démocratique avec un conseil d’administration ou un homme = une voix, des valeurs de solidarité, pas de rémunération d’actionnaires mais un esprit de mutualisation sans sélection du risque. Ces aspects différencient une mutuelle d’un assureur.

La Mutualité Française propose aux adhérents des mutuelles des actions de prévention et promotion de la santé sur les territoires sur des thématiques autour du vieillissement, de la perte d’autonomie, des maladies cardiovasculaires, du bon usage des écrans, de la vaccination…). En Normandie, ce sont aussi 200 établissements et services de soins et d’accompagnements mutualistes dans le domaine de l’optique, l’audition, le dentaire et la pharmacie mais aussi des services à la personne, la petite enfance, la personne âgée et le handicap. La Mutualité Française via ses établissements porte des innovations médico-sociales ou sociales comme la formation à la pair-aidance. La Mutualité Française, premier acteur régional de santé après l’assurance maladie, contribue à défendre et améliorer le système de santé et de protection sociale français. C’est également un acteur du développement et de la promotion de l’économie sociale et solidaire.

Photo : Céline Vauvarin, responsable formation et coordinatrice de l’activité Pairémulation ® Mutualité Française Normandie – Formation au pair-accompagnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site