Handicap , accédez à une information complète et actualisée en temps réel sur Handirect Magazine

AccueilTémoignages et portraitsDanielle Naejus : De masseur kinésithérapeute à comédienne

Danielle Naejus : De masseur kinésithérapeute à comédienne

Découvrez le portrait de Danielle Naejus, devenue comédienne après avoir également pratiqué le métier de masseur kinésithérapeute.

Ecouter article

Danielle Naejus : « Toutes les femmes sont des reines, même les femmes handicapées »

Par Caroline Lhomme. Cette phrase de Danielle Naejus lui va comme un gant. Elle a été imaginée lors d’une de ses réflexions sur le concept de la beauté. Danielle est aveugle depuis l’âge de 18 ans. Elle est comédienne et garde en toutes circonstances un incroyable tonus. D’une taille assez menue, elle dégage une belle énergie qui transparaît dans son léger accent chantant.

Aveugle pour passer son bac

Originaire de l’Aveyron, Danielle Naejus a perdu la vue à 18 ans, à la suite d’un problème au nerf optique, au moment de passer le bac. Elle l’a décroché quand même, et avec mention, s’il vous plaît, en collant ses yeux à la feuille.

Après la perte de sa vue, elle passe quatre mois avec des souffrances très importantes qui l’empêchent de dormir. « Malgré cela, j’ai continué tous les jours à aller au lycée. J’étais présente en classe, uniquement à l’écoute ».

Un quotidien compliqué

Elle est venue à Paris pour faire une formation de masseur kinésithérapeute, une des seules accessibles aux malvoyants. « On n’a pas voulu de moi en province du fait que je ne lisais pas le braille et qu’il n’y avait pas de place dans les écoles ». L’autre profession possible, à l’époque, était celle de chaisier-brossier. Elle se dit qu’avec le retour du vintage elle aurait peut-être fait fortune ?

Mais elle a aimé son métier de kiné. « Le métier de soignante dans la rééducation m’a aussi permis de rééduquer ma propre appréhension de l’espace qui m’entoure ». Et, en prime, les difficultés physiques des patients de rééducation l’ont aidée à relativiser par rapport à sa perte sensorielle.

Danielle Naejus vit aujourd’hui avec une toute petite partie de l’AAH (Allocation aux Adultes Handicapés), car elle tombe sous la conjugalisation des revenus, et la retraite de son mari dépasse le plafond mis en place par sa CAF.

Pour se faciliter la vie au quotidien, elle s’est lancée à fond dans les nouvelles technologies : pour elle, « on n’a plus le choix de s’en passer dans ce monde hyper connecté où tout va très vite ». Avec l’association Valentin Haüy, elle donne, depuis dix ans, des cours bénévoles d’initiation à l’utilisation des téléphones tactiles sonorisés pour les déficients visuels. L’association l’a par la suite mandatée pour être commissaire à la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) du 92. Ce poste l’a amenée à réaliser l’énorme complexité de vivre le handicap au quotidien en France.

Mariée, deux enfants

Le premier jour de sa formation de masseur kinésithérapeute, elle a rencontré celui qui allait devenir son conjoint. « Ce fut le coup de foudre et il devint mon mari quelques années plus tard », raconte-t-elle. Le jeune couple découvre Paris, « ses hauts lieux de culture et ses fêtes estudiantines ».

À la naissance de ses enfants, son handicap s’aggrave.

Danielle Naejus fait alors le choix d’abandonner son activité professionnelle pour se consacrer à eux. Un choix qu’elle ne regrette pas : « J’ai pris conscience que c’était un grand luxe de pouvoir élever ses enfants avec beaucoup de joie et de bonheur ». À leur entrée en primaire, Danielle se rapproche d’une association d’informatique qui la forme aux logiciels adaptés aux malvoyants.

Danielle Naejus, comédienne par passion

Danielle a toujours aimé se glisser dans la peau d’autres personnages. En 2020, entre deux confinements, elle a joué le rôle d’Hélène, une technicienne de surface (elle pouffe en employant l’expression) exploitée par une cynique working girl dans la websérie « La tribu s’emmêle » (https://www.facebook.com/watch/?v=1103803706756212). Cette série, réalisée par Sonia Derory, veut montrer au grand public la diversité des difficultés des personnes handicapées. Danielle et Sonia sont devenues amies à la suite de ce tournage, et « elle m’a même confié avoir un projet pour le festival Nikon où Hélène reprendra du service, et l’exploitation continue ! ». Pour Sonia, « Danielle voit chez les autres ce qu’ils ne voient pas eux-mêmes. Elle est d’une sensibilité, d’une perspicacité qui fait qu’elle sait percevoir l’autre juste à travers sa voix. Danielle a une certaine finesse dans l’analyse des événements et des émotions et vous renvoie vos propres forces et faiblesses pour avancer dans la vie. Elle fait partie de ces rencontres qui vous font dire que le hasard fait bien les choses ».

Elle est souvent sollicitée pour faire des sensibilisations au handicap visuel auprès des entreprises et des scolaires. « J’apprécie tout particulièrement le contact avec les enfants qui sont pleins de malice, de bienveillance et curieux des autres ».

Aujourd’hui, Danielle Naejus a trouvé son équilibre. Elle regrette son Aveyron natal et il lui suffit de regarder la terre avec ses oreilles et ses mains pour se sentir chez elle, même à Nanterre.

Petit à petit, elle se tourne vers la peinture et l’écriture, dans lesquelles elle a envie de se réaliser désormais.

Caroline Lhomme

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

X