Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Sports, loisirs et handicap

Cécifoot : la Coupe de France se profile

 

En vue de préparer la Coupe de France de cécifoot qui se déroulera le 27 mars prochain à Saint-Étienne, deux clubs rhodaniens s’affrontent lors d’un match test ce samedi à 9 h 30, sur les terrains de la Pleine des Jeux de Gerland.

 

 

Les joueurs san-priots, arrivés troisième du Championnat et de la Coupe de France  la saison dernière, rencontrent en effet leurs homologues de la toute jeune équipe Handisport Lyonnais, et ne veulent en aucun cas rater le rendez-vous considérés comme le plus important par les supporters des deux camps.

 

Menés par le capitaine Bouchaïb El Boukhari, joueur régulièrement sélectionné en équipe de France, marseillais pure souche, pour qui les derbies restent les confrontations sportives préférées, les joueurs san-priots doivent laver l’affront du seul match perdu contre le voisin lyonnais lors de la phase aller en décembre dernier.

 

Depuis quatre ans, le club de cécifoot SAINT- PRIEST offre à de nombreuses personnes aveugles de la région lyonnaise, l’opportunité de pratiquer du football à l’instar des personnes valides.

Il compte aujourd’hui 10 membres qui représentent avec un esprit de compétition et une attitude fair-play, les couleurs de notre ville et nos sponsors en participant au championnat, à la Coupe de France de Cécifoot ainsi qu’à plusieurs événements pour lesquels l’équipe est sollicitée.

Ce projet est né de la rencontre, en juillet 2004, de deux personnes handicapées :

Mustapha EL-BOUKHARI, ancien présélectionné en équipe de France, ex joueur à Marseille; et Nordine BOUAYAD, tous deux aveugles.

En quelques semaines, ils s’entouraient de joueurs motivés, et commençaient un entraînement régulier sur le complexe municipal de Saint-Priest. Mais il fallait se rendre à l’évidence, ce sport était méconnu de tous. Le cécifoot suscitait pourtant

la curiosité. « Des aveugles ? Jouer au football, comment était-ce possible ? ».

La création d’un club est arrivée dans la foulée. Deux alternatives se présentaient, ou bien, dépendre d’un club handisport déjà en place, au risque de noyer l’activité parmi tant d’autres et ainsi la condamner, ou bien, créer leur propre club de foot et donner à ce sport toute la visibilité qu’il mérite. C’est cette dernière solution qui fut retenue.

Cécifoot Saint-Priest est un exemple d’insertion et d’intégration des déficients visuels en ce sens que le bureau est majoritairement composé de personnes aveugles, dont le principal souci est l’autonomie. Ils gèrent et dirigent l’association, s’occupent de la logistique, s’impliquent dans la communication et dans tous les autres aspects de la vie du club.

Depuis ses balbutiements il y a quatre ans, le club a fait des émules dans la région.

En effet, une partie des premiers licenciés de Cécifoot Saint-Priest a monté sa section avec handisport Lyonnais en 2006 et une autre a vu le jour à Villeurbanne cette année, preuve d’un certain dynamisme rhodanien en matière de football.

 

LE CECIFOOT ?

C’est une discipline handisport qui permet aux non-voyants et malvoyants de pratiquer le football dans les conditions adaptées à leur handicap. Il existe deux catégories : B1 pour les nonvoyants et B2 / B3 pour les malvoyants.

En 2008, on compte 14 équipes inscrites au championnat de France : 6 en catégorie B1 dont la nôtre, et 8 en B2 B3. Dans un souci d’équité, les joueurs B1 évoluent avec des masques sur les yeux, et le ballon contient des grelots afin de le situer lorsqu’il est en mouvement. Les matchs se déroulent sur 2 mi-temps de 25 minutes, généralement sur des terrains en extérieur d’une dimension de 20 / 40 mètres (dimensions d’un terrain de handball, bordé de barrières latérales de 1m30 de haut pour éviter au ballon de sortir en touche). Les buts sont les mêmes que ceux utilisés au handball. Dans l’ensemble nous suivons les mêmes règles que le football classique, même si nous avons quelques petites adaptations. L’arbitre ne siffle pas les hors-jeu. Les cartons jaunes se comptabilisent un peu comme au basket, avec des fautes individuelles et collectives. Au bout de trois fautes, les coups francs s’effectuent à 9 mètres et sans murs. Dès son cinquième carton, le joueur est exclu. Son remplaçant ne peut alors rentrer en jeu qu’après deux minutes d’infériorité numérique. Une équipe se compose de quatre joueurs de champ (aveugles), un gardien de but, un entraîneur, un guide placé derrière les cages adverses. Ces trois dernières personnes sont valides et dirigent verbalement les joueurs. Le premier se charge de la défense, le deuxième du milieu de terrain et de l’attaque, le troisième de la finition.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site