Handicap , accédez à une information complète et actualisée en temps réel sur Handirect Magazine

AccueilAccessibilité et handicap : actualités, dossiers, outils et aidesAccessibilité numérique : Proposer des pistes concrètes d’amélioration

Accessibilité numérique : Proposer des pistes concrètes d’amélioration

Ecouter article


Par la voix de Mylan Douthe APF France Handicap défend l’accessibilité numérique à l’IRA de Lille.  

L’Institut Régional d’Administration de Lille a confié l’organisation d’un séminaire sur le Handicap à un groupe d’élèves attachés. Ce séminaire s’est déroulé le lundi 26 juillet 2021 dans les locaux de l’institut. L’école qui forme les attachés d’administration de l’État, a souhaité que Mylan Douthe, Coordinateur de la Commission Nationale Politique Jeunesse de APF France Handicap puisse intervenir durant une demi-heure sur le thème : Le handicap : l’accessibilité numérique, la fracture sociale, le développement du télé travail et le repositionnement managérial. Un discours qui fut suivi par un échange avec la promotion – une séquence de questions/réponses. Objectif : Proposer des pistes concrètes d’amélioration des politiques publiques en la matière, afin permettre à tout jeune en situation de handicap de s’insérer professionnellement dans l’administration.

En 2018 le taux d’emploi légal des personnes en situation de handicap dans la Fonction publique était de 5,49 %. Néanmoins, ce pourcentage reste encore minime, et montre que beaucoup de personnes en situation de handicap ne poursuivent pas de carrière dans la fonction publique, notamment en raison du manque d’accessibilité.

« Malgré les différents dispositifs mis en place ces dernières années, le compte n’y est pas » explique Mylan « C’est uniquement en décloisonnant nos modes de fonctionnement et de coopération que nous réussirons à faire en sorte que le secteur publique demeure un facteur fort de l’emploi direct des personnes en situation de handicap » poursuit-il.

À ce titre, l’IRA de Lille a voulu profiter de cette journée pour encourager les professionnels de l’inclusion à travailler ensemble, pour permettre une expertise globale.

L’enjeu ici c’est bien de préparer les personnes, à être pleinement citoyens, c’est-à-dire capables de dominer l’outil qui va être le leur, tout au long de leur existence et avec des performances sans cesse plus élevées. Rappelons que le rapport Toubon de 2019 faisait mention du fait que le handicap est aujourd’hui en France la première cause de discrimination, précisément en raison de la Fracture numérique.

Le numérique, et on le sait bien, change le rapport aux autres. Il nous permet de mieux exprimer nos besoins et nos attentes. Et permettre à ses adhérents d’exprimer pleinement leur préférence pour ensuite pouvoir progresser dans l’échanges des bonnes pratiques et la mise en œuvre des droits c’est un objectif d’APF France Handicap. Et de son projet associatif 2018-2023 pourvoir d’agir pouvoir choisir.  

Mylan Douthe est venu défendre à l’IRA l’idée selon laquelle, contrairement à ce que l’on entend souvent, le numérique est créateur de lien social. Pourquoi ? Parce que c’est un élément de développement de l’identité personnelle, en renforçant la possibilité de s’exprimer, il responsabilise, il aide l’individu à s’affirmer en tant que citoyen et de ce fait c’est un vecteur social car l’image que l’on a de soit conditionne souvent notre rapport aux autres.

APF France Handicap à une réelle ambition de fond vis-à-vis de l’outil numérique et de l’accessibilité numérique, pas simplement la satisfaction de vivre avec son temps , mais faire en sorte que cet outil numérique soit un élément supplémentaire dans la réussite de parcours de ses adhérents

A l’image de ce que réalise parfaitement sur le terrain l’IEM de Talence avec son logiciel « vie quotidienne » , avec ce logiciel les jeunes ont la possibilité de panifier eux-mêmes un certain nombre de besoins auxquels l’organisation s’efforce ensuite de répondre.

Il faut aller dans le sens de la construction de réponses innovante pour répondre aux besoins essentiels et émergent de la personne. Certes le quotidien d’une personne en situation de handicap est peut-être encore plus difficile que celui d’un valide mais que néanmoins toute personne, fut elle en situation de handicap à le droit de définir son projet de vie.

Mais pour pouvoir choisir, encore faut-il avoir le choix. Cela pré suppose l’existence de solutions appropriées permettant la mise en œuvre par la suite de cette liberté. Dans le cas contraire , on reste dans de la déclaration d’intention vis-à-vis de cette aspiration à la liberté individuelle inhérente à la personne humaine.

La Fracture numérique et le manque d’accessibilité numérique, qu’on soit en situation de handicap ou non, c’est d’abord une fracture sociale et économique :2/3 des personnes à faible revenu ne disposent pas d’un ordinateur à domicile contrairement à 91% des revenus élevés.  Cela pose des problèmes de maintiens dans l’emploi notamment avec la généralisation de télé travail durant la crise. En effet 54% des personnes en situation de handicap en emploi ont estimées que leur employeur n’avait pas mis en place les compensations nécessaires. Hors rappelons que beaucoup de personnes en situation de handicap en emploi , pour des raisons de santé sont souvent à temps partiel et donc disposent d’un faible revenu.   

Il y a la probablement, l’un des enseignements majeurs qui résulte de la crise. Plus connecté, le travail d’aujourd’hui ne ressemble plus au travail d’il y a quelques mois.

Cette nouvelle forme d’activité professionnelle, induit un repositionnent managérial, celui d’être au service de ses collaborateurs pour créer avec eux les conditions de la réussite de parcours, collaborateurs qui deviennent par la même occasion davantage responsables.  En effet le management de demain c’est celui qui sort de la posture de sachant pour tendre véritablement vers la co construction dans le but de trouver le plus juste équilibre entre épanouissement personnel et performance professionnelle.  

Il ne s’agit pas de remettre en question le lien de subordination, mais plutôt de transformer le caractère « unilatéral » et « hiérarchique », en distribuant autrement le pouvoir d’agir des personnes.

Tendre vers l’innovation afin de toujours mieux répondre aux besoins et aux attentes des collaborateurs, par exemple en s’appuyant sur des outils et méthodologies qui permettent un suivi tout au long de l’année, de façon régulière et transparente, c’est « d’un partenariat » gagnant-gagnant. D’un côté, pour l’administration car ses collaborateurs deviennent d’avantage responsables de l’autre pour les collaborateurs eux même qui perçoivent davantage le sens de leurs actions et ont le sentiment d’être connectés aux objectifs globaux du service. Cette quête de sens est devenue essentielle, notamment pour les jeunes.

Il y a une nécessité permettre à chacun de s’autodéterminer. C’est-à-dire, qu’il revient à chacun de dire comment il pense contribuer à la réalisation des objectifs, quelle que soit sa place dans l’organisation.

La nouveauté en matière managériale repose moins sur le faire ensemble que sur le être ensemble !  Ce n’est qu’en reliant la “raison d’être” du service public à des objectifs individuels tangibles et concrets que l’état arrivera à faire en sorte que les valeurs qu’il affiche et ses missions soient en parfaite cohérence !

Souvenons-nous toujours que l’accessibilité de façon générale, que ce n’est pas une charge mais un investissement pour l’avenir !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles

X