Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Les Lauréats du Festival International du Film sur les Handicaps

cérémonie de remise des trophées du FIFH 2020

Les Lauréats du Festival International du Film sur les Handicaps qui s’est déroulé à Lyon du 7 au 12 février 2020. La soirée de remise des Trophées s’est déroulée à l’institut Lumière de Lyon, en présence de nombreuses personnalités du cinéma, de la télévision, des médias, de la vie politique locale et nationale et des associations.  

La cérémonie était animée par Marta Pardo-Badier (sur la photo) partenaire du festival avec l’Hôtel Mercure Château Perrache et Alexandre Philip acteur de la série Vestiaires sur France 2

Vidéos d’images prises lors de la cérémonie et au cours du festival :
https://vimeo.com/393716123/c368c57e4e
https://vimeo.com/393846828/f931da1a1b

PRIX PASCAL DUQUENNE
Chuskit  de Priya Ramasubban (Inde)
Le rêve de Chuskit d’aller à l’école s’arrête après un accident. Elle est confinée à vivre à l’intérieur en compagnie de son grand-père, Dorje. Chuskit continue à nourrir ses espoirs d’aller à l’école mais Dorje, très strict, essaie de lui faire comprendre que l’école ne peut pas gérer ses besoins. Chuskit va s’efforcer de faire  céder son grand-père sinon elle devra accepter la réalité qu’il a choisie pour elle.

PRIX DU MEILLEUR LONG METRAGE FICTION
Ex aequo :
Chuskit de Priya Ramasubban (Inde)
Le rêve de Chuskit d’aller à l’école s’arrête après un accident. Elle est confinée à vivre à l’intérieur en compagnie de son grand-père, Dorje. Chuskit continue à nourrir ses espoirs d’aller à l’école mais Dorje, très strict, essaie de lui faire comprendre que l’école ne peut pas gérer ses besoins. Chuskit va s’efforcer de faire  céder son grand-père sinon elle devra accepter la réalité qu’il a choisie pour elle.
Un projet fou de Jean-Marc Bourillon (France)
Un patient atteint de troubles psychiques à rêvé de faire un film. Il va tout faire pour convaincre ses « partenaires d’infortune » du centre thérapeutique qui l’accueille de l’aider à réaliser son projet. L’occasion idéale pour eux de mettre en avant les difficultés à vivre leur souffrance et la marginalisation au quotidien. Sans moyen, sans matériel, sans connaissance technique, ils vont tenter de tout mettre en œuvre pour vivre cette aventure. Ce sera surtout l’opportunité de construire un projet commun et tenter de surmonter chaque obstacle qui se dresse devant la réalisation de ce rêve.
Mention Spéciale : Amor de Raphaël Rebibo(France/Israël)
Après avoir erré en Europe, Daniel revient chez lui, une petite ville perdue quelque part en Israël. Il revient retrouver Lila, la femme de sa vie. Lila est clouée au lit depuis plus de trois ans…Il va faire l’inimaginable par amour pour elle. « Amor » est une histoire émouvante, sur un thème universel, d’une actualité́ brûlante, loin des bruits de guerre israélo-arabe, où l’amour est plus fort que la vie.

PRIX MEILLEUR LONG METRAGE DOCUMENTAIRE
Do you feel what I see de Bich Vuong Ngoc  (Vietnam)
Quel est le monde des aveugles? Que voient-ils réellement de toutes les choses et de la vie autour d’eux? Sans une paire d’yeux brillants, les aveugles ont toujours leur propre façon de vivre, de communiquer les uns avec les autres, d’être heureux. Nous entrons dans le monde des aveugles pour apprécier ce que nous avons réellement et comprendre la valeur des petites choses simples dans la vie.

PRIX MEILLEUR COURT METRAGE JEUNESSE
 
The Swimsuit Season d’Antonino Valvo (Italie)Ayman, un garçon en surpoids, est déterminé à faire face à ses insécurités en passant une journée dans une piscine publique. Mais la “preuve en maillot de bain” sera plein de petits obstacles qui vont mettre le garçon en difficulté.

Mention Spéciale: The piano teacher de Ryan Daniels (Sri Lanka)
Il y a environ 98 ans, Olga de Livera est née à Ceylan. Elle est tombée amoureuse de la musique et est devenue une pianiste renommée et professeur de piano. Ceylan est maintenant le Sri Lanka et bien qu’Olga aime toujours la musique, elle ne peut plus jouer comme elle a pu le faire autrefois.

PRIX MEILLEUR COURT METRAGE FICTION
My name is Petya de Daria Binevskaya (Russie)
L’héroïne et ses filles vont à l’hôpital. Près du service, derrière les murs de verre vit un enfant atteint du syndrome de Down. La nuit, il dessine sur la fenêtre de sa chambre. Elle fait sa connaissance, et ils créent sa plus belle “image”. Mais le matin, le garçon disparaît.

Mention Spéciale: Tragically Deaf de Maxx Corkindale  (Australie)
Paul passe une excellente journée. Il a une famille aimante, un bon travail et profite pleinement de la vie. C’est dommage que l’équipe du documentaire qui le suit  ne semble pas voir que…

PRIX MEILLEUR COURT METRAGE ANIMATION
Kring ! d’Ismail Hilmi (Malaisie)
KRING ! est l’histoire de Suraya, une enseignante passionnée dans une école primaire qui se trouve face à un élève qui a des difficultés comprendre ce qu’elle lui enseigne. Suivez-la dans son voyage à la découverte d’autres voies pour aider son élève à surmonter son problème malgré les difficultés qu’elle rencontre en chemin.

PRIX MEILLEUR COURT METRAGE DOCUMENTAIRE
Le pari d’Annette d’Aurélie Gurdal (France)
Depuis que ses filles ont quitté le foyer, Annette a choisi la  colocation intergénérationnelle. Un moyen de combler le vide dans son grand appartement mais aussi l’origine de belles histoires d’amitié intergénérationnelle. Cette année, elle habite avec Laura

PRIX MEILLEUR COURT METRAGE 3e ANGE
Trois Pages de Roger Gariépy  (Québec)
Martin, un quinquagénaire discret, apprend qu’il ne lui reste que quelques semaines à vivre. Il décide de garder son secret et de prendre sa revanche sur une blessure ancienne. Trois pages d’une partition de Bach lui permettront d’illuminer, du bout du tunnel, toute son existence.

PRIX MEILLEUR COURT METRAGE DE L’ACADEMIE DE LYON – SELECTION JEUNESSE
Plume de Marjolaine de Lécluse (France)
La joie apparente d’une réunion de famille ne parvient pas à masquer l’inquiétude d’une échéance prochaine. Dans une chambre de l’hôpital pédiatrique de Pontchaillou,  Plume 9 ans et Gwen 6 ans n’arrivent pas à s endormir. Plume, la grande sœur, est en attente d’une greffe de moelle osseuse prélevée sur celle de son petit frère. L‘émotion enfantine et les rires sont au rendez-vous.

PRIX MEILLEUR COURT METRAGE SELECTION FAIS-MOI DU CINEMA !
Popasticho de Thomas D’Amico & Gabriel Sanchez  / ACFA France / Montpellier
Frank un dessinateur de bandes dessinées sur internet souffre d’anxiété sociale. Son désir est d’être publié. Son quotidien va être bouleversé par l’intervention d’un hacker bienveillant. Il va donc l’aider à surmonter son handicap, et lui permettre d’avoir un entretient avec un éditeur.

PRIX MEILLEUR COURT METRAGE SELECTION JE VEUX TRAVAILLER !
Un parcours gagnant, gagnant,gagnant de Jean-Michel Ravot (France – Production Association Messidor)
Suivi du parcours « gagnant » de Sébastien, son entré à Messidor, son travail au sein des unités de production et son insertion en milieu ordinaire. Il est accompagné par une Conseillère d’Insertion, un Responsable d’Unité de Production et le directeur du restaurant Inter administratif de Lyon. Le restaurant a accueilli au fil des ans, plusieurs personnes en situation de handicap.

PRIX COUP DE CŒUR DE CAZA
La disgrâce de Didier Cros (France)
Ce film donne la parole aux faces détruites, aux identités déglinguées par le hasard ou la destinée. Figures malformées de naissance, visages ravagés par les accidents de la vie. Comment vivre sous le poids de la différence ? Par quoi doit-on passer pour accepter ce que l’on est et le faire admettre aux autres ? Qu’est ce que la singularité peut nous dire de notre humanité commune ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.