Partager, , Google Plus, Pinterest,

Ecouter avec Readspeaker

Posted in:

Transports et mobilité

52% des Français veulent punir plus sévèrement le stationnement illégal sur place handicapée

Seton, avec l’institut YouGov, a mené une étude sur ces interdits de la vie quotidienne que les Français ne respectent pas et ceux qu’ils souhaiteraient punir plus sévèrement. Le cas du stationnement illégal sur les places réservées aux personnes handicapées est significatif.

  • 5% des Français avouent stationner sur une place handicapée sans autorisation (on imagine quel réalité est bien supérieure NDLR)

« Quelle interdiction êtes-vous le plus susceptible de transgresser ? » 5% des Français et 4% des Françaises ont avoué se garer abusivement sur une place handicapée. C’est dans le Nord-Est de la France que cette infraction est la plus fréquente : 7% des Français de cette région avouent le faire.

La Fédération des Malades et Handicapés nous explique l’importance de ce respect : « Les personnes qui commettent bien trop souvent cette infraction se disent n’en avoir que pour quelques minutes, notamment en ville pour aller chercher du pain par exemple. Ces personnes ne se mettent pas à la place des handicapés, or il est très difficile de se déplacer avec un fauteuil roulant, d’où l’importance de ces emplacements. »
52% des Français veulent une sanction plus sévère pour cette infraction

Selon la CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie), sur l’ensemble des requêtes envoyées auprès de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées), 14.4% concernent les cartes de stationnement, soit plus de 612 000 demandes en 2016.

Note de la rédaction : aujourd’hui le macaron GIC est donné a toute personne qui se casse un ongle, le nombre des vignettes en circulation est énormissime ! N’importe qui les utilise y compris ceux qui prennent le GIC de leurs parents, de leurs Grand-Parent et s’estime légitime. Les copies couleurs sont aussi légion !
Parallèlement nous rappelons que les place GIC sont d’abord et avant out dimensionnées pour que les personnes en fauteuil roulant puissent sortir de leur véhicule en toute sécurité et non pas pour les personnes qui ont l’usage de leur jambe quand bien même elles posséderait un GIC .
Nous rappelons aussi que le GIC offre la gratuité du stationnement sur la voie publique, d’ou son succès et son utilisation frauduleuse que la police ne sait pour la plupart du temps pas contrôler.

Découvrez toutes les informations de l’enquête globale notre article !

2 Comments

Leave a Reply
  1. le handicap n est pas que d etre dans un fauteil
    il y a des personnes comme moi qui ont une double torsion de la colonne vertebrale qui provoque de grosses douleurs une claudication avec d enormes difficultes de marche et d enormes difficultes a manoeuvrer un vehicule
    se garer sur ces places est indispensable, moi faute de place oblige de me garer a X metres
    je fais avec je subis
    bien evidement les personnes n ayant rien n ont rien a y faire dessus c est du ressort de la police

  2. Vous faites la même erreur que bien des gens et surtout, la même erreur que la MDPH en réservant la place handicapée aux seuls personnes en fauteuil roulant !! (est-ce la faute du logo ?)
    Je me suis battu durant 8 années afin que mon fils autiste puisse bénéficier de ce droit (enfin obtenu) et il est pourtant bien portant, sur ses deux jambes.
    Pourtant, il était indispensable que nous puissions nous garer près des magasins, ou des médecins etc…
    Ses angoisses pouvaient survenir à n’importe quel moment ! Ses phobies nous obligeaient régulièrement à revenir au plus vite à la voiture !
    Son hyper sensibilité aux odeurs, aux bruits, sa difficulté à se mêler à la foule…
    Tout ceci nécessitait que notre voiture ne soit pas garée trop loin.
    Parfois durant les courses, je devais abandonner mon chariot sur place et le ramener à la voiture. Il se couchait par terre, refusait d’avancer. Si la voiture était loin c’était un pur cauchemar !!
    Alors, allez-vous me dire que je fait partie des milliers de personnes qui abusent de ces places ? Que mon fils s’est juste cassé un ongle ?
    Non bien sûr, vous allez me dire que lui, ce n’est pas pareil.
    Mais à quoi allez vous le voir ?
    Ne jugez pas les gens trop rapidement s’il vous plait.
    Un peu de mesure s’impose.
    Et sachez-le, oui !! J’ai utilisé maintes et maintes fois les places handicapées sans autorisation ! Parce que mon fils EST handicapé, mais qu’on me refusait ce droit ! Et je n’avais pas le choix.
    Pas le choix.
    Allez-vous me juger ? Allez-vous me punir ?
    Je sais qu’il y a des millier de gens qui sont dans le même cas que mon fils et moi.
    Que faisons-nous pour ceux-là ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site