Handicap , accédez à une information complète et actualisée en temps réel sur Handirect Magazine

AccueilLe handicap en Grande-BretagneCovid et handicap au Royaume-Uni : Le bilan du gouvernement contesté

Covid et handicap au Royaume-Uni : Le bilan du gouvernement contesté

Ecouter article


Royaume-Uni : Les organisations pour personnes handicapées contestent le bilan du gouvernement en matière de Covid et handicap

Par Jean-Christophe Verro. Jusqu’à présent, les deux tiers de tous les décès constatés lors de la crise du Covid-19 concernent des personnes handicapées. Les personnes handicapées ont rencontré des difficultés pour accéder aux soins de santé et aux services sociaux, des problèmes d’achat de nourriture, l’exclusion numérique et la détérioration de la santé mentale.

La pandémie de coronavirus a eu un impact disproportionné sur les 14 millions de personnes au Royaume-Uni qui vivent avec un handicap ou des problèmes de santé à long terme.

Au début de la crise, en mars, la vie quotidienne a changé, les réseaux de soutien ont disparu, l’accès aux magasins d’alimentation est devenu difficile et la terreur de la possibilité d’attraper le Covid-19 était réelle pour de nombreuses personnes. Cependant, pour les personnes handicapées, tous ces problèmes se sont aggravés et la crise a affecté tous les aspects de notre vie quotidienne.

Il est immédiatement devenu clair que la protection sociale, qui aurait dû être une priorité dans la réponse du gouvernement, avait été oubliée. Cela a laissé certaines personnes handicapées sans les soins dont elles ont besoin, et beaucoup craignent pour l’avenir de leur offre de soins.

De nombreuses personnes handicapées n’ont plus été en mesure d’accéder aux boutiques en ligne qu’elles utilisaient avant la pandémie, et d’y réserver un créneau de livraison. Pour ceux qui ne figuraient pas sur la liste de protection comme extrêmement sensibles au coronavirus, les magasins sont devenus difficiles d’accès pour eux avec de longues files d’attente, des toilettes fermées, la politique ‘un client par ménage’, les aidants n’étant pas reconnus comme des travailleurs clés et ainsi que des difficultés à respecter les règles de distanciation sociale.

Des personnes en situation de handicap oubliées

De nombreuses personnes handicapées n’ont pas pu participer au programme de « shielding » (protection) du NHS, ou ont été oubliées, les laissant sans recours à un soutien supplémentaire. Pour ceux qui participaient au programme de protection, le besoin de s’appuyer sur des colis alimentaires ou sur la bonne volonté des bénévoles pour manger a créé une situation très stressante.

Le signalement de décès de personnes « souffrant de maladies préexistantes » a alimenté la crainte de nombreuses personnes handicapées de ne pas être vues, sans importance et oubliées. En effet, en juin 2020, les personnes handicapées représentaient les deux tiers de tous les décès au Royaume-Uni dus au Covid-19.

De plus des personnes handicapées, et leurs familles, ont reçu des courriers de leur médecin généraliste leur suggérant d’accepter de mettre leur nom sur le plan de non-réanimation en cas de malaise du au Covid-19. Cela a naturellement suscité une énorme inquiétude quant à ce qui arriverait aux personnes souffrant de « maladies préexistantes » qui avaient besoin de soins intensifs. Des assurances ont finalement été données, mais à ce moment-là, la confiance des personnes handicapées dans le traitement qu’elles devraient recevoir a été compromise.

Le briefing quotidien du gouvernement sur le coronavirus a constamment échoué à fournir un interprète en direct dans la langue des signes, renforçant le sentiment que le gouvernement avait oublié les personnes handicapées à un moment où elles étaient affectées de manière disproportionnée.

L’utilisation par le gouvernement de l’expression « personnes vulnérables » a donné à de nombreuses personnes handicapées le sentiment d’être considérées comme des victimes de la crise, incapables de parler pour elles-mêmes ou de participer au débat public.

Bien que de nombreuses personnes handicapées aient accès aux informations via un appareil numérique, beaucoup n’en ont pas ou ont besoin d’aide pour en utiliser un. En l’absence de leurs aides habituelles, de nombreuses personnes handicapées sont devenues davantage exclues à un moment où les informations et les conseils évoluaient rapidement et une grande partie n’était accessible qu’en ligne.

Solitude et réticence à quitter le domicile

Vivant avec tous les problèmes ci-dessus, de nombreuses personnes handicapées se sont senties seules et ont signalé une détérioration de leur santé mentale.

Récemment, alors que le confinement commençait à se relâcher, les choses ne se sont pas malheureusement améliorées. Une occasion de s’assurer que les personnes handicapées se sentaient écoutées a été perdue.

Des annonces et des orientations gouvernementales peu claires et inutilement complexes ont provoqué une anxiété considérable chez les personnes handicapées et nombre d’entre elles restent réticentes à quitter leur domicile.

L’utilisation interchangeable de termes pour décrire les personnes à risque de coronavirus signifiait que de nombreuses personnes n’étaient pas sûres des conseils qui leur étaient appliqués.

Plus récemment, les annonces sur l’obligation “ obligatoire ” de porter un masque facial dans les transports en commun puis dans les magasins n’ont pas suffisamment mis en évidence les exemptions autorisées pour les personnes dans l’incapacité de le faire, exposant ces personnes au risque d’interrogations et d’abus, et devenant plus isolé.

Pour les personnes sourdes ou malentendantes, l’exigence de couvrir le visage signifie qu’il leur sera désormais impossible de lire sur les lèvres là où la langue des signes n’est pas utilisée.

En ce qui concerne l’avenir, de nombreuses personnes handicapées craignent désormais de quitter leur domicile et elles craignent d’être moins employables dans une période économique difficile, en raison de leur statut de « vulnérables » ou de « protégées ».

Jusqu’à présent, le plan de relance n’a malheureusement pas réussi à reconnaître les besoins et les difficultés persistantes des personnes handicapées.

Derniers articles

X