Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Aidants et handicap

Aidants salariés ou en activité professionnelle, un casse-tête

Aidants salariés ou aidants en activité professionnelle, comment s'y retrouver ?

Aidants, aidants en activité professionnelle ou aidants salariés : comment s’y retrouver ?

Par Catherine Sanchès. À quel moment devient-on « aidant » ? Comment cette nomination peut-elle représenter un parcours de vie ancré d’abord dans des échanges naturels ? Qui sont les aidants salariés ?

Une épreuve avant d’être une étape
Dernièrement, j’ai eu l’occasion d’accompagner un homme âgé de 75 ans qui a accepté de témoigner de son engagement auprès de son épouse touchée par une maladie neuro-dégénérative. Il s’agissait de répondre aux questions d’une journaliste pour un dossier lié à la journée nationale des aidants (*1). Les échanges, nourris d’émotions, ont permis une relecture de plusieurs années : « Je suis d’une génération où on ne demandait pas d’aide… Il est arrivé un moment où j’ai été obligé d’appeler au secours. Je n’y arrivais plus. Mais, j’ai su que j’étais aidant quand je l’ai aidée à vivre. » C’est souvent quand le rôle adopté jusque-là, celui de conjoint par exemple, passe en arrière-plan que ce fameux statut d’aidant trouve sa raison d’être. Sans être une consolation, lors d’échanges avec des professionnels, ce terme a permis d’évoquer un droit au répit. Et pour ce monsieur, ce fût la possibilité d’être mieux pris en considération dans ses difficultés.

Aider, travailler et prendre congé
Plus de quatre millions de personnes aideraient régulièrement et de manière non professionnelle un proche dépendant, tout en travaillant en parallèle. Deux missions qui nécessitent une organisation sans faille. Lors d’un groupe de parole, une participante confiait à ce propos : « L’autre peut être parfois tyrannique dans ses demandes, mais on est tout aussi tyrannique envers nous-même. On s’habitue à s’oublier. » Un autre ajoutait : « C’est une lourde responsabilité de devoir tout gérer, mais on ne connaît pas les limites d’avance ». Même si quelques aménagements existent pour éviter une rupture, le rythme de vie adopté laisse parfois peu d’espace à une réflexion qui parle de prévention. Le congé du proche aidant est une des mesures promulguées dans le cadre de la loi ASV (*2). Cependant, gros défaut, il n’est pas rémunéré.

Aidants salariés : Être payé pour aider ?
Devenir aidant salarié de son proche permet de valoriser financièrement l’aide apportée mais aussi de cotiser pour la retraite et de bénéficier d’une protection sociale. Toutefois, il peut y avoir des effets « psychologiques » à ne pas négliger. Passer d’un lien filial, par exemple, à un lien salarial n’est pas sans impact sur la relation. Et paradoxalement, ce n’est pas forcément une solution pour lutter contre le risque d’épuisement de l’aidant. Une jeune femme me confiait ainsi qu’elle s’était sentie obligée d’en faire encore plus pour préserver l’idée que son grand-père lui soit reconnaissante en tant que petite-fille, et pas seulement comme employée.

Au cours de multiples occasions, des aidants familiaux ont pu évoquer le fait de découvrir avec étonnement, au fur et à mesure, ce que l’accompagnement d’un proche recouvre comme efforts divers et variés. Parfois il y a une vraie fierté à considérer tout ce qui a été entrepris pour l’autre. Et c’est vrai que les aidants acquièrent bien souvent des compétences dont les professionnels auraient tort de se priver !

*1 = Depuis 2010, le 6 octobre, la France célèbre une journée nationale pour les Aidants. Instituée par la Secrétaire d’Etat d’alors, cette journée valorise les initiatives en faveur des Aidants.
Relayée par les médias, cette journée a contribué à donner de la visibilité aux 11 millions de femmes, d’hommes et de jeunes qui accompagnent chaque jour un proche dépendant : parent, conjoint, enfant, frère ou sœur, ami… frappé par la maladie, le handicap ou la dépendance liée à l’âge.

 

*2 = Le 1er janvier 2016, la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement est entrée en vigueur. Pour un tour d’horizon des principales mesures de cette loi, consulter : www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site