Partager, , Google Plus, Pinterest,

Imprimer

Posted in:

Emploi-Formation et handicap

Agefiph et Région Auvergne Rhône-Alpes : une convention

Agefiph et région Auvergne Rhône-Alpes

Signature d’une convention entre les deux structures Agefiph et Région Auvergne Rhône-Alpes qui casse les codes

La Région Auvergne-Rhône-Alpes et la délégation Agefiph de cette même région ont signé une convention qui réforme le champ de la formation et de l’accès à l’emploi des personnes handicapées. Explications par Sandrine Chaix, conseillère régionale déléguée aux personnes handicapées. Agefiph et Région Auvergne Rhône-Alpes vont donc renforcer leur partenariat existant.

Comment l’Agefiph et la Région se sont-elles rapprochées ?
Nous avions déjà un partenariat portant sur des groupements de commandes de formations sur lesquelles nous n’avions pas réellement de visibilité ni-même de capacité d’agir. Nous avons souhaité poursuivre par une nouvelle philosophie dans une convention qui engage réellement l’Agefiph et la Région dans des actions efficaces, efficientes et concrètes en faveur de l’accès à l’emploi des personnes handicapées. Par cette convention, nous allons définir des objectifs précis et renforcer nos liens, les officialiser par un engagement fort et une plus grande              synergie. La cohérence est l’un des maîtres mots de cette action. Nous allons faire effet levier à deux pour vraiment faire bouger les choses.

Quels sont les domaines de cette convention ?
Ils concernent la formation et l’insertion professionnelle. Nous finançons la formation et nous accompagnons aussi Cap emploi et les différentes structures qui composent Cheops. Mais aussi des associations qui aident les personnes handicapées qui travaillent en ESAT à rejoindre le milieu ordinaire. Nous sommes beaucoup intervenus dans le monde du handicap mais pas d’une manière très structurée avec l’Agefiph.

La Région continue à financer des formations mais sur des critères de qualité et de débouchés bien précis. L’Agefiph finance l’accès au centre de formation, mais aussi les aménagements de postes et les mesures de compensation et de retour vers l’emploi. De notre côté, nous allons aussi beaucoup insister sur l’apprentissage car c’est un vecteur très important et concret de l’inclusion professionnelle. L’apprentissage apporte la maitrise d’un métier, c’est qui est essentiel. Nous allons parallèlement faire en sorte de sécuriser l’accès à la formation et au parcours de formation par un travail de fond sur la mobilité, car elle reste l’un des principaux freins pour les personnes handicapées. La démarche H+* est aussi un volet très structurant pour les conditions d’accueil des personnes handicapées dans les organismes de formation, qui permet entre autres à ces personnes d’accéder à des formations en lien avec leur projet professionnel.

Quelles sont les vertus de cette convention ?
Laurent Wauquiez, le président d’Auvergne-Rhône-Alpes, a vraiment souhaité permettre à des personnes handicapées d’accéder à des formations qui débouchent sur les véritables besoins des entreprises. Chaque formation doit absolument aboutir à un poste en entreprise et à un métier. Plus question de financer des formations occupationnelles. Dans cet état d’esprit nous allons mettre en œuvre avec les concours des chambres consulaires, de la Direccte, de la CPME, une veille en temps réel des besoins des entreprises par bassins d’emplois, pour mettre au point avec les CFA engagés dans la démarche H+ la ou les formations qui permettront d’occuper les postes proposés par les PME TPE. Nous serons moteurs, notre rôle est vraiment d’anticiper les besoins et de mettre en œuvre les formations qui vont répondre à ces besoins. Derrière cela il y aussi l’idée d’élargir le champ des possibles pour les personnes qui dans bien des cas sont cantonnées à un type de formation en fonction de leur handicap. Dans les cas d’un accident de la vie nous devons aussi valoriser les compétences acquises avant l’accident et les mettre à profit. Nous sommes uniquement sur des indicateurs qualitatifs et d’efficience. 

L’Agefiph et la Région auront aussi un rôle transversal qui est d’informer, de sensibiliser les entreprises avec le concours de tous les acteurs du service public de l’emploi et d’assurer l’équité territoriale, car chacun doit pouvoir accéder de manière équitable à ce dispositif.

Cela cadre parfaitement avec la nouvelle stratégie de l’Agefiph, qui met l’accent sur la formation, l’alternance, le maintien dans l’emploi et une plus grande proximité avec les demandeurs d’emploi.
La convention d’objectif devrait être validée pour la rentrée de septembre et produire ses premiers effets immédiatement.

Cette démarche, nous allons aussi l’appliquer dans le renouvellement de notre partenariat avec le FIPHFP car le président Laurent Wauquiez a fixé le taux d’emploi de la Région à 10% à l’échéance du mandat. Cela arrive en même temps que l’engagement régional sur l’emploi des personnes handicapées. Nous essayons encore et toujours d’être cohérents et concrets, ce qui peut déjà se vérifier dans le cadre de la démarche H+.

*La démarche H+ garantit (entre autre) la présence d’un référent handicap au sein de l’organisme de formation.

Propos recueillis par JMMC

Photo : Signature de l a convention entre Agefiph et Région Auvergne Rhône-Alpes. De gauche à droite : Stéphanie Pernod, Vice-Présidente de la Région auvergne-Rhône-Alpes ; Daniel Dias Délégué Agefiph Auvergne Rhône-Alpes ; Sandrine Chaix Déléguée aux personnes handicapée Région Auvergne Rhône-Alpes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *