Handicap , accédez à une information complète et actualisée en temps réel sur Handirect Magazine

Accueil Culture et handicap Culture et handicap par temps de Covid : Nouvel édito de Pascal...

Culture et handicap par temps de Covid : Nouvel édito de Pascal Parsat

Ecouter article


La culture n’a pas le moral !

Culture et handicap, par Pascal Parsat. *Le ministre de la santé déclarait le 19 novembre dernier : “Pour beaucoup d’entre nous, le confinement de la première vague a constitué un choc, ravivé par le nouveau confinement”“La santé mentale des Français s’est significativement dégradée entre fin septembre et début novembre”.

“Une augmentation conséquente des syndromes dépressifs” a été observée au cours de cette période, “pour tous les profils socio-démographiques”. Toutefois, cette augmentation est “plus marquée” au sein de certaines populations, a-t-il précisé. C’est le cas “des personnes déclarant une situation financière difficile”, des jeunes âgés de 18 à 24 ans, et des personnes “qui déclarent déjà des antécédents sur le plan psychologique”, a détaillé Olivier Véran.

“Par ailleurs, on observe depuis fin août, une augmentation continue et globalement significative des états anxieux ainsi qu’une diminution de l’indicateur qu’on appelle satisfaction de vie”, 
a ajouté le ministre de la Santé.

“Cette épidémie est stressante, anxiogène et peut générer une souffrance psychologique pour nombre d’entre nous”
, avait quant à lui expliqué le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, mardi. Plusieurs psychiatres et psychologues ont alerté sur les effets de cette situation sur la santé mentale. “Ça touche absolument tout le monde, parce que c’est un traumatisme qui nous a tous pris de plein fouet”a analysé le psychiatre Serge Hefez, sur Franceinfo.

* sources France TV info.

Les effets secondaires de la Covid 19 ne sont pas tous identifiés, bien que d’ores et déjà il est clair qu’il y aura un avant et un après pandémie.

  • Comment dans une société de plus en plus sensible aux événements,
  • Comment dans ce monde qui génère du stress (économie, emploi, famille, santé…) plus qu’il n’est nécessaire,
  • Comment dans une société où les plus démunis, fragiles, différents ont du mal à trouver leur place, à la garder,
  • Comment, le sujet de la santé mentale peut-il être absent de nos réflexions, si ce n’est de nos priorités?
  • Comment sans culture aller bien?
  • Comment quand une culture va mal, avoir bon moral?

    Vaste sujet que celui de la santé mentale.

Parle-t-on de handicap ou d’un sujet commun, partagé par nombre de nos contemporains?
Ne dit-on pas que les maladies psychiques concernent 12 millions de Français???
En 2012, Céline Aimetti pour le Club House www.clubhousefrance.org déclarait : « C’est le mal du XXIème siècle. Cinq des dix pathologies les plus préoccupantes sont d’ordre mental : la bipolarité, la schizophrénie, la dépression, l’addiction et les TOC (Troubles obsessionnels compulsifs). Selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé), un quart de la population en serait atteinte ! On parle sans cesse de la maladie d’Alzheimer mais on estime au double le nombre de personnes avec un trouble mental sévère ».

Un sujet donc de dimension nationale, qui n’est pas, plus, à la seule marge de nos sphères sociales, professionnelles, privées, mais bien dans l’esprit de beaucoup d’entre nous.

Pour autant, si l’on veut s’attacher à la santé mentale des personnes handicapées en ces temps de pandémie, il est de toute évidence un endroit que l’on ne traite pas : l’absence de culture.

Objet de plaisir, d’acquisition de savoirs, de rencontres, d’échanges mais aussi de valorisation de soi, dans les yeux des autres, dans le propre regard que l’on porte sur soi;
La culture est aujourd’hui “empêchée” comme l’on dit si souvent des publics avec un handicap.

Ainsi, qui s’interroge sur :

  • les vacances culturelles organisées par de nombreuses associations et qui cette année ont été impossibles?
  • les pratiques artistiques dans les Institutions et autres lieux de vie, de pratique des personnes avec un handicap?
  • les nombreuses rediffusions faute de programmes nouveaux sur les chaînes de télévision?
  • les sorties culturelles repoussées et quoi qu’il en soit impossibles?

    Entretenir le lien avec la vie des autres par la culture

Ce lien avec la vie des autres, dans un même lieu, avec une même envie n’est plus entretenu.
Comment le sera-t-il demain, n’ignorant pas que les moyens faisaient déjà souvent défaut, et seront difficilement mobilisables demain sacrifiés potentiellement à d’autres dépenses plus urgentes?
?
Alors que notre pays s’empare de la réalité des étudiants fortement impactés par la situation, enfermés de fait pour poursuivre leurs études à distance, privés de petits boulots pour subsister, de relations sociales pour alléger le quotidien?
Qui parle de la réalité des étudiants avec un handicap? Dans les formations aux métiers techniques, artistiques, comme ailleurs, travailler est devenu une gageure ! Tout se fait à distance… Manier une perche, un projecteur, fabriquer un décor, donner la réplique, porter sa partenaire dans un ballet… etc. Difficile en visio-conférence…

Enfin, comment ne pas aborder combien les professionnels de la culture, sont des plus fragilisés en ces temps inconnus, incertains?
Métiers précaires par essence, en ces temps sans activité culturelle qui durent, le sentiment d’inquiétude est palpable.

La Mission Handicap du spectacle vivant et enregistré

Audiens, le constate chaque jour, via son Service des professionnels en activité qui propose un accompagnement solidaire et social est sur le pont. (En terme technique “le pont” est au-dessus du plateau, où s’entrelacent les câbles, s’accrochent les projecteurs, haut-parleurs…).
Après les aides développées lors du 1er confinement, Audiens, avec le Ministère de la Culture, en propose de nouvelles.
Et depuis septembre, porte en partenariat avec l’AGEFIPH, la Mission Handicap du spectacle vivant et enregistré : www.missionh-spectacle.fr
Une mission qui poursuit le travail mis en place de 2017 à 2020 avec la précédente (Mission handicap de la branche “production audiovisuelle”) au bénéfice de plusieurs secteurs cette fois : Audiovisuel, cinéma, spectacle vivant, prestataires techniques, radio, édition musicale et phonographique,

Si bien des avancées se font jour dans les métiers de la culture, en terme d’emploi et de primo arrivants dans ces secteurs, pour les professionnels avec ou non un handicap, la situation, sans dramatiser inutilement, doit mobiliser notre attention et vigilance.

Car, si celles et ceux qui ont fait de la culture leur métier entre confinement et déconfinement, entre reprise annoncée et fermeture programmée, peuvent difficilement se projeter dans l’à venir;
Comment dès lors, ne pas craindre que nombre d’entre eux perdent pied? Plus encore quant au quotidien en temps “normal” leur santé mentale est malmenée?
Comment tout autant ne pas craindre que nos contemporains qu’ils soient ou non handicapés, privés de culture puissent retrouver l’épanouissement et le bien être qu’elle apporte ?

Quand on sait qu’une société sans culture conduit rarement ses contemporains vers un avenir éclairé,
Que craindre d’un temps qui n’en finit pas, qui prive chacun de se cultiver? Comme disait Voltaire : de cultiver son jardin dans son célèbre ouvrage “Candide”.
Là, dans ce conte philosophique, l’auteur se proposait de démontrer que les philosophes optimistes ont tort de prétendre que « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ». Oui, trois fois oui, il faut cultiver son jardin car en ce moment, avec ou sans handicap, se cultiver ensemble devient un rêve en suspension plus qu’une possibilité à la portée de tous !
Sinon, n’est-il pas à craindre que notre santé mentale à toutes et tous s’altère faute de rêves, de beauté, et de réflexions?

Un esprit qui ne s’offre pas de liberté, de récréation, de joies et plaisirs, peut-il aller bien docteur?
Cela vaut pour toutes et tous, sans distinction !

DES EXPERTS À VOTRE SERVICE
Par téléphone ou email
01 73 17 36 65
mission.h@audiens.org
Sur rendez-vous, du lundi au vendredi
Au siège d’Audiens : 74 rue Jean Bleuzen, 92170 Vanves
À l’agence Paris Centre, 5 rue de Palestro, 75002 Paris
LES SECTEURS ACCOMPAGNÉS
Audiovisuel, cinéma, spectacle vivant, prestataires
techniques, radio, édition musicale et phonographique.

RETROUVEZ TOUTES LES RESSOURCES SUR LE SITE DE LA MISSION
www.missionh-spectacle.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles

X