Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Santé, bien-être et handicap

Bien-être au travail : Les clés pour ne retenir que le positif !

Bien-être au travail les conseils pour positiver

S’épanouir au travail : Les conseils de notre partenaire Signes et sens pour améliorer votre bien-être au travail

Par notre partenaire Signes et sens. Pour que le travail ne devienne pas un fardeau, il est nécessaire que la notion de plaisir y ait sa place. Juste assez d’espace pour que la créativité et l’humour soient toujours au rendez-vous, tout comme le bien-être au travail même dans les tâches les plus anodines.

Dans un premier temps, les réflexes positifs doivent accompagner le quotidien social. Ne serait-ce que prendre conscience des nombreux avantages générés par sa profession, quelle qu’elle soit, plutôt que de s’appesantir sur ses inconvénients. Tous les coachs en entreprise sont d’accord là-dessus.

Un juste état des lieux du bien-être au travail
Travailler relève tout d’abord d’une nécessité dans la mesure où notre profession nous garantit gîte et couvert. Vu de façon basique et sous cet angle, le travail est un moyen d’autonomie non négligeable. S’assumer sans s’étayer sur qui que ce soit procure un sentiment de liberté. D’autre part, le code du travail n’autorisant plus les abus d’antan, il n’est donc pas question de se soumettre passivement à une hiérarchie injuste, ni de penser au contraire, systématiquement, que le boss est un persécuteur. Une juste vision des choses consiste à faire en sorte que l’enthousiasme reste en bonne place.

Bien-être au travail : Les clés
Le stress au travail a un effet bénéfique lorsqu’il stimule d’une manière saine l’activité. Cependant, il existe aussi un mauvais stress, engendré par un dépassement irraisonné et irraisonnable des limites. Voici donc quelques conseils utiles :

– Gérer son temps et lister : une bonne organisation est toujours un gain de temps et diminue le stress. En pratique, les coachs préconisent la méthode des listes. Ce qui permet de relativiser et de mettre de la distance par rapport à la valeur que l’on accorde à une situation stressante. Toutes les tâches à effectuer sont donc listées et classées par ordre de priorité. Le simple fait de les barrer, une fois accomplies, procure un sentiment de satisfaction.

– Des objectifs réalisables : travailler sérieusement n’est toutefois pas synonyme de séduction. Beaucoup de situations de stress au travail sont générées par des non-dits. Lorsque les plannings sont surchargés, rien n’empêche par exemple de les négocier avec son supérieur : mieux vaut dire non de façon constructive plutôt qu’accepter l’infaisable et être candidat au surmenage.

– Savoir déléguer : nul n’est irremplaçable. Il existe certainement, au sein de l’entreprise, quelqu’un de confiance à qui vous pouvez donner l’opportunité d’exprimer ses talents, tout en vous déchargeant d’une partie de vos activités. Ainsi réduirez-vous votre stress.

L’humanisation : une valeur sûre
La Bible commente dans l’Ecclésiaste : Rien de bon pour l’homme, sinon de manger et de boire, et de goûter le bonheur de son travail. De son côté, Khalil Gibran va jusqu’à affirmer dans « Le prophète » que le travail est une manifestation de l’amour. Ainsi, loin d’être de l’ordre d’une quelconque malédiction, le travail permet au contraire de satisfaire nos besoins légitimes tout en ayant le sentiment d’être utile à la communauté des Hommes. Mais au-delà d’un processus de socialisation, c’est la notion d’humanisation qui fait qu’aucune journée n’est semblable à une autre. Bien vivre son travail relève de cette capacité d’ouverture qui protège d’une simple activité routinière. Marianne, employée de maison à mi-temps depuis 14 ans, témoigne : Faire le ménage peut paraître subalterne aux yeux de certains mais je sais que j’apporte plus qu’une simple prestation. Si mes employeurs apprécient la qualité de mon travail, ils sont également sensibles à ma joie de vivre et au fait qu’ils peuvent compter sur moi. Il y a longtemps que j’ai compris que le bonheur dépend plus de la manière d’aborder son travail que du poste occupé…

Laure Tisot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site