Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Emploi-Formation et handicap

Emploi des personnes sourdes et malentendantes : Bon à savoir

Ginette Cose et Seguni Redjimi, une formation aux services à la personne pour favoriser l' emploi des personnes sourdes et malentendantes.

Services à la personne : Une formation dédiée pour l’ emploi des personnes sourdes et malentendantes

Le 4 octobre dernier, tous les acteurs de l’emploi de la région Auvergne-Rhône-Alpes étaient réunis pour célébrer le lancement d’une formation innovante aux métiers de l’aide à la personne destinée plus particulièrement à améliorer l’insertion dans l’ emploi des personnes sourdes et malentendantes.

Répondre à un besoin en compétences bien identifié et donner une école de la seconde chance à des personnes qui n’ont pas pu faire d’études : Tels sont les objectifs de la toute nouvelle formation lancée le 1er octobre 2018 par AEFS (Access Exam formation), Accueil sourds (Accueil écoute formation sourds) et Ingeniors – organisme de formation spécialisé dans les métiers Sanitaire et Social.

Sous la forme d’un Contrat d’aide au retour à l’emploi (CARED), cette formation propose aux personnes sourdes et malentendantes de se former aux métiers des services à la personne en préparant le titre professionnel ADVF (Assistant de vie aux familles).

Une formation tout-terrain
« En temps normal c’est une formation qui se déroule sur 5 mois, explique Seguni Redjimi, fondateur de AEFS et co-dirigeant de la formation. Mais nous avons décidé de la rallonger à 8 mois pour tenir compte du handicap qui génère des durées de transmission du savoir un peu plus longues (intervention de l’interface ou de l’interprète qui augmente la durée des cours), mais aussi pour permettre l’acquisition de compétences complémentaires pour ces personnes qui parfois ne sont pas allées plus loin que le CM2 ou la 6e – remise à niveau en français, en mathématiques, en informatique. Nous avons fait le choix avec la Région de doter chaque stagiaire d’un passeport pro qui comprendra la certification Voltaire pour valider leur niveau de français, et le PCIE – certificat de compétences informatiques européen. Un cv vidéo en situation de travail sera par ailleurs intégré au passeport pro pour démontrer les compétences réelles des candidats aux employeurs ».

Au-delà de l’acquisition des différents savoirs et compétences, cette formation a également vocation à compenser les difficultés induites par le handicap : « Le but est aussi d’apporter aux stagiaires des solutions pour leur permettre d’exercer leur métier dans des conditions normales et d’augmenter leur employabilité, ajoute Seguni Redjimi. C’est pourquoi nous les familiarisons à une interface qui permet – via un smartphone, une tablette ou un ordinateur – une communication audio et vidéo en interaction entre plusieurs personnes. Dès lors que l’on gomme cette problématique de communication et d’interdépendance d’un monde à l’autre, le handicap disparaît. Par exemple, s’il y a un problème avec une personne aidée, la surdité ne sera pas un obstacle car la professionnelle lancera un appel vidéo qui permettra à son employeur de voir directement ce qu’il se passe ».

Une réponse aux besoins du marché
Élaborée en partenariat avec la branche professionnelle des services à la personne, mais aussi la région Auvergne-Rhône-Alpes, l’Agefiph, Pôle emploi, Cap emploi, les Missions locales, cette formation a pour but de soutenir l’ emploi des personnes sourdes et malentendantes… Mais elle n’a pas seulement un but inclusif, bien au contraire! Elle correspond à un besoin bien identifié qui devrait perdurer durant les prochaines années. « C’est d’abord et avant tout une réponse à un besoin formulé par des entreprises, précise ainsi Daniel Diaz, délégué régional Agefiph Auvergne-Rhône-Alpes. L’objectif est que l’on puisse proposer aux employeurs des personnes formées et compétentes. Par cette action, nous faisons en sorte que l’accès à la formation soit possible, avec un parcours sécurisé et un travail à la clef pour les stagiaires diplômés ».
En effet, le secteur des services à la personne est aujourd’hui en plein essor et chacun des stagiaires diplômés pourra prétendre à un poste qualifié, comme l’explique Seguni Redjimi : « Ce titre permet d’exercer de nombreuses professions, aussi bien dans les sociétés et associations de services à la personne que dans des écoles, maisons de retraite, EHPAD…  En outre, le besoin de personnes sourdes compétentes pour aider des personnes en situation de surdité, dépendantes ou âgées, est très fort. Leur offrir la possibilité d’avoir des aidants professionnels qui dialoguent en gestes avec elles est une vraie demande. D’autant plus que les personnes issues de cette formation seront à même d’aider aussi bien des personnes sourdes que des personnes entendantes ».

Parrainée par Handicap international et le Projet Voltaire, la première promotion de cette nouvelle formation compte 12 stagiaires, 12 femmes de tous âges triées sur le volet pour leur motivation. Les premiers diplômes seront délivrés le 31 mai 2019.

Sur la photo principale : Ginette Coste, fondatrice d’Accueil sourds, et Seguni Redjimi, fondateur d’AEFS, co-dirigeant de la formation. Objectif : Favoriser l’accès à l’ emploi des personnes sourdes et malentendantes.

Emploi des personnes sourdes et malentendantes : Les 12 stagiaires de la promotion 2018-2019.
Emploi des personnes sourdes et malentendantes : Les 12 stagiaires de la promotion 2018-2019.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site