Partager, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Témoignages et portraits

Pascale Isel, le braille en toute liberté

pascale isel © by pascale isel

Pascale Isel est aveugle de naissance. Sa vision se limite à la perception de la lumière. Au quotidien, elle a dû choisir un métier, un lieu de vie, une organisation, des loisirs, compatibles avec ce handicap lourd.

( article écrit Par Caroline Lhomme)

Grâce à une formation à Valentin Haüy, elle a pu apprendre l’informatique adaptée, qu’elle enseigne aujourd’hui à d’autres personnes aveugles. Elle est également traductrice. Pour elle. « Ce n’est pas toujours simple, l’importance de la vision, de la communication visuelle dans notre société, n’étant plus à démontrer. Il faut en tenir compte et l’inclure, dans les relations sociales, professionnelles, privées ; ça peut être un obstacle, et parfois aussi faciliter les choses…

Apprendre à vivre avec son handicap, dès l’enfance
Pascale a commencé sa scolarité dans des écoles spécialisées jusqu’à la troisième, on lui a enseigné le Braille, la dactylo et d’autres techniques palliatives, puis elle a poursuivi en milieu ordinaire.
Elle est heureuse d’avoir appris très jeune la technique de locomotion avec une canne blanche ; cela lui a permis d’être autonome dans ses déplacements. L’arrivée de l’informatique adaptée en Braille et en vocal à la fin des années 1980 a réellement changé sa vie : même si tout n’est pas parfait et accessible (loin s’en faut !!!), pouvoir accéder à la lecture (du courrier, des livres), grâce au scanner, communiquer par mail, par SMS, consulter des sites Internet, faire ses courses en ligne, travailler sur un traitement de texte, tout cela a repoussé les limites, augmenté l’autonomie, ouvert de nouveaux horizons professionnels, favorisé l’intégration.

Elle relativise toutefois : « Cependant, il reste beaucoup à faire et il faut rester vigilant, car ce qui a été un « plus » peut aussi générer une nouvelle fracture sociale ; mais c’est une autre question. » Son état de santé étant stable, elle n’a pas besoin de rééducation suivie. Les stages qu’elle a pu faire dans ce domaine ont été les remises de ses deux chiens-guide, et il y a deux ans, un stage d’apprentissage du Tom-pouce, une aide électronique de guidage puisqu’elle n’a aujourd’hui plus de chien.

Un travail indépendant trépidant
Après plusieurs années dans différentes sociétés et structures, elle a été chargée de mission cinq ans à Valentin Haüy ; elle travaille depuis 11 ans en libéral, dans différents domaines :

  • Formatrice en informatique adaptée, elle enseigne à des déficients visuels l’utilisation de l’outil informatique.
  • Pascale enseigne également à des voyants, qui transcrivent en Braille des ouvrages scolaires, des romans, des documents administratifs, des notices.
  • Et enfin, elle est traductrice technique, de l’Anglais vers le Français, elle a établi des partenariats avec des constructeurs/développeurs de matériels adaptés.

De l’espace et de l’air au quotidien
Aujourd’hui, elle vit en banlieue parisienne, dans une maison bien desservie par les transports en commun. Elle a besoin d’espace, d’indépendance, et de jouer du piano sans déranger ses voisins… Elle aime être près de la forêt pour les balades du dimanche mais avoir des commerçants aux alentours, les loisirs sont importants (concerts, cinéma grâce à l’audiodescription disponible dans un nombre croissant de salles), le théâtre, plus rarement, les expos et les musées.
Elle a une vie sociale dans laquelle la famille les amis tiennent une part importante. « Sorties, repas, sont des moments privilégiés auxquels je tiens beaucoup ». Au rayon de ses « passions », la musique, qu’elle écoute et qu’elle joue (piano et flûte traversière), lui donne là aussi de belles occasions de partages et de rencontres : « Je fais partie d’un atelier jazz et d’un autre de musique sud-américaine ». La lecture tient une place de choix dans sa vie, depuis toujours et probablement pour toujours… « Que je lise en Braille ou écoute des livres audio, j’en ai toujours au moins un en route, et souvent plusieurs, en fonction du moment et de mon état d’esprit ». Pascale pratique aussi plusieurs sports, mais « pas assez souvent à son goût, pour diverses raisons : tandem, natation, stretching.

Une vie de famille riche mais complexe
Aujourd’hui, sa famille proche se compose de « mes deux grandes filles et de leurs compagnons, mes trois petits-fils (14 ans, 10 ans et un à naître à l’heure où j’écris ces lignes), de ma mère et de mes deux sœurs avec compagnons et enfants ».
Pascale ne ressent pas de façon excessive une surprotection, de l’apitoiement. Depuis toute petite, on l’a laissé faire ses expériences, on ne l’a pas surprotégée ou écartée des jeux, des activités. « J’ai mené ma vie sans que ma famille intervienne de façon intrusive ».
Pascale sait bien que ses filles ont bien sûr subi des conséquences d’avoir une mère handicapée, le regard et le jugement des autres, des questions parfois surprenantes : « J’imagine qu’elles ont pu en souffrir même si elles ne l’ont jamais exprimé lorsqu’on en a parlé, mais ça leur a aussi donné une ouverture d’esprit, de la tolérance, elles ont appris très jeunes qu’on n’est pas tous pareils, qu’on peut vivre avec des difficultés, des différences ».

Pratique : Pascale Isel, Adaptation, conseil et formation en informatique accessible aux déficients visuels
Tél : 09.53.63.71.61 (numéro FREE)
E-mail : contact@pascale-isel.com
Site Web: http://www.pascale-isel.com
Skype: pascale_isel_pro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site