Partager, , Google Plus, Pinterest,

Imprimer

Posted in:

Emploi-Formation et handicap

Entrepreneuriat : une tendance sociétale à accompagner

Accompagner l' entrepreneuriat UPTIH

« Accompagner l’ entrepreneuriat pour limiter la prise de risques »!

Par notre partenaire L’UPTIH. L’ entrepreneuriat a le vent en poupe : de plus en plus de formations voient le jour et les réseaux d’accompagnement n’ont jamais été aussi nombreux. Quant aux médias et aux politiques, ils se sont plus qu’emparés du sujet. Cet engouement concerne 15 millions de Français[1]. Même si ce n’est pas la seule explication à ce succès, l’arrivée du régime de l’autoentrepreneur en 2009 a révolutionné l’entrepreneuriat en démocratisant son accès. Néanmoins, le rêve ne devient pas réalité pour tous. Il est recommandé de se faire accompagner pour limiter la prise de risques.  

Outre l’arrivée du régime de l’autoentrepreneur, on observe un changement sociétal majeur dans le rapport au travail. Ces mutations concernent aussi bien l’offre que la demande d’emploi. L’activité économique est plus volatile qu’auparavant : la durée de vie d’une entreprise était en moyenne de 75 ans à la fin des années 1980. Elle est de 15 ans aujourd’hui ![2] De plus, les TPE/PME, qui composent à plus de 99% le tissu économique français[3], ne sont pas friandes de CDIs, des contrats peu adaptés à leurs besoins et à leur recherche de flexibilité. Les formes de contrats et les façons de travailler ont changé considérablement. Occuper un CDI au sein d’une grande entreprise était le poste idéal. Aujourd’hui, c’est moins vrai : être son propre patron gagne du terrain, tout comme travailler au sein d’une PME ou d’une startup[4]. En parallèle, des modes de travail moins « classiques » comme le télétravail, le coworking, etc. se multiplient. Les attentes par rapport au travail évoluent : l’épanouissement, la liberté au travail, l’équilibre entre vies personnelle et professionnelle ont pris place sur le devant de la scène. Cette tendance à l’entrepreneuriat touche aussi les travailleurs handicapés. Pourquoi en serait-il autrement nous direz-vous ? En 2013, en France, 7% des actifs en situation de handicap (61 460 personnes)[5] travaillaient comme indépendants. Chaque année, ils seraient plus de 8 000 à se lancer (plus de 3 000 dans le cadre de l’action de l’Agefiph[6]).

Néanmoins, il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. La prise de risques associée à l’ entrepreneuriat et la création d’entreprise est avérée, et beaucoup d’entreprises créées ne passent pas le cap des 3 ans. Les chiffres sont révélateurs : un micro entrepreneur sur deux ne dégage pas de chiffre d’affaires, et 20% des entrepreneurs gagnent moins de 1 000€ par mois[7]. Malgré tout, on constate que le risque d’échec se réduit lorsque l’entrepreneur se fait accompagner et se pose les questions essentielles avant d’aller plus loin : Quels sont mes objectifs personnels à travers mon projet entrepreneurial ? Quels sont les objectifs que je souhaite atteindre pour mon entreprise à court, moyen, et long terme ? Mes clients sont-ils solvables ? Quel est mon chiffre d’affaires prévisionnel ? Mon projet est-il viable ? Quels sont mes besoins ? Qui peut m’aider et comment ? etc.

Les structures d’accompagnement de porteurs de projet et d’entrepreneurs sont nombreuses. Il faut se renseigner sur l’ entrepreneuriat, être curieux et en rencontrer plusieurs avant de faire son choix. Il faudra tenir compte de plusieurs critères : la zone géographique d’intervention, la nature et les spécificités de l’accompagnement proposé (secteur d’activité, public visé, etc.) Sans oublier de se fier à son intuition !

Pour les entrepreneurs en situation de handicap, il existe l’Union Professionnelle des Travailleurs Indépendants Handicapés (UPTIH). C’est une association qui a pour mission de rassembler, représenter et accompagner les Travailleurs Indépendants Handicapés (TIH) qu’ils soient professionnels libéraux, artisans, commerçants, entrepreneurs individuels, chefs d’entreprise, artistes-auteurs, etc. Des modules d’accompagnement individuels (coaching, tutorat, mentorat) sont proposés pour permettre un accompagnement sur mesure, dispensé par un ou plusieurs bénévole(s) de l’association (voir tableau ci-dessous).

En complément de ces modules, l’UPTIH organise des événements pour favoriser la mise en réseau de ses TIH, et met à leur disposition des ressources documentaires (fiches pratiques sur l’entrepreneuriat, informations sur les aides existantes, etc.).

L’association a également constitué en son sein un collectif d’une quinzaine de TIH, ayant une activité établie et souhaitant se développer en coopérant les uns avec les autres (échanges de bonnes pratiques, entraide, mutualisation de moyens et de ressources, etc.).

Pour en savoir plus sur l’accompagnement à l’entrepreneuriat : www.uptih.fr , www.tih-business.fr

Vous trouverez dans le prochain numéro le témoignage d’entrepreneurs du réseau UPTIH.

Photo : « Les conseillers de l’UPTIH informent sur l’ entrepreneuriat en situation de handicap »

[1] «Indice entrepreneurial français 2016 – première enquête », Agence France Entrepreneur

[2] Intervention de la Fondation Travailler Autrement, lors du salon du travail et de la mobilité professionnelle, Paris, 20 janvier 2017

[3] INSEE, Ésane, Lifi 2011

[4] « Les jeunes et le travail : salariés ou à son compte ? », Opinion Way, Janvier 2017

[5] « 2016 : Les chiffres clés de l’aide à l’autonomie », CNSA, Juin 2016

[6] Rapport d’activité, Agefiph, 2015.

[7] INSEE Première, « Revenus d’activité des non-salariés en 2013 », juin 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *